Schiappa chez Hanouna : Le triomphe de la bêtise et du débat bidon !

Le pire. Schiappa s'invite comme "co-organisatrice" dans l'émission d'Hanouna de vendredi prochain, pour "débattre", dans le cadre du grand débat national lancé par Macron. "Une façon de faire de la Politique en dehors des codes" précise-t-elle ce matin sur BFMTV. On a l'impression d'entendre les sottises de Garrido et son "manuel de guérilla médiatique", sa soeur jumelle en quelque sorte, oeuvrant dans le même kommando. Même Barbier, l'habituel servile, y va de son numéro gros sourcils, c'est dire... ! "Le mariage Hanouna/Schiappa, un sens du ridicule aux abonnés absents" ironise à son tour Régis de Castelnau.

SCHIAPPA CHEZ HANOUNA, C'EST LE DEGRE ZERO DE LA POLITIQUE, le degré XXL de la propagande médiocre, unilatérale d'un régime en roue libre, prêt à toutes les opérations survie à court terme, y compris les débats les plus bidons avec "l'intellectuel" Hanouna. Hanouna, celui qui capitalise sur son nom toute la bêtise du monde. Hanouna, pourtant un familier du champ politique. Macron élu en mai 2017, on avait droit, tous les jours, sur notre blog Médiapart, de la part des trolls rémunérés par Plenel, à l'"explication" suivante : ""si Macron avait été élu, c'était la faute d'Hanouna, les français ayant passé trop de temps à le regarder en buvant de la bière, s'étant abêtis au point de voter pour le candidat LREM...!(sic). Aujourd'hui, cela fonctionne en sens inverse : Hanouna est le "sauveur" du système, celui chez qui on va pour vendre la parole macroniste démonétisée au dernier carré de fidèles votant encore LREM...!

SCHIAPPA CHEZ HANOUNA, C'EST UN MENSONGE QUI DIT LA VERITE, comme aurait dit Jean Cocteau. En allant chez Hanouna, Schiappa dit clairement, publiquement, que ce débat est un "fake débat", totalement mensonger, puisque seuls les dominants, les notables ont droit d'aller chez l"humoriste", y tenir une parole unilatérale, sans risque d'être contredit par un Gilet Jaune. En fait de "débat", on sait d'avance que ce sera la vacuité la plus totale, le ras-les-paquerettes comme seul principe de pensée. Le totalitarisme des idées courtes et sottes de Schiappa, se réclamant comme telles. Notre destin scellé dans le déjà vu, déjà entendu, sans le cheveu d'espoir de petits matins lumineux et différents d'aujourd'hui, comme l'imagine notre programme "L'avenir en commun"..

Imagnerait-on Pierre MENDES-FRANCE ou le Général DE GAULLE s'inviter dans une émission de Fernandel pour expliquer leur politique internationale ou leur nouveau plan économique ? Ce qui montre la dégringolade du discours politique depuis 50 ans, comme le notait déjà Slavoj ZIZEK , ami d'Alain Badiou à propos de SYRIZA. Ainsi en 2015, il expliquait, que le programme de Tsipras ne montait pas à la cheville du programme de la social-démocratie suédoise du début des années 60 : plein emploi, zéro pauvre, Etat redistributeur, etc... Et il avait mille fois raison.

Ce "débat" fait penser aux banquets républicains de 1847-1848. Souvenons-nous : les "Républicains", Barrot, Thiers, -le philanthrope bien connu ayant fait fusiller plus tard 35 000 communards en 1871-, profitent de la misère liée à une crise économique sévère, pour organiser des banquets, et regrouper l'opposition "réformiste". Ce concept a pour but d'impliquer le pays réel dans le débat en faveur d'une "réforme" tiède, et canaliser la colère sociale : exactement comme le fait aujourd'hui Macron face aux Gilets Jaunes. 70 réunions eurent lieu, pour demander, non pas la fin de la Monarchie de juillet, mais son "évolution"(sic). Le repas était payant afin d'éviter la présence des classes populaires. Bien sûr, les femmes y étaient interdites. Mais Thiers et Barrot voient le contrôle de ces banquets leur échapper, tandis qu'ils deviennent progressivement le moyen d'expression d'idées révolutionnaires. Ces débats annoncent et préparent la Révolution de 1848 et la proclamation de la République. De la même façon, on souhaiterait que ces "débats" échappent à son initiateur, Macron, pour devenir des espaces d'élaboration du futur programme des Gilets Jaunes, y compris sur le plateau d'Hanouna....!

PS : Olivier Aude : "ça prouve juste un truc, c'est que leur grand débat est bidon comme l'émission dans laquelle il est proposé le grand debat c'est au milieu du peuple qu'il doit avoir lieu et pas sur les plateau tv qui ne servent que la propagande".

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.