LES GILETS JAUNES ONT RAISON DE SE REVOLTER !

Les Gilets Jaunes ont raison de se révolter. Certes, il existe de fausses analyses occultant la réalité de la situation sociale actuelle, comme le dernier ouvrage de Thomas Piketty  sur les inégalités. Selon lui, les inégalités seraient uniquement à caractère "idéologique". En réalité, il oublie de parler du rapport salarial au sein du capital, qui n'a jamais été  aussi inégal....

Les Gilets Jaunes ont raison de se révolter. Certes, il existe de fausses analyses occultant la réalité de la situation sociale actuelle, comme le dernier ouvrage de Thomas Piketty  sur "le Capital et les inégalités". Selon lui, les inégalités seraient uniquement à caractère "idéologique", un simple discours que chaque génération se raconterait. En réalité, il oublie de parler du rapport salarial au sein du capital, qui n'a jamais été  aussi inégal. Heureusement, Alain Badiou ne l'oublie pas, bien au contraire !

Dans son ouvrage : "Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre 2015", édition Fayard, 2016, il écrit : "le triomphe du capitalisme mondialisé est une évidence que tout le monde a à l'esprit. Le marché mondial est le repère absolu de l historicité planétaire (...).

L'agressivité qui accompagne cette extension est particulièrement spectaculaire. Nous assistons partout à la destruction des tentatives antérieures d'introduire dans le capital des "mesures". J'appelle "mesure" les compromis passés notamment dans la période de l'après seconde guerre mondiale entre le capital et d'autres logiques (...). Tout est en train d être méthodiquement détruit, y compris dans les pays qui en étaient le paradigme (...). Le mot "privatisation" est particulièrement agressif (...). Il faut bien voir que la victoire objective du capitalisme mondialisé est une pratique destructrice agressive.

Et on ne peut être inquiet de la faible résistance (syndicales) au regard de ces destructions successives. En réalité cette reculade est ininterrompue depuis 30 ans" (sic).

Badiou montre le Capital comme un rapport salarial agressif et inégalitaire. Soit. Inversement, Piketty présente le Capital comme le monde merveilleux d'Amélie Poulain ! Dans sa vision, avec le Capital, il n'y aurait que des gagnants. Le libéralisme ne serait pas libéralisme, c'est à dire le triomphe des plus forts, et l'abattoir des plus faibles. Pour Piketty chaque salarié peut devenir millionnaire, ce qui est totalement faux !

En réalité c est tout le contraire qui se passe, puisque les inégalités deviennent abyssales. On est passé d'un écart des revenus de 1 à 30 dans les années 60, à un écart de 1 à 386 en 2014, avant la réforme de l ISF de Macron. Comme le montre un sondage récent du Secours Populaire, les enfants  de pauvres entre 8 et 14 ans) ont peur plus tard de vivre dans la rue ! C'est cette misère de masse qu'occulte Piketty, quand nous comptons 15 millions de pauvres! C est un bras d'honneur lancé aux Restos du Coeur qui n'ont jamais autant servi de repas. Comme me disait un bénévole de la Banque alimentaire : "on est revenu au Moyen Age".

Ce qu'occulte aussi Piketty, c'est qu'il y a une férocité de la Bourgeoisie à écraser socialement le Peuple français, ce qu'elle fait méthodiquement depuis le milieu des années 70, où, ayant entrepris les grandes manoeuvres pour restaurer son taux de profit alors en chute libre, en créant  la mondialisation des échanges, la casse du statut du salarié fordiste. Et en laissant filer sciemment, en toute connaissance de cause la courbe du chômage : 1 million de chômeurs sous Giscard en 1980, 2 millions en 1988, 3 millions en 1997, 6 millions aujourd'hui, selon la DARES, 9 millions selon nos calculs. L'objectif étant de filer au Peule français la pire raclée de son histoire.

Face à cette situation ultra agressive, les gilets jaunes ont raison  : 1°)-de ressortir la question sociale mise au rancart depuis 30 ans par les partis dit de "gôche". 2°)-De demander une vie  décente pour tous. EN UN MOT, LES GILETS JAUNES ONT RAISON DE SE REVOLTER...!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.