La FI choisit la "gauche rassemblée" !

LA DIRECTION DE LA FI CHOISIT LA GAUCHE RASSEMBLEE A TOULOUSE !

Et voilà : la Direction de la FI choisit la "gauche rassemblée" à Toulouse, rejoignant la liste commune, intitulée de façon branchée :  "Archipel citoyen" ! La FI choisit de faire tristement alliance avec le PS et EELV, alors que justement le PG a été créé en novembre 2008 en rupture avec cette "gôche" (PS +EELV) lobotomisée par le libéralisme. il s'agissait justement de rompre de façon définitive avec ces vieilles idéologies et starlettes passées de mode du PS, qui ne font plus illusion auprès des jeunes et des Classes populaires, solidement réfugiées dans l'abstention.

Comme le montre le politiste Vincent Tiberj, les jeunes générations manifestent de la distance, du rejet, vis à vis de l'offre politique traditionnelle. Pour Daniel Gaxie et Pierre Bourdieu, les jeunes sont plus diplômés que leurs ainés, ils acceptent moins volontiers la représentation politique ordinaire. Ils s'intéressent à la Politique, sont exigeants, capables de juger, et ce faisant, de mettre en procès les acteurs politiques, qui ont failli à leurs yeux. (cf "Les citoyens qui viennent, Comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France", édition PUF, 2017). Les jeunes ont clairement abandonné les partis de gauche classique : PS, EELV. Choisir, de la part de la FI, de faire alliance avec ce passé renégat est donc suicidaire !

De plus, la mobilisation des gilets jaunes est l'expression profonde du Peuple français, de la décomposition des partis de gauche et d'extrême-gauche. A partir de là, faire des listes "gauche rassemblée", c'est aller à l'encontre de l'Histoire en marche !

Ce phénomène se conjugue aussi avec une très grande volatilité politique : l'époque où le PCF rassemblait 20% de l'électorat pendant 30 ans (1945-1981) est révolue. Chaque élection voit le succès champignon d'un tel ou d'une telle : par exemple, le succès de Jadot aux Européennes (13,45%), mais sans aucune certitude pour EELV de réaliser un score identique aux Municipales 2020. Le choix de Bompard de rejoindre la liste d'union de la gauche est donc une lourde faute politique !

De plus, cette liste d'union de la gauche à Toulouse n'est pas un coup de tonnerre dans un ciel serein. La liste de Bompard aux Européennes 2019 regroupait déjà "tous" les partis de gauche à Toulouse. Résultat : on a eu le bide que l'on sait : 6,3% contre presque 20% pour JLM se présentant tout seul aux Présidentielles de 2017.

De même, et comme le rappelle justement Patrick Richard, Corbière et Coquerel ont fait alliance à Paris avec le PS et autres forces de gauche, aux Départementales 2015. C'était d'ailleurs à crever de rire. Il fallait voir Laurent, la main posée délicatement sur l'épaule de Claude Bartolone, et l'intellectuelle Cosse brailler de façon hypocrite l'Internationale, à la fin du meeting de la "gauche arc en ciel"(sic) ! En réalité, le seul but de cette liste commune était de conquérir des "places" juteuses, nullement de prendre la défense des prolétaires !

Le choix de construire une gauche "Macron compatible", "inoffensive" montre la profonde complicité entre le Pouvoir et son "opposition" de gauche, permettant à la dictature féroce de l'argent de perdurer et de s'accentuer.

Reconquérir une conscience de classes efficace, c'est faire le choix de se débarrasser de la social-démocratisation des esprits, qui règne en maître dans les partis dits de "gôche", y compris au sein de la FI. Cette dernière est résolument dans le système, dont elle espère les miettes : postes de députés, mairies FIN carrières personnelles obligent ! La FI s'est idéologiquement alignée sur la ligne centre gauche du PS actuel et écolo. L'objectif de la Direction de la FI vise seulement à amender le système libéral actuel par quelques propositions de détails tout en adhérant plein pot à cet envoûtement idéologique au libéralisme (primat de l'individu conquérant sans surmoi analysé par le psychanalyste Enriquez), dont la Direction partage les valeurs les plus importantes : primat du fric et de la réussite sociale.

Voilà pourquoi, notre Rassemblement "Pouvoir au Peuple souverain" présentera aux Municipales 2020 ses propres listes autonomes, et se battra sur la base de notre programme "L'Avenir en commun", occupant le boulevard d'un espace politique, laissé en déshérence par de jeunes responsables de la FI pressés de "réussir".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.