LA GUERRE DES CLASSES AURA BIEN LIEU...!

LA GUERRE DES CLASSES AURA BIEN LIEU...!

Que va-t-il se passer au mois de septembre ??? Serons-nous résignés, apathiques, uniquement préoccupés de notre survie, nos divertissements boboïses... ? Choisirons-nous notre hyperindividualisme, notre seul souci de la performance, la seule culture de l'excellence prônée par les entreprises, au nom de l'impératif d'être "hyper-performant" ? "Dans ce contexte où l'urgence, l'instantanéité et l'immédiateté structurent la relation au temps, les individus formatés au libéralisme préfèrent les sensations aux sentiments et pensées véritables, solides, forgeant jusque là des personnalités stables", explique Nicole Aubert dans son article "L'individu hypermoderne et ses pathologies", l'information psychiatrique , juillet 2007..

Ou bien au contraire, choisirons-nous le courage et la pugnacité contre ce gouvernement Macron, qui pratique le GEL DE LA DEFENSE DES INTERETS POPULAIRES, dans la plus profonde indifférence du champ politico-médiatique, à l'exception notable de nos 17 députés de la FI + députés communistes ? Comme le montre la décision de Penicaud de supprimer un tiers du nombre de contrats aidés juges "onéreux et inefficaces"(sic). Alors que pour les chômeurs, et je parle d'expérience, un contrat aidé est une véritable planche de salut (850 euros par mois), qui leur évite de tomber dans le trou du RSA, avec ses 450 euros mensuels.

Mais nos vies minuscules, nos souffrances insignes pour nous en sortir n'intéressent pas ces Messieurs-Dames friqués du gouvernement, représentants de la seule oligarchie, qui a tellement de thunes, qu'elle ne sait pas quoi en faire, comme le patron d'Amazon.

"NOUS SOMMES DES ETRES JETABLES" écrivait Aime Césaire. Directement victimes de la maltraitance structurelle de l'humain par le capitalisme. Nous sommes en train de basculer dans l'inhumanité ajoute Jacques Généreux dans son ouvrage "La Dissociété", édition du Seuil, 2006. En clair, en perdant son aspiration à "être avec", le chômeur et toute personne seule basculent dans l'inhumanité. Et dans la plus totale indifférence. La société libérale exacerbe l'individualisme de chacun. Fonctionne comme promotion des plus forts. Et abattoir des plus faibles. C'est une machine à casser les gestes gratuits, la construction de collectifs humains (syndicats, partis politiques) se battant pour défendre le groupe social des salaries. Et il faut agir puissamment, et à tous les niveaux de la société, pour se débarrasser à jamais de la culture libérale, qui empoisonne notre société : et faire en sorte que chacun redevienne une femme ou un homme. Recréer avec la FI un sentiment d'appartenance, une réflexion de fond de nature à faire des individus solides dans leur tête.

LE PEUPLE EST MIS AU RANCART. Aujourd'hui, il est inutile, et même néfaste de se soucier du bien commun explique François Flahault, philosophe, dans son ouvrage : "où est passé le bien commun ?", édition des Mille et une nuits, 2011. Pendant les 30 Glorieuses, l'Etat keynésien avait vocation à améliorer l'existence sociale de chacun. En assurant une fonction de redistribution. Mais aujourd'hui, le mot "d'injustice sociale" a disparu du vocabulaire politique. Ne reste plus qu'un Etat keynésien raclé jusqu'à l'os. Et quand nous souhaitons le réhabiliter dans notre programme "L'Avenir en commun", on nous traite "d'archaïques"(sic) justes bons à sortir "un bla-bla social-démocrate" (sic) : alors que notre programme, c'est du Rohmer, c'est du Marcel Proust comparé aux autres programmes du moment...!

Le Peuple est plus conscientisé qu'on ne croit. Profondément, il ne veut pas de Macron et de la vie de larmes qui l'attend avec lui jusqu'en 2022. Ce que dit ainsi son profond langage, son parler muet dans lequel il est enfermé depuis le milieu des années 70. Il est le nombre immense qui ne connait pas sa force, aveuglé chaque jour par des médias menteurs et truqués. Et par des réseaux sociaux souvent apathiques, sans culture politique critique. Le Peuple est un combat, le Peuple est un héros ignore de tous. Qui refera l'effort des grands jours anciens : 1936, 1968. Nous souffrirons tous mais avec certitude : Macron doit être impuissantisé : RESISTANCE...!

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.