GILETS JAUNES : LA CONSTITUTION D'UN BLOC ANTI-BOURGEOIS !

On est passé d'un mouvement de gilets jaunes "chimiquement pur", composé  presque uniquement de classes populaires, à un joyeux mélange classes populaires + militants de la Classe moyenne, que rien ni personne n'avait prévu ni anticipé au cours de l'année 2018 précédant le 17 novembre. Les gilets jaunes ont réussi à faire ce que personne n'avait réussi à faire au cours de ces 30 dernières années : un bloc anti-bourgeois tenant la route semaine après semaine....!

Quelque chose a changé. En effet, à force de regarder les gilets jaunes parisiens semaine après semaine, depuis le 17 novembre, regarder les photos des gilets jaunes de province sur Facebook, il me semble, -hypothèse bien sûr à vérifier soigneusement-, qu'il y a, dans les défilés de la capitale, davantage de classes moyennes qu'au début. En effet au cours des deux premiers samedis (17 novembre et 1er décembre), on voyait surtout des gilets jaunes issus des Classes populaires faisant le coup de poing contre les CRS.

Aujourd'hui, c'est plus mélangé. Et cela confirme l'analyse de Bruno Amiable, auteur de l'ouvrage "Le bloc bourgeois", édition Raison d'Agir, septembre 2018 et de l'article publié dans Libération du 1er décembre 2018 : "La constitution d'un bloc anti-bourgeois", estimant que les conditions sociologiques étaient réunies : classes populaires + petites classes moyennes pour constituer un bloc anti-bourgeois.

Cela est corroboré par le fait que de nombreux militants de la FI me disent que, déçus par la stratégie PS bis de la direction de la FI, ils ont rejoint les gilets jaunes. Marie Moulin dit la même chose pour Bordeaux : à savoir l'union gilets jaunes + gilets rouges + étudiants. Même constat à Toulouse avec des étudiants, des gilets jaunes et des syndicalistes de SUD. A Marseille, on voit une alliance gilets jaunes + CGT des Bouches du Rhône.

En revanche, il manque toujours un programme politique commun, corps d'idées nouvelles capables de définir une nouvelle possibilité politique.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.