LES ENFOIRES ONT PERDU LE MONOPOLE DE PARLER DE LA PAUVRETE...!

1°)- Brigitte Pascall : Bien fait : A cause des gilets jaunes, les Enfoirés, petits-bourgeois sans talent perdent 1 million d'auditeurs ! Et après, Macron osera dire que les gilets jaunes ne sont que des "extrémistes minoritaires"(sic) : c'est bien la preuve que les gens suivent massivement leur conseil de boycott à la lettre...!! Fallait voir la tête de carême de Bruel, Amir, vendredi matin sur BFMTV, devant le bide (relatif) qui les attendait : bien fait pour leur arrogance !!

Les enfoirés (millionnaires) ont perdu, symboliquement, le monopole de parler de la pauvreté, qu'ils avait depuis 40 ans, depuis Coluche. Maintenant ce sont les Gilets Jaunes qui ont ce monopole, et on les écoute. Les Restos du Coeur, on connait un peu comme organisation : ils sont très arrogants. Si on refuse de leur donner du fric, ils te disent que tu refuses d'aider les pauvres. En réalité, ils reçoivent 61 millions d'euros de la part de l'Etat et 85 millions d'euros en dons chaque année : ce sont de gros richards... !

2°)- Jean-Pierre Combe : "Une connerie, dites-vous ? Non: lorsque Coluche a pris cette initiative, il venait d'être condamné à une forte amende, pour je ne sais quelle raison ; mais une loi venait de permettre dans certains cas aux condamnés à une amende de proposer au juge d'application des peines d'accomplir un travail d'intérêt public en guise de règlement de cette amende : c'est ce que Coluche a fait, et qui a été accepté.

Mais en ce temps-là, la pauvreté augmentait dans ce pays dans de telles proportions que les associations qui luttaient contre elle, telles le Secours populaire, héritier de la tradition de solidarité ouvrière de l'entre-deux guerres, le secours catholique, porteur de la tradition de charité de l'église papiste, et les compagnons d'Emmaüs, continuateurs de cet ancien résistant qu'était l'abbé Pierre prenaient beaucoup trop d'importance aux yeux de l'état français serviteur des privilégiés de la fortune qu'est notre république : il fallait créer une autre institution qui hisserait haut le drapeau de l'apolitisme, et que les média et autres TV au service du kapital soutiendraient de toutes leurs antennes, de tous leurs micros et de toutes leurs caméras : c'est cette tâche que Coluche a assumée, et c'était bien pour placer un obstacle devant la croissance de l'importance du Secours populaire, du Secours catholique et des Compagnons d'Emmaüs.

Les origines de ces trois associations sont en effet toutes les trois porteuses de politique, et la lutte contre la pauvreté les portait à découvrir leurs intérêts communs : jusqu'où cette découverte pouvait-elle les porter? Cette question inquiétait au plus haut point les propriétaires des plus gros capitaux de notre pays et leurs serviteurs qui dirigeaient l'Etat en France !...

3°)- Brigitte Pascall : On a lu une biographie de Coluche, livre d'ailleurs assez terne que l'on ne vous recommande pas, rédigé par Philippe Boggio, journaliste du Monde. S'agissant de la création des Restos du Coeur, l'auteur explique un truc peu connu : certes, l'idée était de Coluche : "il faut que chacun mange à sa faim". Mais il s'est fait aider de façon importante, pour le mode opératoire, par des étudiants d'HEC. Ce sont eux qui ont conçu l'organisation, sur un mode "entrepreneurial".

Voilà pourquoi il existe deux fils conducteurs dans les Restos :

1)-un côté post-68ard, anarchiste, extrême-gauche de Coluche +Véronique Collucchi (copine des CAL de mon pote Maurice Najmann) sa première femme, qui sera ensuite Présidente des Restos du Coeur.

2)-Un esprit entrepreneurial de droit commun : où les responsables des Restos se conduisent comme des patrons "ordinaires", demandant des subventions à l'Etat, organisant le concert des enfoirés, "pour faire de l'argent", en "concurrence" favorable avec le Secours Populaire (communiste), dont le personnel dirigeant ne vient pas d'HEC !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.