Manu, tu étais jeune et beau...!

Manu (el Bompard), je t'ai bien connu en 2009, au PG du XIIIème arrondissement de Paris. Tu étais jeune, beau, mince et sincère....

"La nostalgie, c'est comme les coups de soleil : ça ne fait pas mal sur le coup. Cela fait mal après" (Pierre Desproges) ("Chroniques de la haine ordinaire", édition du Seuil, 1986).

Manu, je t'ai bien connu en 2009, au PG du XIIIème arrondissement de Paris. Tu étais jeune, beau, mince et sincère. Tu aimais les livres de réflexion : c'est toi qui m'a fait connaitre ce livre de Frédéric Lordon : "Et la vertu sauvera le monde...Après la débacle, le salut par l'éthique" ? Le titre est embrouillé : on devrait dire : "le capitalisme financier" : certainement, le meilleur ouvrage écrit sur le sujet.

Tu étais également avec moi lors de la conférence de Jacques Généreux dans un café pourri du XIVème arrondissement en janvier 2009....

Avec Julien (la responsable d'ATTAC du XIIIème, les communistes du XIIIème, tout le petit monde politique de mon quartier, vous appelaient avec admiration : "les deux garçons"(sic)". Vous étiez le sérieux et la jeunesse en politique. Inutile de vous nommer :  c'était de vous, dont on parlait. Et de personne d'autre. Car la nuit avec Julien, vous couvriez le XIIIème arrondissement d'affiches du PG. Je me sentais comme chez moi. Quand tu es parti travailler à Toulouse, j'ai vu toute la différence... !

C'était la première époque du PG : les six mois inoubliables, qui vont de sa création à Asnières (29 novembre 2008) jusqu'au 7 juin 2009 (jour de  scrutin des Européennes). On était 3 000 militants à Asnières, 4 000 au printemps 2009. On avait un bon programme keynésien : le plan d'urgence en 21 points rédigé par Claude Debons et Jacques Généreux. Mélenchon haranguait les foules avec de superbes discours : par exemple, celui où il parle de la fermeture de Rhône Poulenc : dans la salle, tout le monde est bouche bée, les jeunes et les autres, même combat...Moi idem dans le cybercafé, où j'écoute la vidéo...!(1).

Mais revenons à toi, Bompard : ensuite, comme aurait dit Aznavour : "qu'est ce que tu as changé en 10 ans : tu t'laisses aller, tu t'laisses aller...!"(sic)

Tu es devenu TERMINATOR, interrompant une réunion près de Libourne en faveur du plan B et de la sortie de la zone euro animée par Ramzi.

C'est toi aussi qui a viré l'aile gauche du BN en décembre 2025, avec, outre Ramzy, mon amie Marie-Luce Mouly.

Ton virage "islamiste" était totalement imprévisible, toi qui nous avais imposé deux soirées (barbantes) de formation au PG XIIIème sur la défense forcenée de la laïcité en 2009. : avec notamment le discours de Latran de Sarkosy à étudier, qu'il convenait heureusement de démolir !

Le coup au foie donné par un de tes sbires à Fatiha Boudjahlat, outre l'extrême lâcheté du geste, est en désaccord avec tes idées solidement laïcardes. Ce geste sale montre ta dégringolade intellectuelle et morale. C'est vraiment la dernière chose que j'attendais de toi. Le degré zéro de la politique sur lequel tu es calé à présent, goût du pognon et de la gloriole oblige !

C'est pas possible ! Tu prends certainement des substances pour agir de la sorte ??? Tu as grossi de 50 kilos, devenu moche comme un apparatchik stalinien à un neurone. Récitant toujours la même première page de son discours. Formatage étroit de l'engagement politique, auquel tu t'efforces de t'aligner, par goût de la thune publique à laquelle tu croques, par Mélenchon (ton amant) interposé...!

Nul doute que ta femme à deux neurones Hélène, -et son aspirateur, dont le sac n'avait pas été vidé, ce qui avait aussitôt justifié de sa part un post furibard sur Facebook, nous accusant presque, humbles facebookiens, de ne pas le lui avoir nettoyé-, joue certainement un rôle considérable dans ta pauvre chute intellectuelle, ton plongeon politique et moral... Quant à ta fréquentation de Chikirou, no comment...!

(1)-A propos de Mélenchon, comme disait avec lucidité Mitterrand : "quel talent, quel talent... oui mais aussi quel gâchis !" Ou comment la cupidité, l'arrivisme de bas étage a conduit Mélenchon à toutes les trahisons, toutes les collusions les plus invraisemblables, alors qu'il avait l'étoffe d'un chef d'Etat....

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe et plein air

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.