Procès Politique fait à Mélenchon !

Interview rugueuse de Melenchon dans le JDD du 15 septembre 2019, intitulée : "LA DERIVE AUTORITAIRE EST LA !"

1°)- Procès politique fait à Mélenchon !

On le dit tout de suite : on ne partage pas la ligne de défense de JLM, en vue de son procès des 19 et 20 septembre. Tant elle nous semble confuse, partielle, montant en épingle des éléments de fait secondaires, comme le défaut de la déclaration de patrimoine de Belloubet, -une maison dans l'Aveyron, deux maisons à Paris. Inversement sont passés sous silence le principal, c'est à dire, la responsabilité directe de King Kostard dans l'initiative de cette procédure, afin d'éliminer un rival politique dangereux.

JLM s'en prend particulièrement aux juges qui seraient seuls selon lui à l'origine de ce procès politique, "où il risque 10 ans de prison pour avoir crié dans l'escalier"(sic). Voilà ce qu'il dit :

1.1°)-"Quelle Justice ? Il s'agit de guerre politique. Le but est de nous nuire le plus longtemps possible" (sic).

Et encore : 1.2°)-"C'est une mise en scène, qui précède un meurtre politique"(sic). En Amérique Latine, c'est le lawfare, guerre juridique, elle se substitue là bas aux coups d'Etat et aux assassinats"(sic).

1.3°)-"Les ministres n'assument plus rien. Depuis, dans l'Etat, c'est chacun pour soi : clanisme, corporatisme, féodalités ! Christophe Castaner et Nicole Belloubet sont deux incapables, la risée de leur ministère et notre honte à l'étranger. Ils n'assument plus l'autorité de leur fonction"(sic).

Certes Macron est critiqué, mais uniquement pour sa politique anti-sociale et sa violence vis à vis des Gilets Jaunes. Pour JLM, il ne serait pour rien dans ce contentieux. Pour notre part, nous pensons qu'il s'agit clairement d'un procès politique fait à Mélenchon, Corbière, Bompard, Lachaud, Pigneron, etc.

 

2°)- L'analyse juridique de Régis de Castelnau pose le problème au niveau politique ! :

Dans son blog "Vu du droit" du 12 septembre, l'ex-batonnier du barreau de Paris développe une analyse circonstanciée bien plus convaincante : "Le 16 octobre 2018, nous assistons quasiment en direct à un raid judiciaire, il n'y a pas d'autre mot, dirigé contre la FI et ses dirigeants, avec les 17 perquisitions opérées par le parquet dans différents endroits de notre pays. Initiative qui semble bien avoir tout simplement violé l'article 26 de la Constitution sur l'immunité parlementaire, sans compter d'autres irrégularités qu'une procédure loyale permettrait de relever.

Le Pouvoir nous a vendus une fable, selon laquelle l'Exécutif n'aurait pas été informé d'une opération inter-régionale nécessitant des décisions coordonnées entre procureurs. Cette coordination n'a pu se faire évidemment que Place Vendôme (Ministère de la Justice : Belloubet), la Garde des Sceaux en était informée. De même que le Cabinet du Premier Ministre et fort probablement d'autres administrations comme l'Office Central de Lutte contre la Corruption et le CCLCIFF comprenant des fonctionnaires d'autres ministères" (sic).

Régis de Castelnau montre "l'opération concertée au plus haut niveau", qui a été montée contre Mélenchon et les autres dirigeants de la FI. Loin d'accuser les seuls juges comme JLM, il pointe les vrais responsables : Belloubet et Philippe. Il ne cite pas Macron, ce qu'on trouve regrettable. Mais son analyse étayée, argumentée, circonstanciée, tient beaucoup mieux la route que les propos généralistes, a-historiques, de JLM, nous faisant croire fallacieusement à un coup monté des juges eux même. Le matin du 16 octobre, en buvant leur café, les juges ont décidé de leur plein gré d'aller faire du tapage chez Mélenchon : qui peut croire à une bobard pareil ???!!!

Nous souhaitons de tout coeur que JLM évite toute condamnation à de la prison ferme et à une peine d'inéligibilité. Encore faut-il qu'il se défende, en posant les bonnes questions, et en ciblant ses vrais adversaires, et en dénonçant un procès politique, comme suggère de faire Régis de Castelnau, dans un billet de blog, au demeurant très bien accueilli sur Facebook par les militants de la FI, avec forces "likes", partages et commentaires....!

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.