JLM FAIT LE CHOIX DE PODEMOS...!!!


Très gentiment, Souria ALEPP me communique la dernière vidéo de JLM du 18 juillet 2014 sur France 3, où le co-Président du PG se réfère explicitement au modèle politique de PODEMOS, mouvement des indignés espagnols. Ne disposant pour le moment que de mon BlackBerry, je ne peux pas regarder cette vidéo. Mais la référence à PODEMOS est en soi tout un programme, toute une stratégie politique pensée, construite, édifiée dans la plus TOTALE AUTONOMIE vis à vis du pouvoir en place. De tous les pouvoirs en place, y compris les pseudo partis "critiques" au pouvoir du moment, mais en réalité véritables voitures balai de ce dernier.

En l'espèce, JLM préconise de tous ses voeux l'émergence d'une force politique nouvelle. Enfin, enfin, JLM largue les amarres avec le PS, mais surtout avec ses supplétifs faussement "alternatifs", faussement "critiques", faussement opposés à Hollande et sa politique mortifère pour les ouvriers et les chômeurs : les dirigeants d'EELV et du PCF. Enfin, enfin, les militants du PG que nous sommes constatons, entendons un autre discours mille fois plus cohérent, mille fois plus radical qu'avant, soit une clarification majeure, qui tranche heureusement, totalement, irrémédiablement avec le clair obscur émaillé d'hésitations, de tergiversations, de "oui mais" entretenues à tort au cours de ces huit derniers mois : depuis le vote parisien truqué du 18 octobre 2013 jusqu'au 30 juin 2014. Pour reprendre un mot "chic"que je n'aime pas, c'est la fin d'une certaine "séquence".

S'appuyant sur le texte de résolution du dernier CN du PG, appelant à "l'autonomie conquérante", JLM tourne résolument le dos à la pseudo stratégie du "FDG élargi". En effet, jusque là, il avait critiqué "les couteaux sans lame et sans manche" des "frondeurs", rigolé plein pot de la réunion bidon du 25 juin initiée par Cosse, appelant à une grande "alliance", qui aurait fédéré le PG, PCF, Ensemble, EELV, le PS et le MODEM. En clair, il avait dit en négatif ce qu'il ne voulait pas faire.

Mais à présent, il va beaucoup plus loin. S'appuyant sur l'exemple de PODEMOS, il précise en positif ce qu'il envisage de faire, à savoir un mouvement politique défendant le Peuple seul, et rien que le Peuple : c'est à dire une stratégie autonome, tirant par le haut des classes populaires et moyennes de plus en plus paupérisées- 15 millions de familles vivants avec moins de 977 euros par moi, 30% de la population, selon le Secours Populaire, classes populaires et moyennes sans travail, 8 millions de personnes privées d'emploi, dont 900 000 jeunes au chômage....

JLM appelle à juste titre à l'émergence d'un mouvement politique ayant totalement rompu avec ce vieux monde politique pourri, symbolisé par les solfériniens de droite chimiquement pur, les bobos de l'écologie caviar et les staliniens de la Place du Colonel Fabien. Le co-président du PG fait le choix du modèle PODEMOS, c'est a dire un nouveau mouvement politique ayant totalement rompu avec cette vieille classe politique qui a failli, classe politique d'une autre époque, qui n'a de "gauche" que le nom, vieille classe politique qui a largement trahi la mission historique qui était la sienne de défendre un Peuple qui se noie, un Peuple abandonné de tous.

Bien plus, si le Peuple se noie aujourd'hui, la faute en revient directement à la prolophobie (haine du populaire) de ces partis officiellement positionnés à "gauche", qui ont trahi la Classe ouvrière au delà du pensable...

PODEMOS est mal connu en France. Que l'on me permette d'évoquer une de leurs initiatives contre les banques et les banksters. Lorsque je militais à ATTAC, nous suivions de près tous les mouvements des "indignés" européens. Les indignés espagnols (PODEMOS) avaient eu l'idée- géniale, d'envahir une banque, et, devant les clients et salariés médusés, danser le tango...Une façon de casser l'image "respectable"(sic) des banques, délégitimer les banksters, dire aux clients présents : "ne leur faites absolument pas confiance, ce sont des branquignols, des voleurs... !"

En politique, ce qui compte, ce qui est "payant", c'est de FAIRE DU NEUF, sur la base d'abord naturellement des idées NEUVES contenues dans notre programme "L'HUMAIN D'ABORD". Et d'actions nouvelles, comme ces actions anti banques, les banques étant devenues hélas, Volonté de Puissance oblige, les nouvelles maitresses du monde. Produire du neuf est le seul moyen de renouer avec un Peuple aujourd'hui désabusé, réfugié dans l'abstention à force d'avoir été trahi, et surtout totalement incrédule (incrédulité justifiée) face à l'offre politique actuelle déconsidérée, à force de ne défendre que les nantis et les patrons...

Que ce neuf se fasse sur la seule base d'un PG "isolé", une idée à laquelle il faut d'ores et déjà se préparer, ce n'est pas le plus grave, ce n'est pas le plus dramatique. L'important est de mettre un pied devant l'autre, sans la béquille (assassine) des dirigeants communistes, dont la seule motivation, le seul but est de vouloir notre peau de force politique de gauche véritablement autonome du pouvoir, véritablement critique face au pouvoir solférinien. Nous n'avons plus rien à faire avec le PCF, "agent du PS" nous explique fort justement JLM, dont le seul rôle est de participer à la défense de l'ordre établi. Telles des putes de bas étage, PS et PCF, histoire de plaire aux dominants, n'ont et n'auront de cesse au cours des prochains mois de réaliser le vieux rêve de toujours, la vieille soif inextinguible de la Bourgeoisie : la mise à mort de la Classe ouvrière, par une guerre âpre et sans merci, où, si nous ne résistons pas, si nous ne nous battons pas de toutes nos forces, il ne nous restera plus qu'à crever la bouche ouverte...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.