DISSOCIER GROUPE PARLEMENTAIRE LFI ET BUREAU POLITIQUE DE LA FI !

DISSOCIER GROUPE PARLEMENTAIRE LFI ET BUREAU POLITIQUE DE LA FI !
Nouvelle version 4

I- LES DIRIGEANTS DE LA FI DESSINENT UN ESPACE DES POSSIBLES POLITIQUE ETRIQUE, REDUIT AU SEUL HEMICYCLE DE L'ASSEMBLEE

Tout comme les députés parlementaires LREM, les députés de la FI sont :

1.1)- DES MACHINES A APPLAUDIR MACRON. Et à le soutenir de façon déguisée, comme le montre le discours de Mélenchon, lors de la discussion de la motion de censure présentée par la FI, le PCF et nouvelle gauche (PS). JLM a volontairement concentré ses attaques sur le seul Premier Ministre, Philippe, sauvant la mise du soldat Macron, dont la responsabilité a été pourtant gravement mise en cause par l'affaire Benalla, -comme explique le professeur de droit constitutionnel Derosière, Macron a "couvert" les agissements répréhensibles de Benalla -, et qui a pourtant essuyé le discours du chef de l'opposition sans un seul cheveu de déplacé.

1.2)-Second scénario des élus de la FI : "RASSEMBLER LES OPPOSITIONS PARLEMENTAIRES A MACRON, en invitant un député LR, un député PS et un député "Générations" aux AMFIs de la FI des 24, 25 et 26 août prochain.

Comme écrit Bompard de façon inimitable : "il nous a semblés "normal" de faire de ces universités un espace où les oppositions à Macron puissent se rencontrer"(sic). Le mot le plus choquant de la phrase est "normal". Ce serait donc "normal", "allant de soi" de transformer des rencontres d'été destinées à l'éducation populaire, éducation politique des seuls militants de base de la FI, en nouvelle buvette de l'Assemblee Nationale, où se concoctent "les petites alliances parlementaires, petites soupes"(sic), justement décriées par le Général de Gaulle, ironisant sur les basses et pauvres manoeuvres sans lendemain des députés de la IVEME République. Notre programme "L'avenir en commmun" préconise une 6ème Republique. Mais les députés LFI sont enkistés dans les règles délicieuses de la 5ème République, voire de la 4ème République !

Le pire, c'est que les militants de base de la FI laissent faire, reprenant l'idee de Bompard selon laquelle cette trahison manifeste de notre programme serait "normale". En ce qui me concerne, je le dis tout net : c'est une trahison majeure inacceptable...!

Corbière, Chikirou, Bompard, Girard, Quatennens, Bernacilis, Obono, Panaud, ne défendent pas loyalement les intérêts de la FI. Se taire serait synonyme de complicité avec cette ligne LREM bis, social-libéralisation des consciences imposée sans l'avis de la base en lieu et place de notre programme initial anti libéral et anti PS.

Que les élus LFI sauvent le soldat Macron ou qu'ils organisent une pseudo unification des oppositions parlementaires, ils dessinent un ESPACE DES POSSIBLES ETRIQUE, REDUIT AU SEUL HEMICYCLE DE L'ASSEMBLEE. Totalement coupé du reste de la société qui souffre, faute d'emploi et d'argent suffisant. Les élus LFI sont également totalement coupés des mouvements sociaux 2018, qu'ils soutiennent mollement, insuffisamment, ce qui a permis là encore une victoire à la Pyrrhus de Macron.

1.3°)-NOUS SOMMES EN TRAIN DE VIVRE UN GLISSEMENT MAJEUR D'OPINIONS !

Les élus de la FI sont tellement enkistés dans leur vie parlementaire vieillote, surannée, ne repercutant pas les grands problèmes sociaux du moment : la société française 2018 basculant toute dans le chômage et la pauvreté de masse ; le réveil des luttes catégorielles d'une ampleur inédite, dont la colère n'est pas relayée par le champ politique : que nos élus LFI ne comprennent pas, ou refusent obstinément de comprendre que NOUS SOMMMES EN TRAIN DE VIVRE UN GLISSEMENT MAJEUR D'IDEES DANS L'OPINION.

La gestion médiatique de l'affaire Benalla a montré une FEROCITE incroyable vis à vis de Macron de ces mêmes médias qui, hier encore, l'ont porté à l'Elysee à coups notamment de 54 "unes" : "Le Monde", que je lis tous les jours en ce moment : et dont la violence extrême faite au petit poudré ne se limite pas à Benalla. Mais vaut pour tous les sujets, sociaux notamment. Le Canard enchaîné, Médiapart, Liberation qui a sorti l'affaire du molestage de manifestants par Benalla au jardin des plantes. Le Nouvel Obs, le Point, le Figaro, L'Express, Europe 1, etc.

Macron est affaibli idéologiquement parlant. Et au lieu de profiter de cette nouvelle fenêtre de tir pour exposer, dénoncer la mise à mort sociale du Peuple français, les élus de la FI s'obstinent dans leur seul cirque parlementaire, totalement inoffensif comme chacun sait ; totalement vendu à Macron for ever.

II)-FAIRE DE LA FI UN MOUVEMENT DE MASSE ET NON PLUS UN GROUPE DE NOTABLES !

2.1°)-Le PCF et le PS des années 70 dissociaient nettement groupe parlementaire et Bureau Poltique.

Corbière et sa bande, dont Bompard, nous a imposés ce fonctionnement insensé de la France insoumise : les députés LFI SONT AUSSI LES VRAIS DIRIGEANTS DU MOUVEMENT. Soit un petit groupe d'une vingtaine de personnes autoproclamés dirigeants de la FI sans aucun aval de la base. Pire encore, Corbière and co nous a imposés ce fonctionnement "comme le seul possible". Rien n'est plus inexact.

Regardons le fonctionnement de deux partis "pesant" 20% des votes comme la FI : le PCF entre 1945 et 1981 ; le PS de Mitterand des années 70. Certes, chacun de ces partis avaient un groupe parlementaire, d'ailleurs plus important que celui de la FI : groupe parlementaire communiste, groupe parlementaire socialiste, étant présents à l'Assemblée et au Sénat. Mais le PCF regardait ses parlementaires avec beaucoup de méfiance : chaque député communiste était obligé de donner la moitié de son indemnité au "Parti". Je suis allée à l'école communale et au lycée avec Catherine Gorce, fille du député communiste, Roger Gorse. Et ma soeur est allée à l'école avec la fille d'Andre Lajoinie, alors simple député. Je peux donc témoigner : Catherine Gorce était habillée très simplement, pas du tout prétentieuse. Je peux aussi confirmer que ce n'etait pas eux qui dirigeaient les destinées du PCF, mais l'équipe autour de Georges Marchais.

Même chose côté PS : c'est Mitterand et ses lieutenants triés par ses soins, qui dirigeaient le PS des années 70, le groupe parlementaire PS ayant une place plus que subordonnée.

Dans les 2 cas, PCF et PS, l'objectif était de construire UN PARTI DE MASSE pour prendre le pouvoir. Ce qu'ils ont réussi par faire en 1981. Résultat :
1)-de la promotion de leur programme : "le programme commun".
2)-Du militantisme intensif de la "base" tractant sur les marchés, faisant du porte à porte dans les HLM pour vendre le programme commun, comme raconte Pierre Juquin.

IL FAUT QUE LA FI DISSOCIE LE GROUPE PARLEMENTAIRE LFI ET LE NOUVEAU BUREAU POLITIQUE DE LA FI...!
II-

"La France insoumise est morte. Il reste, en errance, le peuple qui suit la FI, parce qu'il croit à son programme" écrit Dominique Kern. Rien de plus juste : la FI actuelle n'a aucune dynamique de vie propre. Elle se résume à quelques "arrangements" d'alliance avec Générations et le PS à la buvette. Elle n'est pas morte, vu que, depuis juin 2017, elle n'a plus de vie interne ! Il faut absolument que LA FI REDEVIENNE UNE MACHINE A REVES. Voilà pourquoi, il faut reprendre le fonctionnement du PCF et du PS des années 70. C'est à dire :

A)-CREER UNE FORMATION DE MASSE, en lieu et place de ce groupe de notables à demi vendus à Macron. Les militants investis sur Facebook et Tweeter joueront un rôle actif d'éducation populaire et de conscientisation du Peuple français. Leur rôle sera reconnu dans les nouveaux statuts de la FI.

B)-Ressortir de la naphtaline NOTRE PROGRAMME "L'AVENIR EN COMMUN", mais aussi, qu'on rappelle Jacques Généreux, rédacteur et coordinateur du programme AEC, viré par Corbière au profit de Charlotte Girard.

Quitte ensuite à réécrire notre programme AEC sur certains sujets :
- des propositions plus volontaristes visant à lutter contre la pauvreté et à revenir au plein emploi..
- Une réflexion et des propositions sur le rôle des CRS et le retour à notre DROIT CONSTITIONNELLEMENT RECONNU DE MANIFESTER, c'est à dire former des regroupements spontanés, sans que la Police nous tabasse, nous encercle dans des nasses, nous gaze ou nous mettent en garde à vue.
- Proposer des nationalisations sans indemnisation.
- Une critique de la finance folle, copié/collé de notre programme "L'Humain d'abord" de 2011.
- Proposer une 6ème Republique, en s'appuyant notamment sur les travaux d'Alain Garrigou.
- Lancer une réflexion sur la sortie de la zone euro, en rétablissant la première version écrite par Jacques Genereux sur le sujet au cours de l'été 2015, sur la base des ouvrages de Jacques Sapir..
- Préconiser le référendum d'initiative populaire, à partir de la démarche lancée par notre ami Patrice Weigel.
- Inventer une nouvelle France insoumise cent mille fois plus démocratique et en phase avec la société 2018 que ce que propose Corbière ! Il est évident, que l'on ira voir les propositions rédigées par Marc Lebas, Jean-Pierre Boudine, Christophe Caillou du groupe Café des insoumis. Et que l'on en parlera dans le texte fondateur.

C)-DISSOCIER GROUPE DE DEPUTES LFI ET NOUVEAU BUREAU POLITIQUE DE LA FI. Seul JLM, fondateur du PG, FDG et de la FI en 2016 siègera dans le nouveau Bureau politique de la FI. En revanche, les 16 autres elus LFI n'ont pas vocation à siéger dans le nouveau BP. Les membres du BP seront choisis démocratiquement par les militants de base de la FI, sur une liste de candidats ouvert à tous. Un Conseil National démocratiquement désigné définira les grandes orientations politiques.

D)-LA NOUVELLE FRANCE INSOUMISE DOIT SE RECENTRER SUR LA BATAILLE CULTURELLE :

La nouvelle France insoumise doit se recentrer sur la bataille culturelle des idées. Mener une guerre de position idéologique quotidienne de nature à imposer une contre culture, rendre hégémonique une culture politique (6ème République, tirer les plus faibles par le haut et revenir au plein emploi, critique de la finance folle...), qui existe aujourd'hui dans le pays, surtout sur les réseaux sociaux, mais de façon underground.

Tout le projet du courant interne/externe DELIT DE RUPTURE, c'est justement de reconstruire un "intellectuel collectif", et de mener UNE BATAILLE CULTURELLE, au sens où l'utilise Gramsci, pour que nos idées, jusque là minoritaires deviennent hégémoniques dans la société française 2018.

Il importe de rappeler quelques grands principes totalement fourvoyés par la Direction actuelle de la FI :
1°)- Faire une nouvelle FI respectueuse des militants de base, ce qui n'est pas le cas en ce moment.
2°)- Faire une nouvelle FI, où notre programme l'avenir en commun" sera la pierre angulaire de notre stratégie.
3°)-Faire de la FI un INTELLECTUEL COLLECTIF avec tous les militants de base.

Ce à quoi on réfléchit en ce moment, c'est à l'existence de "compagnons de route", de "sentinelles" de la gauche critique, en orbite de la FI : Lordon, Sapir, Coutrot, Plihon, Genereux, Garrigou, Badiou, Lancelin..., qui réfléchissent depuis des années à un projet alternatif. Ils pourraient animer des reunions, porter la réflexion avec bien sûr les militants de base de la FI.

Proposer un projet alternatif global à la mondialisation déchainée est absolument primordial. Comme écrit Alain Badiou : "ce n'est pas du tout la même chose quand, sur une même question (le chômage par exemple), il y a deux idées en conflit (projet ultra-libéral de Macron, projet véritablement réformateur de la FI), ou quand il n'y en a qu'une : projet marchéiste seul. Et cette unicité est le point clé du triomphe subjectif du capitalisme"(sic) (cf "Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre", édition Fayard, 2016).

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.