Révolution algérienne : le risque de contagion en France !

REVOLUTION ALGERIENNE : LE RISQUE DE CONTAGION EN FRANCE AVEC LES GILETS JAUNES !

La dernière ruse de Bouteflika : sous couvert de ne pas se représenter à un 5ème mandat, le dictateur prolonge d'un an son pouvoir à la tête de l'Algérie. Les élections truquées, sans vérité, prennent le dessus sur la rue et les belles marées humaines d'algériens de ce week end par exemple. "C'est un énième coup d'échec de la part de Boutef, qui ne marchera pas dans l'opinion, surtout auprès des jeunes algériens" déclare un spécialiste de l'Algérie aujourd'hui sur France Inter.

A propos de la "démocratie" sévissant dans les pays africains, Alain Badiou écrit : "Que l'on monte de sanglantes expéditions militaires un peu partout, notamment en Afrique, pour "faire respecter les droits de l'Homme", c'est à dire les droits des puissants à dépecer les États, mettre partout au pouvoir-par la combinaison de l'occupation violente et "d'élections fantomatiques"-des valets corrompus, lesquels livreront pour rien aux susdits puissants la totalité des ressources du pays"(sic) (Cf "Le réveil de l'Histoire", édition Lignes, 2011).

Exactement ce qui se passe en Algérie. Pour les jeunes, la guerre d'Algérie est un vieux souvenir, mais la violence coloniale pour garder l'Algérie francaise est encore dans les mémoires : en particulier, les tortures, coups de carabine dans le dos du militant nationaliste algérien ayant tout avoué, "ne servant plus à rien" (sic) "explique" le triste général Ausaresse : torturant d'une main, le téléphone de l'autre, en lien direct avec le Ministre français de la Justice, un certain François Mitterrand, comme il le raconte lui-même dans son livre de souvenirs. Puis ce furent les élections fantomatiques et truquées à répétition, qui permirent à Bouteflika de rester 20 ans au pouvoir. Certains jeunes algériens n'ont jamais connu que sa dictature ! Un pays, l'Algérie, pillé par la France ex-coloniale, notamment pour son pétrole.

Le Peuple algérien vit exactement la même chose que les tunisiens de Ben Ali ou les égyptiens de Moubarak en 2011. Seule une révolution populaire, un million d'algériens dans la rue criant : "Boutef dégage ! " est de nature à sortir du piège dans lequel le pouvoir algérien les a enfermés, agitant cette vieille ruse de l'oppresseur que sont des élections sans vérité.

La France est une colonie des Etats-Unis, à l'image des pays africains : avec le corset de fer ultra-libéral de la Commission européenne. Avec des élections truquées, notamment les élections 2017 et le prochain scrutin européen qui s'annonce. Un pays vendu à la criée, deux euros cinquante les vignobles bordelais ou l'aéroport de Toulouse.

Boutef a cédé. LA RUE ALGERIENNE A EU RAISON DE SES REVES DE GRANDEUR ETERNELLE  : il va partir, ce n'est plus qu'une question de date. Nul doute que Macron l'a mauvaise, craignant un risque de contagion en France avec les Gilets Jaunes. Surtout quand le pouvoir macronien utilise "une violence inadaptée vis à vis des gilets jaunes, ce n'est pas brillant" (sic). Ce n'est pas moi qui le dit, mais Christophe Barbier (si, si !) ce matin sur BFMTV, comme s'il sentait soudain le vent tourner en France....! La multiplication par 6 du nombre de tirs de flasballs contre les manifestants entre 2014 et 2018 atteste de cette incroyable violence d'Etat vis à vis d'un Peuple français honnête, travaillant dur, demandant juste de quoi vivre dignement jusqu'à la fin du mois. A son tour, LA RUE FRANCAISE POURRAIT AVOIR RAISON DES REVES DE GRANDEUR ETERNELLE DE MACRON...!

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.