COMMENTAIRE DU BILLET DE JLM : "LE 26 MAI : UNE BONNE IDEE A FAIT SON CHEMIN" !

PETIT COMMENTAIRE DU BILLET DE JLM INTITULE : "LE 26 MAI : UNE BONNE IDEE A FAIT SON CHEMIN"

Décevant. On a lu le dernier billet de JLM intitulé platement : "Le 26 mai : une idée qui fait son chemin". Plus terne, plus politicard, tu meurs. Mélenchon appelle, de façon chichiteuse, cul de poule, à participer à la journée du 26 mai, initiée notamment par Attac, Copernic, la CGT et la France insoumise. Nous enjoignant, nous les militants de base, les sans nom les sans grade de la politique, à préparer nos seaux de colle, ce qu'il répète d'ailleurs à plusieurs reprises. Et (implicitement) à nous taire.

C'est bien connu : seuls les "chefs" ont le droit de faire de l'analyse politique. Mais en fait d'examen de la situation du mouvement social, le topo est court, partiel, convenu, réduit à sa plus stricte expression : ses seuls éléments syndiqués : les cheminots. Tandis que les autres : les jeunes, les retraités, les personnel des Ehpad et des hôpitaux, JLM s'en soucie autant que de ses première chaussettes...! C'est dire la lucidité d'une telle analyse.

Ainsi, selon JLM, il existerait "un renouveau de la mobilisation à la SNCF"(sic) : mais la belle journée de luttes de lundi est passée sous silence, n'étant d'ailleurs pas citée expressément : à nous de deviner d'où vient ce "rebond" inattendu. De même, "l'impasse du dialogue social"(sic), justifierait de se mobiliser le 26 mai : on croirait entendre un vieux briscard syndical de FO, ou Jacques Duclos dans un article de jeunesse.

Puis, sans transition, on a droit à un éclair de gauchisme : "le retrait de la réforme des cheminots serait à portée de main"(sic), sans autres explications, comme on appuie sur un bouton. Je suis très à gauche, d'aucun diront : gauchiste non repentie. Mais je déteste plus que tout un certain gauchisme facile, imbécile, comme ici dans le genre : la réforme SNCF serait agonisante, sans qu'on sache comment et pourquoi. Si JLM a des informations précises que nous ne connaissons pas, qu'il les mettent sur la table.

Pendant des mois et des mois, JLM + Direction de la FI ont fait silence. Ils n'ont pas eu un seul mot pour soutenir et relayer le mouvement social actuel. C'est à dire, le réveil des luttes parties de la base, le plus souvent à l'extérieur des organisations syndicales. Puis, tout à coup, sans transition, JLM nous la joue gauchiste de salon : la réforme du statut des cheminots serait presque à la poubelle !

Enfin et le pire, il définit la politique libérale mortifère de Macron, où des millions de gens crèvent la dalle, comme un simple "changement social"(sic). Bonjour le billet centre-droit, à peine social -démocrate, à faire rougir de honte un certain François Hollande, qui, comme chacun sait, a le verbe facile, lui et son célèbre : "mon ennemi, c'est la finance."

Que dire de plus de ce texte frileux, compassé, pas du tout à la hauteur de la colère du Mouvement social 2018, notamment de la belle maturité politique dont fait preuve la jeunesse actuelle, clairement demandeuse d'une offensive politique extra-système ? On reste ébahi sur le contenu de ce billet, sans nul doute, dicté par Corbière et la direction PS bis de la FI. Il y a peu, je m'indignais d'un ordre de Staline, demandant aux soldats russes d'aller se faire trouer la peau contre la Wermacht. Texte d'autant plus risible, que Staline était un trouillard de première : quand les allemands ont été aux portes de Moscou fin 1941, il est allé s'assoir sur un banc, attendant qu'on vienne le faire prisonnier. Mon ami Jean-François Pierre m'a expliquée, que ce texte, certes signé Staline, était en réalité écrit par tout le Soviet suprême. Je me demande jusqu'où il n'en va pas de même du présent billet... ???

PS : TRÈS BON ENTRETIEN DE JLM DANS LE JDD D'AUJOURD'HUI : "NOUS FAISONS TOUT POUR ENCOURAGER LA RESISTANCE POPULAIRE ! "(sic)

1°)-Brigitte Pascall : N'en déplaisent à certains, je ne suis animée d'aucune "détestation"(sic) vis à vis de JLM. Et me réjouis la première, lorsque Mélenchon donne de la voix pour encourager la résistance populaire : ainsi qu'il le fait dans un excellent entretien du JDD du 21 janvier 2018, pour lequel j'ai rédigé un petit compte rendu (voir ci-dessous).

Le ton social et nettement à l'offensive de JLM dans cette interview me confirme dans mon hypothèse de départ : il a été obligé d'écrire ce billet fade et insipide du 16 mai 2018 (dont je parle ci-dessus), sous "l'amicale pression" de Corbière et de sa bande, véritable dirigeant (autoproclamé) de la France insoumise...!

2°)-Article rédigé le 22 janvier 2018 :

"Le ton est à l'offensive. En effet, JLM a donné un entretien, qu'on peut lire dans le JDD d'aujourd'hui (21 janvier 2018). Et qui sort de la léthargie observée ces deux derniers mois : novembre et décembre 2017. Si l'ex candidat aux Présidentielles reconnaît avoir perdu la bataille des ordonnances mais pas la guerre, en revanche, il pense que beaucoup de choses se joueront sur l'école et sur la santé. Ajoutant : "nous faisons tout pour encourager la résistance populaire"(sic).

D'autant que JLM porte un regard très dur sur Macron : "Macron s'est d'abord affirmé comme le Président des riches. Désormais il fait la guerre aux pauvres. Voyez : les revenus les plus faibles du pays vont perdre 60 euros par mois tandis que les plus élevés vont en gagner 1700...D'un côté, la suppression de l'impôt sur la fortune ; de l'autre, l'augmentation de la CSG. École, hôpital : tout se disloque. C'est le gouvernement le plus féroce depuis longtemps" (sic).

Sur Facebook, nous avons fait beaucoup de tapage sur la hausse de la CSG avec des témoignages de gens qui ne dormaient plus la nuit pour trouver un plan B, et la suppression de l'impôt sur la fortune, en relayant un long article de Médiapart sur le sujet. JLM en tiendrait-il compte tout à coup...??? Ce qui est sûr, c'est que son ton social et volontaire contre Macron nous convient mille fois mieux que les amabilités de Corbière, vis à vis d'un Président responsable de la tragédie sociale actuelle : 15 millions de pauvres selon nos calculs. 30% de la population touchée par la pauvreté, selon une étude du Secours Populaire. C'est cette ligne ferme, classe contre classe, qui peut donner à terme de bons résultats.

Christophe Barbier, la voix de son maitre bien connue, a eu ce matin sur BFM-TV une réflexion bizarre : "pourvu qu'il n'y ait pas de grève générale !" Répercuterait-il une inquiétude en haut lieu, sur la base notamment des différents hôpitaux en grève...??? Ce que j'entends, c'est que le combat social n'est pas fini avec la publication des ordonnances démolissant le code du travail. Il prend d'autres sujets, d'autres voies, et que même Macron n'en mène pas large....!"

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.