Lettre ouverte à tous ceux qui vitupèrent contre le film "Hold up"

Madame, Monsieur l'idéologue de  service,

Le film « Hold Up », sorti le 11 novembre se répand comme une trainée de poudre par l’internet. Le fil d'actu de Facebook est confisqué par des commentaires sur ce docu.

Impossible d'ouvrir un journal, -Libération-, une télévision mainstream -Cnews- une radio, -France Inter-, sans vous lire, vous les gratte-petits au service du Pouvoir ; vous la député LREM vociférant telle une folle ; vous la pseudo "spécialiste" du complotiste (on aura tout entendu !), pester, tonner, fustiger, vitupérer, stigmatiser ce film "complotiste"(sic).

Libération ne fait-il pas sa "une" avec ce titre vengeur : "Le virus complotiste'. Et sort un fast checking en 10 points, dont la lecture est plus risible, mensongère, qu'autre choser. Imagine-t-on le grand film Z de Costa Gavras, sorti en 1969, faire l'objet d'un fast checking demandé par Jacques Chaban-Delmas, Premier Ministre de l'Epoque : bien plus ouvert aux idées de l'opposition que le pseudo journal de "gôche" Libération... ?! Comme tous mes amis, j'aime beaucoup le film Z : mais il contient un certain nombre d'exagérations entre les "gentils" et les "méchants": ce qui ne m'a pas empêchée de le défendre mordicus !

"Hold op" propose un autre récit du covid-19. Pointe le complot mondialiste terrifiant qui existerait pour certains derrière le virus.

Dénonce les nombreux mensonges produits par les Gouvernements en place : par exemple, au mois de mars, le virus devait faire 500 000 morts en Grande Bretagne et en France, selon le charlatan Ferguson. En réalité, il n'en a fait que 40 000 à ce jour. N'en déplaise à Libération, ce n'est pas une "erreur" mais une réalité.

Film condamnant l'effet d'aubaine produit pas ce virus, permettant à Macron de voter des lois liberticides en toute tranquilité.

Certes, Monique Pinçon Charlot parle de "génocide des pauvres". Il s'agit d'abord de se débarrasser des personnes âgées, trop chères à entretenir. Mais dores et déjà, on peut bien parler de "mort sociale" des pauvres, dans la plus profonde indifférence.

Hold up a du succès, malgré toutes les embuches que le Pouvoir met à sa diffusion, car il correspond à un besoin de comprendre la situation dans laquelle nous vivons. Depuis 10 ans, le dégringolade intellectuelle de vos chaines d'information au service du Pouvoir est telle, que des millions de femmes et d'hommes, pas seulement les personnes peu instruites comme votre idéologie dominante le fait croire abusivement, se réfugient sur les réseaux sociaux. Terreau évident du film Hold up, où les auteurs ont puisé largement.

Hold up a du succès, car son récit alternatif de la pandémie, que le virus ait été créé en labo comme pensent certains, ou qu'il ait été volontairement mal soigné comme en France avec Macron,  illustre à quel point les Peuples de la planète sont devenus de la mie de pain pour la clase dirigeante. A quel point on assiste à l'obsolescence de l'humanité, pour parler comme Gunther Anders dans son ouvrage : "l'obsolescence de l'homme". Des "êtres jetables" aurait dit Aimé Césaire.

Face au mensonge, pierre angulaire du système macronien, les réseaux sociaux, le film Hold up, participent à la construction d'un nouveau "sens commun" cher à Gramsci. Une nouvelle vérité émerge, de nature à fédérer dans les têtes et dans les coeurs, un Peuple fort, conscientisé, voulant son émancipation, en rupture avec le système capitaliste pourri.

Avec le groupe "Pouvoir au Peuple", nous nous inscrivons 5 sur 5 dans cette démarche.

Le Rassemblement "Pouvoir au Peuple" regroupe le PCRF, le PARDEM, le CNSJS, les "Insoumis démocrates", les "Franchement insoumis", le courant interne/externe à la FI : "Rupture, Pouvoir aux insoumis". Le porte-parole pourrait être Jacques Généreux ou Jacques Sapir ou Jacques Cotta.

Son programme en 23 points préconise notamment une sortie de la zone euro en plan A. Une politique de relance keynésienne à partir de l'augmentation substantielle des salaires, de nature à créer des centaines de milliers d'emplois. La création de 2 millions d'emplois pour les jeunes et chômeurs de longue durée dans le secteur associatif.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.