LA BATAILLE DE L' INFORMATION SUR LA BATAILLE D'ALEP...!

LA BATAILLE DE L' INFORMATION SUR LA BATAILLE D'ALEP...!

Ha, on se rappellera la bataille de la bataille d'Alep....! Non pas la "vraie", celle qui détermine la nouvelle géopolitique. Je parle de la bataille de l'information, faisant rage en France, opposant férocement les facebookiens microscopiques que nous sommes d'un côté avec les moyens d'investigation microscopiques que l'on sait : face à l'Ogre de l'AFP, arrosant les télévisions, Maître arrogant de l'information hexagonale : allant chercher ce qu'il devait dire à l'Elysée : le Mensonge encore et encore, appuyé par des bobards non moins énormes. Ainsi, les "atrocités commises par Assad et les Russes à Alep" (sic) reposaient sur du lourd : rien que sur une limpide Vérité : le témoignage d'une petite fille de 7 ans, soit disant syrienne, parlant parfaitement l'anglais. Sur l'émotion suscitée par une autre petite fille fuyant sous les bombes : image extraite en réalité du clip d'une chanteuse américaine. La petite fille du clip avait été maquillée, afin de rendre la guerre plus "atroce" : on lui avait mis deux ronds marrons sur les joues, histoire de faire croire qu'elle fuyait la guerre.

Autre "témoignages" vraiment "top" : des syriens d'Alep témoignant du sanguinaire Assad : et qui étaient en réalité des journalistes ou des blogueurs américains. Des "syriens fuyant sous les bombes d'Assad et de poutine" : et qui étaient en réalité les dijhadistes d'Alep-Est, confisquant toute l'aide humanitaire internationale, revendue à prix d'or aux véritables aleppins : la farine coûtait 5 euros, comme témoigne un vieux monsieur. Le tout mis en forme par des "une" de JT interminables, de l'émotionnel construit sur du bobard en veux-tu en voilà...!

Et nous Petits Poucet résistant dans nos têtes, se battant le dos au mur face au Mensonge impérialiste, déversé toutes les dix secondes dans nos oreilles : au point que même les esprits les moins critiques, les moins politisés, commençaient à de demander le pourquoi d'une telle grosse machine à imposer son tissu de contre vérités.

La bataille de l'information fut acharnée, irrépressible, et dura toute la semaine : d'abord, on a inondé les murs de Facebook de l'article de Bruno Guigue du 15 décembre 2016, spécialiste des relations internationales, dénonçant la désinformation et l'affabulation médiatiques des télés occidentales. Et le fait que les djihadistes, proches d'Al Qaeda, utilisaient les populations civiles en boucliers humains. Puis ce fut le témoignage d'une journaliste canadienne contre-disant également le mensonge des médias occidentaux, vu par 2 millions de personnes.

Sans oublier le très beau témoignage de Pierre Le Corf, humanitaire à Alep, aidant les syriens d'Alep ouest à se soigner, et ayant des mots très durs contre les djihadistes confisquant l'aide internationale. Et Caroline Galactéros, colonel, docteur en sciences politiques, qui rédigea un très beau papier dans "Le Figaro", où elle dénonçait "le goût du sensationnalisme des média non équitables. Relayant de surcroit la doxa véhiculée par le pouvoir en, place"(sic). Robert Fisk, correspondant anglais à Alep rédigea aussi un très beau papier.

Curieusement, Yves Calvi se rangea de notre côté, et fit une très bonne émission sur la situation à Alep, totalement en décalage avec l'idéologie dominante. En particulier, Frédéric Pons, Professeur à Saint Cyr, auteur d'une biographie sur "Poutine", admit que les médias occidentaux racontaient n'importe quoi. Le site "Arrêt sur Info" était aussi à la manoeuvre, pointant "la catastrophe déontologique" (sic) commise par des journaux comme "Le Monde". Enfin, JLM réalisa plusieurs vidéos de contre analyse, remettant les points sur les i : on remercie ici chaleureusement son honnêteté intellectuelle. Et d'être venus nous aider, nous les sans nom les sans grade de l'info.

A force de batailler, encore et encore, un rétropédalage s'opéra dans les journaux : après avoir longuement occupé les "une" de JT, la situation d'Alep fut relégué en 4ème, voire 5 ème position. Et expédiée vitesse grand V, façon les 3 messes du Pape d'Alphonse Daudet..

De même qu'il y aura un avant et un après Alep sur le plan géopolitique, il y aura un avant et un après Alep dans l'histoire des réseaux sociaux. Car il y a du soleil d'Austerlitz ce matin sur Facebook, d'avoir réussi, nous les piétons de l'Histoire (sans costars, sans Roleix), à faire plier, battre la poussière aux Ogres de l'information, l'AFP et les médias détenus par 10 milliardaires, etc...à ce stade je n'ai plus qu'un mot à dire : CHAMPAGNE...!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.