Jusqu'où la crise sanitaire fait elle peur au Peuple français ?

Article rédigé par Dominique Kern et Brigitte Pascall

1°)- Dominique Kern : La caractéristique de la crise.

Ils se servent d'une crise sanitaire qu'ils ont provoquée. Avec l'aide de Gouvernements pratiquement tous illégitimes, pour intensifier la lutte des classes.
Dans une guerre sans fin contre les Peuples.
Ils ont provoqués entièrement la situation dans laquelle est le monde, parce que cette situation les arrange...
C'est ce qui ressort des enquêtes qui émergent aujourd'hui !


Dons la situation de crise, ils la feront durer le plus longtemps possible. Pour eux, il n'y a pas d'autres solution.

Maintenant si la fortune des milliardaires explose, de qui exactement est-elle faite ? Il suffit d'une rupture de la chaïne, et tout s'effondre. Et leur fortune disparaît dans le néant comme  à chaque fois.

Je suis persuadé d'une chose aujourd'hui...La crise ne s'arrêtera que si nous sommes assez forts, assez coordonnés pour l'arrêter.
Si nous sommes assez forts pour créer les structures pour résister et construire autre chose.

2°)- Brigitte Pascall : La peur de masse par le Covid, c'est la poursuite de la lutte des classes par un autre moyen.

Dans le même sens, Alain Benajam écrivait : :"En passant de la France aux Émirats Arabes Unis, on prend la certitude que le gouvernement mondial a déclaré la guerre aux peuples, et ce quels qu'ils soient surtout si ils ont des réflexes de peuple nation.

Ce n'est plus la Patrie en Danger ce sont Les Patries en danger" (sic).

Maintenant, jusqu'où la crise sanitaire agitée par la Macronie nous fait-elle peur ? Là est la question.

Je n'ai pas l'impression que les gens aient peur dans le bus à Paris en ce mois de septembre 2020. Tout le monde porte son masque et va travailler calmement. La vie n'est pas profondément modifiée comme pendant la période 15 mars-11 mai 2020. Pendant le confinement, nous avions tous deux barres d'inquiétude dans les joues, lorsqu'on faisait la queue devant le supermarché.

A partir du moment, où, pour des raisons économiques, le MEDEF ne veut pas d'un nouveau confinement, "l'arme" du confinement total ou local + sortie quotidienne réduite à une heure n'est pas utilisée sur le peuple français, la capacité effective de la Macronie de faire peur à chaque femme et homme est limitée.

Comme dit le célèbre chat de Gelück : "hier, on comptait les morts et les malades... Aujourd'hui les tests positifs. Demain, on comptera les tests. Et après -demain, il suffira de compter.." (sic) : ce qui montre combien la peur est  fabriquée de toute pièces par les gouvernements en place !

Par ailleurs, la bonne mobilisation du mouvement des Gilets Jaunes (20 000 selon le nombre jaune), samedi 12 septembre, montre une détermination populaire réelle à poursuivre la lutte des classes.

Il ne suffit pas pour le Gouvernement de vouloir faire peur : encore faut-il y arriver.

Et je pronostique son échec à y parvenir avec ses seuls bobards de haut vol : comptabilisation quotidienne des tests positifs "promus" nouveaux morts du covid-19. Et ses petites mesures partielles : empêcher une fête dansante lors d'un mariage, se laver les mains après être allé (e) aux toilettes, etc.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.