La Direction de la FI a trahi les Classes populaires !

MELENCHON ET SON ENTOURAGE ONT TRAHI LES CLASSES POPULAIRES !

Mélenchon et son entourage ont trahi la cause des Classes populaires. Comme écrit Pierre Bourdieu : "Personne ne peut contester que tout le champ politique français, y compris le PS, le PCF, etc., a été transforme par l'existence de Jean-Marie Le Pen. Il n'y a pas de politiques, qui n'aient pas accepté, reconnu en fait l'existence de Le Pen, par exemple en substituant, chose très grave mais passée inaperçue, à L'OPPOSITION RICHES/ PAUVRES qui était fondamentale, L'OPPOSITION NATIONAL ETRANGER"(sic) (Propos sur le champ politique", édition PUL, 1998).

Voila comment la question sociale a été mise au rancart en même temps que notre programme "L'avenir en commun". c'est à dire le clivage Riches/pauvres, qui s'y attache. Pour s'aligner sur la problématique erronée et secondaire de Le Pen : le clivage National/étranger. La gauche est morte, la FI est morte de ses dernières forfaitures : la manif du 10 novembre dernier, qui, en ce moment, ouvre les yeux de beaucoup de militants de la FI, fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Comme écrit Alain Badiou : "C est de ce moment du reste, j" en suis convaincu, que la social-démocratie était une spécialiste du reniement et de la déception, point qu'elle mit ensuite son honneur à vérifier implacablement, côté PS, de Guy Mollet à Mitterrand, de Mitterrand à Jospin, et de Jospin à Hollande. Mais du côté du PCF, les choses ne sont guère allées mieux : de Waldeck-Rochet à Georges Marchais, de Marchais à Robert Hue, et de Hue à Marie-Georges Buffet et Pierre Laurent. C'est au fond toute la gauche dont il importe de penser qu'elle n'a fait là, pendant toute la séquence qui va des années 50 à aujourd'hui, et qui coïncide avec ma vie militante, qu'une suite de forfaitures, avant de sombrer dans un reposant néant"(sic) ("On à raison de se révolter, l'actualité de Mai 68", édition Fayard, 2018.

Que l'on me permettre de prolonger modestement l'analyse de Badiou. La gauche a continué de trahir encore et encore, côté PS, de Hollande à Mélenchon ; et du côté PCF, de Laurent à Roussel. Côte France Insoumise, depuis juin 2017, vous avez multiplié les déceptions, trahisons graves : notre programme "L'avenir en commun" mis au rancart au profit d'une ligne politique à peine PS bis imposée par Corbière. Préférant la promesse de 32 millions d'euros (2017-2022) versé au titre de la vie politique. La vie parlementaire de 17 députés de la FI, requalifiés les "17 apôtres"(sic) érigée et promue seule vie politique possible de la FI : c'est à dire la théâtralisation de la vie politique consistant à monter en épingle des différences secondaires : par exemple, le clientélisme électoral islamo-compatible "justifiant" la présence de JLM, Corbière, Autain, Obono, avec les représentants du PIR et du CCIF proche des frères musulmans, dans la manif du 10 novembre.

La non mention du sexe sur l'état civil préconisée par toi, l'intellectuelle de choc Obono. La reconnaissance de l'enfant partouze avec plusieurs pères et plusieurs mères dans le "trouple" réclamé à haut cris par toi encore, Lachaud, vieux camarade du PG du XIIIème arrondissement de Paris : aujourd'hui député de Seine Saint Denis, un département où les revenus des habitants sont la moitié du revenu moyen national (chiffre Piketty) : mais la question sociale : chut, il ne faut surtout pas que tu en parles, suite à un accord secret avec Macron.

En effet, King Kostard vous a fait miroiter 32 millions d'euros (2017-2022) au titre du financement de la vie politique. Et vous, les soit disant députés insoumis, vous ne défendez jamais le manque d'argent des catégories populaires qui crèvent la dalle, en bavent des ronds de chapeau pour finir leurs fins de mois ! Pas plus tard qu'hier, je lisais un article politique sur les Gilets Jaunes rédigé par un politiste Laurent Guerra, disant explicitement que "Macron achetait les leaders syndicaux et politiques"(sic) : exactement mon analyse depuis 2017.

Voilà pourquoi depuis deux ans, la FI à rendu des services éminents à Macron :

1)-La Direction de la FI ne s'est pas battue frontalement contre la casse du du code du travail !

La Direction de la FI ne s'est pas battue frontalement contre la casse du code du travail. JLM avoue, au bout à peine de quatre semaines de combat, que "Macron avait le point"(sic) : soit une façon d'intérioriser dans les têtes la défaite programmée préalablement et d'un commun accord avec Macron, ce qui est revenu à ne rien faire jusqu'au vote misérable de cette loi réformant tristement le code du travail intervenu à la fin de l'année 2017. Résultat : cette loi inique a ouvert une tragédie sociale sans précédent, permettant de licencier du jour au lendemain un salarié ancien et en CDI, faisant du droit du licenciement français le droit du licenciement le moins protecteur d'Europe !

Vous, les députés de la FI n'avez opposé à Macron qu'un combat d'opérette, histoire de ne pas perdre votre "fric", alpha et oméga de votre existence. J'ai la gorgé serrée d'évoquer ce triste épisode bête à pleurer, qui consacre la faillite et la malhonnêteté de la direction de la FI, uniquement préoccupée de s'enrichir à titre personnel.

2)-La Direction de la FI n'a pas défendue frontalement les Gilets Jaunes :

Puis ce fut le mouvement des gilets jaunes, retour d'une lutte des classes âpre et sans merci. Vous, Mélenchon et sa bande vous dépêchères de ne pas prendre la défense des sans nom des sans grade que nous sommes, de gilets jaunes dont le mot d' ordre était simplement de "demander une vie décente"(sic). Et alors que leur programme était cousin germain de notre programme AEC.

3)-La Direction de la FI trahit ses électeurs laïcs en participant à la manif du 10 novembre :

Puis ce fut cet invraisemblable participation à une manif initiée par le PIR indigéniste, et le CCIF, proche des frères musulmans à laquelle toute honte bue, vous participèrent. Les manifestants furent invités à crier "Allaou Akbar", les fillettes portant des étoiles jaunes, les femmes battues priées de faire silence. On se rappellera la manif du 10 novembre, la présence contestable et contestée dans le cortège de vous, Corbière, Obono, Autain, Mélenchon, Bompard, Panod, tout le gratin islamo-gaucho-bobo, écolo caviar à vélo, ayant renoncé, pour garder leur place de député où tout est gratuit, à défendre la République laïque, seul moyen de faire vivre en bonne intelligence les chrétiens, musulmans, athées, juifs, etc.

Marine Le Pen n'a plus qu'a tendre les bras pour récupérer les électeurs insoumis laïcs aujourd'hui en déshérence, consternés par cette trahison indélébile à jamais dans leur mémoire.

Certes, il ne s'agissait pas de votre première trahison, loin de la. Qu'importe : il y aura un "avant" et un "après" manif du 10 novembre : un Mélenchon aujourd'hui démonétisé, décrédibilisé, dont on peut douter qu'il se présente seulement aux Présidentielles de 2022, sauf à y faire un bide retentissant. Que Ruffin, Quatennens et Corbière ne se réjouissent pas trop : eux aussi se prendront une tôle de première !

Voilà pourquoi, la création d'un nouveau rassemblement dans la gauche critique "Le Peuple d'abord", rassemblant les "insoumis critiques", les "franchement critiques", le courant interne/externe de la FI : "Rupture, pouvoir aux insoumis", le Pardem, le PRCF et le CNSJS, visant à construire une nouvelle formation de la gauche critique, est plus que jamais nécessaire.

L'objectif est de présenter une dizaine de listes autonomes aux Municipales de 2020, sur la base de la défense de notre programme AEC. Et de rédiger un Manifeste politique de lecture facile, proposant des nationalisations, la sortie de l'union européenne en plan A, une véritable politique de lutte contre la pauvreté, le retour au plein emploi, une vie décente pour tous !

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.