NON AUX STATISTIQUES TRUQUEES DU CHOMAGE !

Lu dans le Canard Enchaîné paru hier un petit article intitulé : "Du bon emploi des statistiques sur le chômage". Roulements de tambour : le Ministère du Travail nous annonce que le taux de chômage a dégringolé à 8,5% de la population active. Avec sa puissance théorique habituelle, l'intellectuelle de choc Muriel Pénicaud estime que ce bon chiffre "reflète "l' action résolue et cohérente du Gouvernement, et notamment les transformations du code du travail de l'apprentissage et de la formation professionnelle qui portent ses fruits" (sic).

Autrement dit et en langage clair, c'est la casse de notre code du travail ,vieux de cent ans, la possibilité ouverte à l' employeur de virer un salarié en CDI du jour au lendemain, rendant notre droit du licenciement le moins protecteur d' Europe qui "expliquerait" la diminution de notre taux de chômage : plus foutage de gueule tu meurs ! En effet et malheureusement, la mort par gros calibre de notre code du travail bien aimé, résultat au départ des luttes des mineurs du nord de la France sous la houlette de Bruno Boutchoux dans les années 1880, a généré au contraire une explosion de plans sociaux et de licenciements inattendus parmi les salariés en CDI relativement protégés jusque là.

Non la vraie cause de la diminution artificielle du taux de chômage vient d'un nouveau mode de calcul tronqué et partiel du nombre de chômeurs. Comme l'explique Le Canard, entre le chiffres du BIT et de l INSEE aujourd hui publiés et ceux de Pôle Emploi longtemps utilisés, il y a une différence de 900 000 chomeurs, excusez du peu !

1°)-Les chiffres du BIT ne comptabilisent que les chômeurs sans emploi soit la seule catégorie A des statistiques de Pôle Emploi

2°)-inversement, les statistiques de Pôle emploi comptabilisent 5 catégories :
A : chômeurs sans emploi
B et C : chômeurs : chômeurs ayant un petit boulot
D : chômeurs en contrat aidé
E : chômeurs en formation ou en maladie.

Donc un enfant de 4 ans comprend que les stats du BIT, ne retenant que les chômeurs sans emploi, ne comptabilisent in fine que la partie la plus visible et partielle de l'iceberg du chômage. Faire le choix de publier les stats du BIT, c' est un bras d 'honneur lancé par Macron à la souffrance de 6 millions de chômeurs ( chiffre Pole emploi), qu'ils soient sans emploi ou avec un petit boulot ; 9 millions selon mes calculs, si on ajoute les 2 millions de chômeurs cherchant un boulot par eux -même, les chômeurs radiés ou sortis artificiellement des stats de Pole emploi.

En 2012 Sarkosy avait déjà essayé de nous imposer les stats mensongères du BIT : on avait fait du tapage sur Facebook. Mais avec la dictature Macron, tout est possible tout est permis pour la Classe dirigeante confisquant et pillant de façon éhontée notre pays et le budget public. Naturellement, je ne partage pas l'avis de Muriel Penicaud, disposant d'indicateurs de chômage et de pauvreté de masse désastreux. Comme disait le regretté, décédé en 2019, Julien Lauprêtre, Président du Secours Populaire, "on assiste à un ras de marée de pauvreté" (sic).

Mais le pire ce n'est pas Macron, c'est la gauche molle dont la FI qui laisse faire, indifférente à la souffrance des chômeurs crevant la bouche ouverte : notamment la goche bobo reconvertie dans la lutte caviar pour le climat !!

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.