CASSE DU CODE DU TRAVAIL,POUR MACRON, SON BLUFF, CE N'EST PAS ENCORE DANS LA MUSETTE

CASSE DU CODE DU TRAVAIL : POUR MACRON, SON BLUFF, CE N'EST PAS ENCORE DANS LA MUSETTE...!

Éteignez la télé. Allumez votre cerveau. Faites marcher votre jugeote. Les médias nous disent que la mobilisation sociale est finie. Suite à la manif parisienne décevante de mardi (45 000 personnes), les ordonnances seraient adoptées. Définitivement. Macron se consacrant désormais à la réforme de l'assurance chômage. Selon l'inénarrable C. Barbier, "il serait (le seul) maître du temps"(sic). Pas du tout. Il est seulement maître de ses mensonges relayés craintivement par les télés du pouvoir. Macron est une machine à mentir et à désorienter les consciences : rien de plus... !

Reprenons les faits. Et non pas sa fausse réécriture en haut lieu : notre marche du peuple contre Macron du 23 septembre a été une grande réussite : 150 000 personnes à Paris. Un sentiment de notre puissance planait dans l'air. Celui de notre force nouvelle, inextinguible. JLM est le premier opposant de France (+3 points), pour 35% des sondes (dernier sondage ELABE). Mélenchon a gagné le coeur des jeunes et des classes populaires. Au delà du seul cas JLM, il existe aujourd'hui un Peuple violemment opposé à la démolition du code du travail imposée contre son gré. Aguerri, conscientisé, voulant son émancipation. Prêt à en découdre.

Certes, avec Mickael Wamen, Jeanne Moll, nous sommes furieux de la manif de mardi, réduite au seul secteur public. Une façon de saucissonner le mouvement social. Le fragiliser. Avoir sa peau, grâce à des mots d'ordre catégoriels, militant gnangnan. Rien à voir avec notre mot d'ordre global : NON AU COUP D'ETAT SOCIAL : slogan clair, fédérateur des jeunes et des vieux, du public et du privé, des classes populaires et la classe moyenne. Offensif, pugnace, déterminé. Lutte des classes comme on aime.

Mais l'Histoire nous apprend que la Classe ouvrière française est faiblement enracinée sur le plan sociologique, En effet, et contrairement à la classe ouvrière britannique ou allemande, le groupe ouvrier français a longtemps été nomade. D'où l'importance de l'idéologie communiste de "la grande époque" (avant guerre) et de la CGT, qui ont construit sa force, son unité. Le LIANT IDEOLOGIQUE est le seul moyen d'unifier un monde du travail morcelé, disparate, qui a travaillé longtemps dans de toutes petites entreprises : souvent des structures occupant moins de 5 salariés. Cette bataille idéologique des années 20, qui a précédé, rendu possible la conquête de la ceinture rouge parisienne, a souvent été le fait de jeunes communistes, plus instruits que la moyenne, très volontaristes. Je vous renvoie au très beau livre de Gérard Noiriel, "Les ouvriers dans la société française", poche seuil N°H88, 1986, qui relate en détail la formation de la classe ouvrière française.

De la même façon, aujourd'hui, le beau travail idéologique de la France insoumise, son slogan "Non au coup d'état social", son programme "L'Avenir en commun", qui a nécessité de longs mois de travail, 3 versions et 50 livrets, est une rupture avec 40 ans de reculade sociale. Face à la victoire objective du capitalisme à l'offensive, depuis le milieu des années 70 : mondialisation, casse du statut du salarié obtenu en 1945.

Parlant de la mobilisation syndicale routinière de ces dernières années, Alain Badiou écrit : "on ne peut qu'être inquiet de la faible résistance au regard de ses destructions successives. Cette résistance est en fait une constante reculade. Elle est localisée, dispersée, corporatiste très souvent, sectorielle, aucune vision d'ensemble ne la soutient, En réalité, une reculade ininterrompue de 40 ans" (sic) "Notre mal vient de plus loin, Penser les tueries du 13 novembre", édition Fayard, 2016.

Notre travail idéologique constitue le liant idéologique 2017 d'une population au travail dispersée. Capable d'unifier un salarié en contrat aidé, un vendeur de chez McDo ou une cadre de multinationale. Notre travail idéologique impose aussi une VISION D'ENSEMBLE, un corps d'idées commun. Et avec une résistance NATIONALE, GLOBALE, INTERPROFESSIONNELLE. Qui a été plébiscité par 19,5% des suffrages à l'élection présidentielle de 2017. Comme les communistes des années 20, c'est souvent le fait d'une jeunes génération d'insoumis, ignorant les limites et la résignation.

Yvon Gattaz, père de Pierre Gattaz, disait souvent : "on ne traite pas le monde du travail de la même façon, quand le PCF fait 25% des voix". De même, on ne traite pas le monde du travail 2017, par le seul mépris, avec une France insoumise à presque 20% des voix. Le Pouvoir sera obligé d'en tenir compte.

Le combat continue. Avec JLM et la FI. Nous allons organiser une nouvelle marche sur les Champs Elysées, avec l'objectif de rassembler le plus de monde possible. Quoique disent les médias aux ordres, la confrontation sociale aura bien lieu. Le Peuple est en colère, rien ne l'arrêtera. En dépit de son bluff, ses rodomontades, Macron n'a pas encore gagné la partie. Pour lui, et comme aurait dit Chirac : "ce n'est pas encore dans la musette.... ! "

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.