Lettre ouverte à Macron sur l'emploi, le chômage et la pauvreté !

1°)-Brigitte Pascall : Les organisations caritatives se plaignent de la lettre de Macron envoyée à tous les français. Malgré la paupérisation de masse recouvrant notre pays, sa lettre ne parle pas de la pauvreté, des sans abris et du mal logement.

Voilà pourquoi je reposte ma lettre ouverte à Macron sur l’emploi, le chômage et la pauvreté rédigée le 12 septembre 2018.

2°)-Lettre ouverte à Macron sur l’emploi, le chômage et la pauvreté
12 sept. 2018

Lettre ouverte à Macron sur l’emploi, le chômage et la pauvreté :

Macron sort aujourd'hui son plan pauvreté. Avec de faux chiffres de l'INSEE, évaluant sans rire le nombre de pauvres à 8,6 millions en 2016 contre 9 millions en 2015 : chiffre ridiculement bas dans l'océan de pauvreté actuelle. L'occasion pour moi de lui écrire, afin de lui rappeler toute la politique anti sociale menée depuis 18 mois, sous son contôle. Misère et larmes frappant toutes les catégories sociales répandue par ses soins. Sont concernées tout à la fois les classes populaires, les chômeurs, les jeunes, les retraités, cheminots, personnel soignant, allocataires du RSA, handicapés, personnes sous curatelle, etc...

Lettre ouverte:

"L'Histoire jugera sévèrement votre quinquennat. Votre responsabilité majeure dans la tragédie sociale frappant le Peuple français. Vos contre-réformes à répétition dignes de celles d'un Charles X, dans une Restauration de l'Ancien Régime asssumée, défendue bec et ongles par les médias à vos ordres, afin que vous perduriez le plus longtemps possible à l'Elysée. Vos brutalisations à répétition des sans nom des sans grade que nous sommes, s'ajoutant les unes aux autres dans une triste chaîne discontinue de déshumanisation du monde du travail, des chômeurs, des jeunes et des retraités :

casse de notre code du travail, qui unifiait le monde du travail, traitant sur un même pied un vendeur de chez MacDo et une cadre de firme multinationale. Diminution par deux du nombre de contrats aidés, obligeant les titulaires de CAE (850 euros par mois) à basculer dans le RSA : 450 euros par mois. Pensions de retraites, ne suivant même pas le cours de la vie et hausse de la CSG frappant durement le pouvoir d'achat d'un retraité : ainsi, un retraité percevant 1500 euros par mois, a un manque à gagner de 586 euros chaque année. Réforme du prélèvement obligatoire obligeant chaque imposable A PAYER PLUS QU'IL NE DOIT, pendant les six premiers mois de l'année, alors que 80% des français ont déjà du mal à joindre les deux bouts explique Jean-Paul Delevoye alors médiateur de la République. Baisse des APL frappant les étudiants désargentés, suppression honteuse du statut des cheminots, au motif que gagner 1295 euros par mois serait un salaire de "privilégié". Absence d'effectif minimal dans les hôpitaux, deux aide-soignantes obligées de s'occuper de 80 malades. Ampleur de la pauvreté de masse occultée par vos médias et l'INSEE aux ordres, faisant croire naïvement depuis cinq ans à un chiffre de 9 millions de pauvres. Et maintenant à un chiffre de 8,6 millions de pauvres en 2016, malgré l'océan de pauvreté que chacun peut constater à travers le nombre record de repas servis cet été par les Restos du Coeur. Inversement, selon nos calculs, il existe 15 millions de pauvres vivant en dessous du seuil de pauvreté. Chômeurs qui de plus sont en grande détresse psychologique, perdant leur aspiration profonde à "être avec".

L’Histoire pointera votre responsabilité majeure dans les tristes années d'hiver traversées par le Peuple français. Les français ne retiendront de vous que la misère, les larmes subies au cours de ce quinquennat. La possibilité hélas juridiquement ouverte depuis janvier 2018 d'être viré du jour au lendemain, quand bien même le salarié dispose d’un CDI. L'absence totale d'augmentation généralisée de salaire. La baisse réelle du pouvoir d’achat à cause d’une inflation à 2% par an. L'absence de création d'emplois en CDI en nombre suffisant pour les 190 000 jeunes débarquant sur le marché du travail (chiffre Matthieu Plane de l'OFCE), atonie de la croissance plombée par l'austérité, que vous avez décrêtée oblige !

Le temps ne vous rendra pas votre âme pourrie par votre engagement forcené au seul service de la Finance. Sa cupidité, sa Volonté de Puissance, et à qui il en faut toujours plus : toujours plus de profit, toujours plus de grandiose, toujours plus de part de marché international. Le temps n'oubliera pas votre bilan de Président félon, "compradore", ayant vendu à la criée l'aéroport de Toulouse, Alsthom aux américains, dans les conditions douteuses que l'on sait. On assiste aujourd'hui à un véritable PILLAGE du budget de l'Etat par les plus riches, tandis que l'Etat social redistribuer a été raclé jusqu'a l'os.

Grâce à vous, grâce au Capitalisme financier dont vous êtes la marionnette, la jeunesse, les retraités, les Classes populaires et une partie de la Classe moyenne déclassée sont au fond du trou. Le Peuple français a reçu la pire raclée de son Histoire. Pareil aux communards tués puis jetés dans la fosse commune, sur ordre d'Adolphe Thiers, votre alter ego en crapuleries, mise à mort de toute révolte populaire, comme le montre l'extrême violence déployée par la Police assermentée ou non contre les manifestants 2018 venus protester contre vos réformes indignes. Le tabassage du briseur de grève Benalla n’étant hélas que la manifestation de la violence ordinaire de CRS, n'hésitant pas à tuer à bout portant comme Fofana, jeune nantais de 21 ans du quartier populaire de Breil.

Le Peuple français est battu par la loi Rothschild (1973), obligé de payer une "dette" aux banques privées, depuis que la Banque de France n'a plus le droit de battre monnaie. Le Peuple français est battu par le totalitarisme de la finance triomphante, arrogante, qui assoie ses larges fesses sur une France appauvrie, à force de ses rakets répétés : obligé de payer les intérêts de la dette chaque année.

Suite à ses grandes manoeuvres entreprises au milieu des années 70, la Bourgeoisie à l’offensive et ses bras armés politiques successifs, qui se sont succédés jusqu'à aujourd'hui, ont laissé filer sciemment, volontairement, en toute connaissance de cause la courbe du chômage : le nombre de chômeurs est passé de 1 million (sous Giscard) à 6 millions aujourd’hui (chiffres DARES). Et selon nos calculs, le nombre de pauvres est de 15 millions vivant en dessous du seuil de pauvreté. La pauvreté de masse est une horreur. La pauvreté de masse est un crime ignoble. La pauvreté de masse est un sadisme effectué sciemment, froidement, chaque jour depuis 30 ans, contre des femmes et des hommes sans défense, dont on brise le dernier lien social.

- Mise à la rue et déchéance de 400 000 sans abris.
- 7,2 millions allocataires d'un minima social (chiffre Drees).
- 6 millions de chômeurs inscrits à Pôle emploi (chiffre Dares)
- 17% de travailleurs pauvres (chiffre Insee)
- 15 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, selon nos calculs.
- 80% de français ayant du mal à joindre les deux bouts (enquête Sud-Ouest du 1er mai 2010 et rapport 2015 du Médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye).

Nous, militants du courant interne/externe de la FI "Rupture, Pouvoir aux militants" rêvons d'un pays, qui arrache le Peuple au malheur opaque, où malheureusement grâce à vous et à vos prédecesseurs, il s'enfonce chaque jour. Telle est la seule question possible. A cent mille années lumière des petites tractations politiciennes des élus de la FI avec Maurel, formant une opposiiton inoffensive : ce qui vous permet de conserver le pouvoir, sans véritable opposition face à vous. Comme disait Lénine, les opportunistes du mouvement ouvrier sont les meilleurs alliés de la Bourgeoisie.

Malheureusement, la Direction de la FI, enkistée dans sa ligne ultra droitiere occulte totalement la question sociale. La lecture attentive et régulière du blog de JLM, l'écoute chaque semaine de sa chaîne Youtube montre hélas que Mélenchon délaissé la question sociale, pourtant première préoccupation du Peuple francais.

Voilà pourquoi nous avons décidé de faire de la critique sociale et de propositions nouvelles visant à lutter efficacement contre la pauvreté l'un des axes majeurs de notre courant "Rupture, Pouvoirs aux militants".

A rebours de cette dérive anti sociale, LE COURANT "RUPTURE, POUVOIR AUX MILITANTS" FAIT DE LA QUESTION SOCIALE SA PRIORITE NUMERO UNE. Un projet de création de 2 millions d'emplois dans le secteur associatif est joint au texte fondateur du courant "Rupture, Pouvoir aux militants".

Réinventer, sous l'existence terne et morne du monde libéral, les possibilités lumineuses d'un futur plein d'espoir, offrant une vie décente pour chacun. Et où, en rupture avec le mensonge médiatique, pierre angulaire de votre triste système libéral actuel, la vérité sera la clé de voûte et la boussole de notre nouvelle société de partage et d'entraide.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.