UN AN DE FRANCE INSOUMISE : LA TRAHISON NON ASSUMEE DE CORBIERE !

UN AN DE FRANCE INSOUMISE : LA TRAHISON NON ASSUMEE DE CORBIERE !

REPONSE AU BILLET DE JEAN-PIERRE BOUDINE

Notre ami Jean-Pierre Boudine a rédigé un texte faisant le bilan d'un an de France insoumise. Pointant notamment "l'accumulation de maladresses" opéré par JLM : l'objectif irréaliste d'avoir 289 députés : la FI n'en a eu que 17. Mobiliser 1 million de travailleurs devant l'Elysée : bide humiliant et terrible. "Accorder le point à Macron", comme si notre candidat aux Présidentielles était un technicien en blouse blanche regardant les luttes sociales derrière son microscope.

On souhaite compléter et développer à notre tour les points saillants d'un an de France insoumise post-élections.

1)-JLM mis au rancart : la trahison non assumée de Corbière...!

Mon analyse de ces tristes événements ? Ils ne sont pas le fait de JLM, mis au rancart depuis juin 2017, devenu simple député de Marseille, comme chacun peut le vérifier en allant sur son compte Facebook officiel personnel. Idem pour Jacques Généreux, privé de son poste de Co-responsable du programme "L'Avenir en commun", au profit de Girard, transparente, qui porte son néant théorique en sautoir. Généreux vient lui-même de confirmer l'info, dans une vidéo Youtube LCP sur la crise italienne de juin 2018. Victime collatérale de l'aggiornamento politique opéré par Corbière dans le plus grand secret. Le "vrai" pouvoir est donc ailleurs : entre les mains d'un Corbiere et de Chantal Mouffe, pour l'inspiration "théorique". JLM est donc instrumenté par ce petit monde, obligé de suivre une stratégie PS bis, qui multiplie les erreurs. Le but de l'opération ? Esquinter, fragiliser sciemment la FI, afin de maintenir Macron au pouvoir. On le sait : Macron ne se bat jamais à la loyale, préférant planter des couteaux dans le dos de son adversaire.

Ainsi, l'objectif de réunir 289 députés était une "idée" de Bompard et Corbiere. Quand JLM "accorde le point à Macron", le "pessimisme" de la phrase vaut acceptation du Macronisme, malgré sa politique anti sociale générant le malheur de vivre à des millions de français. Alain Badiou ne disait-il pas ? "Il existe un lien indissociable entre pessimisme et acceptation de l'ordre établi, y compris le plus injuste, le plus malhonnête. Et optimisme va avec le refus de l'ordre établi que l'on combat de toutes ses forces" (sic) (France Inter chez Laure Adler, octobre 2017).

Une photo résume parfaitement cette nouvelle situation. JLM parlait un jour des questions de défense. Corbière et Lachaud étaient littéralement collés à lui, l'un devant, l'autre derrière, surveillant ses moindres paroles, y compris ses silences. Comme disait Pierre Bourdieu, les inégalités sociales ne se montrent jamais autant que dans les inégalités géographiques.

Corbière a opéré une trahison NON ASSUMEE, confisquant le pilotage de la FI. "Non assumé", le mot est très important. On est passé d'une ligne social-démocrate défendue par JLM +Généreux à une ligne à peine PSbis. Certains de mes amis trouvent le procédé "normal", "allant de soi". Mais c'est une situation en soi inédite..! Bien sûr qu'il y a eu d'autres virages à droite de partis ou de syndicats : on pense notamment à la célèbre ligne du recentrage de al CFDT de 1976 initiée par Edmond Maire. Mais, au moins, cette nouvelle ligne avait-elle fait l'objet d'un congrès passionné entre, d'une part, les "réalistes" conduit par Maire. D'autre part, les gauchistes violemment opposés à cette reddition au Patronat, les desesperados" comme les appelait avec tant de mépris l'opportuniste et traitre Maire....! Alors qu'ici, rien du tout : on a changé de ligne politique à 90 degrés, sans même le dire aux militants de base de la FI mis devant le fait accompli, ce qui renseigne sur la nature ultra autoritaire de cette direction + élus autoproclamés, autodésignés, qui ne représentent qu'eux même...!

Paraphrasant Brassens, je dirais : la critique et la révolte anti-système de Corbière, elles s'arrêtent au premier étage, et encore...! Corbière, le Jean-Vincent Placé de la FI. S'il devient ministre de Macron, vous ne pourrez pas dire que que je ne vous ai pas prévenu : on est dirigé par des brêles...!

2)-Les bouffonneries de la Mouffe !

Sur la qualité des écrits "théoriques" de Chantal Mouffe, je vous renvoie au dernier ouvrage de JP Garnier : "le grand guignol de la gauche radicale, chroniques marxistes burlonistes", édition Critiques, 2017. Il faut lire ce livre. Oui, Jean-Pierre taille des costards, afin de dénoncer la vacuité idéologique de tous ces pseudo intellectuels prétendument contestataires. Mais, sous l'humour, l'analyse sociologique est très rigoureuse : on apprend beaucoup sur Ruffin, Mouffe, Lordon nouvelle manière, Iglésias, etc. Certes, c'est un jeu de massacre, mais les plumitifs occupants sans vergogne après avoir virer les bons, un espace de la gauche critique, qu'ils n'assument pas, ne méritent pas davantage !

Dans son chapitre, "Chantal Mouffe, championne de l'esbrouffe", JP Garnier égratigne la politologue belge, pour qui "la lutte des classes, c'est fini"(sic), Pire encore, sans remettre en cause les rapports de production capitaliste, la Direction de la FI serait capable, comme par magie, de "créer une volonté populaire et collective", et qui, "en organisant la pluralité des demandes venues d'en bas" serait susceptible "de transformer profondément les institutions au lieu de les rejeter toutes" (sic). On croirait lire du Robert Hue, quand il voulait "représenter la France" dans sa diversité (aucune référence aux classes populaires dans les 2 cas), appelant "à une vague transformation sociale au sein même du système". Sans aucune rupture. Sans tenir compte de la forte demande des jeunes et des adultes pour une offensive politique clairement anti-système. Pour Mouffe, "seuls les excès du libéralisme sont condamnables, le "réformisme radical", dont elle se veut le chantre est un simple réformisme de façade du capitalisme. Pas un projet alternatif, antagonique. Son radicalisme petit bourgeois est en réalité la feuille de vigne idéologique d'un ancrage politique de plus en plus droitier !

On se taira pudiquement sur sa référence aux 'gens"(sic), alors que nous vivons une société et une lutte des classes féroce, que la Bourgeoisie est en train de gagner, comme le disait si bien le milliardaire Waren Buffet. De même, on a vu de près ce que donnait le fonctionnement "gazeux", "non démocratique" de la FI. La triste convention de la FI de Clermont-Ferrand est encore dans toute les mémoires. Les militants de base de la FI réduits à faire la claque de ces Messieurs-Dames les dirigeants et élus, starlettes superficielles faisant le paon devant les caméras, notamment Quatennens, grâce aux textes écrits à l'avance par Jacques Généreux ! Le rejet brutal par la direction de la FI d'une pétition rédige par Marc Lebas et JP Boudine demandant plus de démocratie au sein de la FI !

3)-Malaise au sein de la FI :

Quelques chiffres : la FI est passée de 20 % ( score de JLM) à 10% d'intentions de votes ( sondage récent pour les Européennes). Et les élections partielles confirment hélas cette triste dégringolade. Le nombre de militants de base de la FI actifs est passé, quant à lui de 50 000 (campagne présidentielle) à 10 000 aujourd'hui. Les jeunes, qui plébiscitaient JLM, homme politique préfèré des moins de 25 ans, se sont retranchés depuis dans l'abstention. Depuis le mois de janvier 2018, on assiste à un réveil des luttes sociales : retraites, surveillants de prison, étudiants, personnel hospitalier et des Ehpad, cheminots, parents d'élèves, agents d'Air France, caissières de Carrefour, etc. Macron fait l'unanimité contre lui, y compris au sein même de certains médias. La Direction de la FI n'a pas relayé cette ébullition sociale, ni cherché à rassembler positivement tous les anti Macron autour de son programme "L'Avenir en commun" : soit une faute politique majeure, une responsabilité énorme devant l'Histoire...!

4°)-JLM, le retour !

In fine, on observe les efforts de JLM pour revenir au premier rang : présence réussie dans les manifs du 5 et du 26 mai 2018. Souci de transformer le PG en think thank de la FI sur le modèle de Terra Nova ou de la Fondation Jean Jaures. Efforts couronnés de succès, puisqu'il vient de gagner +7 points en un mois dans le sondage IFOP de Paris Match, ce dont, bien sûr, on se réjouit. De m^me, un sondage, publié hier à la va-vite sur BFMTV, montre que la FI est le première force d'opposition a Macron : +2 points.

A ce stade, son rôle est de sortir notre programme "L'avenir en commun" de la naphtaline, rappeler Jacques Généreux comme co-responsable du programme, renouveler d'urgence les dirigeants de le FI qui ont failli devant nos yeux et de ceux du Peuple français qu'ils n'ont pas défendu de toutes leurs forces, au profit d'une opposition de salon inoffensive à Macron...!

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.