Les députés de la FI sont achetés par Macron !

LES DEPUTES DE LA FI SONT ACHETES PAR MACRON POUR FAIRE ECHOUER LES MOBILISATIONS. SOCIALES !

Hier, sur BFMTV, Stéphane Vaire, Directeur de l'édition parisienne de Ouest France, pointait "la mort des corps intermédiaires"(sic), à l'approche du 5 décembre. Puis, estimant qu'il avait assez cogité sur ce point, il a parlé d'autre chose, fort heureusement pour les principaux intéressés : Mélenchon, Martinez et Macron.

Justement il faudrait revenir et approfondir l'absence actuelle et structurelle d'organisations syndicales (notamment la CGT de Martinez) et politique (la France insoumise de JLM), capables de relayer et d'encadrer la colère sociale 2019, qui ne cesse de monter de façon exponentielle dans le pays réel.

Comment en est-on arrivé là ? Comment une formation politique comme la FI, défendant un programme social-démocrate de gauche anti-libéral, anti-système, "L'Avenir en commun", peut-elle être muette, alors que les hôpitaux sont en grève, le personnel soignant exténué de fatigue, obligé de faire tout le travail avec 2 agents pour 80 malades ; qu'une grève des transports tres dure est prévue le 5 décembre ; que la réforme des retraites fait l'unanimité contre elle, 29% seulement des français approuvant ce projet violemment anti social ; que les Gilets Jaunes fêtent leur premier anniversaire, soit une année entière de mobilisation, tout en restant majoritairement populaire auprès des français, ce qui ne va pas de soi : Marine Le Pen venant d'apporter son soutien sans aucune réserve ???

En un mot, comment comprendre le silence assourdissant de Mélenchon et de son entourage, ce dernier se contentant dans son dernier billet de blog de préconiser, face à toutes ces colères croisées, une simple allocation étudiante, sans même qu'on en connaisse le montant exact, alors que le pays est au bord de l'explosion sociale ???

Au demeurant, sa seule remarque concernant le 5 décembre est de critiquer la décision de faire grève un jeudi, préférant tous comme les employeurs de choc et la CFDT un samedi, ce qui ne gêne en rien la production ! JLM parle de la grève du 5 décembre comme s'il s'agissait d'un débrayage local, occasionnel et sans importance. Au moins Hollande, dans le camp des possédants, a clairement dit toute la peur que lui inspirait une telle mobilisation.

Cette adhésion plus que tiède à la colère sociale 2019 des français doit être comparée avec le très fort investissement de JLM dans la mobilisation anti-Khomri de 2016, participant personnellement à presque toutes les 14 journées de mobilisation, reçu par les manifestants comme une rock star, multipliant les billets de blog enflammés contre ce projet de casse, hélas déjà du code du travail, prenant activement la défense des jeunes manifestants très investis dans cette bataille, comme le montre un de ses billets intitulé : "un coup de jeune". On le voit : 2 colères sociales, 2 attitudes de la part de JLM, aussi opposées que possible !

Que s'est-il donc passé entre temps, expliquant un tel revirement d'opinion.

Entre 2016 et 2019, 17 dirigeants de la FI sont devenus députés : JLM, Corbière, Panod, Fiat, Lachaud, Autain, Ruffin, Obono, Qutennens, Coquerel, pour ne citer que les plus importants. Outre leurs indemnités de député, la loi sur le financement de la vie politique prévoit :

1°)-Première aide donnée de 1,7 euros par électeur aux législatives : pour la France insoumise : 2 438 734 électeurs en juin 2017 :
aide publique n°1 = 3 746 611, 74 euros.

2°)- Seconde aide publique versée en fonction du nombre de députés : 17 pour la FI :
aide publique n°2 = 705 266 euros.

TOTAL par an : 4 451 877 euros.

Total sur cinq ans : 22 259 385 euros !

Total trouve sur Wikipedia Financement des partis politiques : 22 millions d'euros pour la période 2017-2022. Avec les indemnités de députés, on arrive à 32 millions d'euros.

Mais cet argent a un coût sans mauvais jeu de mots. Comme résumait Corbière en plein mouvement des Gilets Jaunes, "il faut critiquer Macron mais pas trop"(sic) (BFMTV décembre 2018). En clair, LES DEPUTES DE LA FI SONT ACHETES PAR MACRON POUR FAIRE ECHOUER LES MOBILISATIONS SOCIALES ! C'est ce qui explique le quasi silence actuel de JLM et de son entourage, alors que la pression sociale ne cesse de monter ! Et que la jonction des luttes se profile entre gilets jaunes et cheminots.

Naturellement, et comme le fait remarquer mon ami Dominique Kern, on peut développer la même analyse pour Martinez et le dirigeant de FO, Veyrier, achetés au titre du financement de la vie syndicale : 19 millions d'euros. Un exemple entre mille : le 17 octobre 2017, une mobilisation nationale contre la casse du code du travail réunit 1 million de manifestants, et 200 départs de manif, chiffres produits par la direction de la CGT. Toute la journée, ces chiffres circulent sur Facebook. Le soir à la télé, rétropédalage de Martinez ne parlant. plus que de 400 000 participants !

Aujourd'hui, il y a une acceptation implicite dans le pays, selon laquelle la FI et la CGT ne servent plus à rien, tant pour les gilets jaunes, que pour le gréviste en lutte. Bien sûr, les femmes et les hommes ignorent les détails de la loi sur le financement de la vie politique et syndicale, la véritable cause de l'inertie à les défendre de la direction de la FI. Mais, intuitivement, chaque gréviste sait qu'il doit agir sans "l'aide" truquée de ces supposés "corps intermédiaires" achetés par Macron, pour défendre l'ultralibéralisme, l'oligarchie à qui il en faut toujours plus : toujours plus de profits, toujours plus de cash flow, toujours plus de part de marché international. Et qui roulent en réalité pour le maintien de King Kostard à l'Elysée...!!!

Voilà pourquoi il est urgent de rejoindre le rassemblement "Le Peuple d'abord", réunissant les "Insoumis critiques", les "Franchement insoumis", le courant interne/externe "Rupture, Pouvoir aux militants", le PRCF, le Pardem et le CNSJS, soucieux d'offrir du neuf en politique, offrir à chacun une vie décente, et défendre sincèrement le mouvement des gilets jaunes et tous les mouvements sociaux du moment.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.