Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

2583 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2019

Aubry, Brossat, occultent la question du chômage !

AUBRY, BROSSAT OCCULTENT LA STRATEGIE DE L'EUROPE, VISANT A LAISSER FILER SCIEMMENT LA COURBE DU CHOMAGE !

Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Le macronisme n'a plus qu'une fonction autoritaire" analyse Emmanuel Todd. Très juste. Le primat du LBD et de la matraque ont remplacé tout véritable débat démocratique, où le Peuple pouvait, dans une autre vie, faire valoir ses doléances de vie meilleure, simple vie décente : autant de revendications disparues brutalement de l'agenda politique et des médias depuis des années, comme d'une question, pour nos gouvernants à matraque, soit-disant " illégitime".

Dans les années 60, Pompidou ne dormait plus la nuit, parce que le chômage avait atteint 500 000 personnes. Il confia à Francois-Xavier Ortoli et Jacques Delors, alors Commissaires au Plan, la mission de rédiger un plan, afin de créer des emplois en quantité suffisante. Ce qui fut fait, et le chômage diminua de 200 000.

Aujourd'hui, Macron se moque des pauvres et des chômeurs par millions : 6 à 9 millions de chomeurs, 15 millions de personnes vivants en dessous du seuil de pauvreté, un chiffre record ! Les collectés alimentaires se multiplient : ainsi, ce week end, la Banque alimentaire a organisé sa seconde collecte de l'année, la première ayant lieu au mois de novembre. Mais ce n'est pas tout : les Restos du Coeur collectent aussi de leur côté 4 fois par an : Pâques, juillet, septembre et décembre...! Ce sont les français gagnant 2000 euros par mois qui paient les repas des plus pauvres, Macron ayant diminué de façon drastique les crédits aux organisations caricatives : Secours Catholique, Secours Populaire, Banque alimentaire, etc...!

Pire encore : comme écrit Alain Badiou : "il y a une férocité de la Bourgeoisie quand elle se sent libre. Ils veulent nettoyer tout ça vraiment. Et ils prennent exemple sur l'Allemagne. En France, les réactionnaires ont toujours suivi l'exemple de l'Allemagne. Or là-bas, je le redis, 30% de la population est en état de grande pauvreté. Il faut le savoir. Il y a une pauvreté allemande massive, de type américain" (sic) ("Éloge de la Politique", édition Flammarion/Cafe Voltaire 2017).

Alain Badiou dit les choses de façon lumineuse : il y a une férocité de la Bourgeoisie à écraser socialement le Peuple français. Ce qu'elle fait méthodiquement, en toute connaissance de cause, depuis la fin des années : où, voyant son taux de profit en chute libre, elle a entrepris les grandes manoeuvres visant à paupériser le Peuple français : mondialisation des échanges, casse du statut du salarié fordiste. Elle a surtout laissé filer sciemment la courbe du chômage : 1 million de chômeurs sous Giscard, 6 millions aujourd'hui selon la DARES, minorant encore gravement la réalité. Bien sûr, le chiffre de l'INSEE de 9 millions de pauvres est un fake grossier. Selon mes calculs, j'arrive à 15 millions. Et les bénévoles des organisations caritatives nous disent de multiplier le chiffre de l'INSEE par quatre. Le Secours Populaire évalue à 30% avec les enfants et les conjoints le nombre de pauvres dans la société française.

Aujourd'hui, avec la politique d'austérité à vie imposée depuis Bruxelles, c'est la Commission européenne supranationale qui continue au niveau européen la sale besogne commencée au milieu des années 70 par les bourgeoisies nationales. Résultat : 32 millions de chômeurs et 120 millions de pauvres dans l'Union.

Mais de celà, les supposés candidats petits-bourgeois de "gôche", les Brossat, Aubry, JLM, Glucksmann, Jadot, font silence. Occultant sciemment cette paupérisation scandaleuse des classes populaires condamnées à une vie de souffrances et de larmes.

JLM a même le toupet imbécile de reprocher aux classes populaires de ne pas voter pour la FI. Mais, pourquoi les jeunes et les ouvriers voteraient-ils FI ...??? Alors que rien, dans le programme européen de la FI n'est prévu en faveur des plus démunis ! Puisque, de toute façon, notre programme "L'avenir en commun" prévoyant un doublement des minimas sociaux et la création d'un million d'emplois dans le secteur associatif a été tristement mis au rancart avec son rédacteur : Jacques Généreux.

Et il faudrait en plus voter pour ces Messieurs-Dames uniquement préoccupés de se faire de l'argent au Parlement de Strasbourg (300 euros par jour de présence en plus d'un salaire de base de 7660 euros + prime de transport de 4500 euros par mois). Et de parler d'écologie bobo, inoffensive pour Macron et pour le système !

Il faut bien comprendre une chose : en se taisant, en parlant d'écologie inoffensive, Aubry, Brossat, renforcent dialectiquement le pouvoir de la Bourgeoisie, qui, laissée la bride sur le cou, peut continuer de mener son projet libéral mortifère jusqu'à la mort totale des Peuples européens.

ABSTENTION LE 26 MAI, TELLE EST LA SEULE POSITION INTELLIGENTE !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik