Un mouvement plus long et plus imaginatif que Mai 68 !

UN MOUVEMENT SOCIAL PLUS LONG ET PLUS IMAGINATIF QUE MAI 68 !

Merci Stéphanie pour cette revue de presse revigorante ! Juste un bémol : dire que "les manifestants peinent à se mobiliser", dixit les éditorialistes parisiens, qui n'ont jamais fait une seule manif de leur vie pour obtenir un carembard, relève du tissu de contre-vérités le plus magistral. Le mouvement social du 05 décembre atteint son 51eme jour de grèves, alors que Mai 68 n'a duré que 4 semaines (28 jours). De plus, l'imagination des grévistes vaut bien le Mai libertaire des 68ards et leur slogan : "sous les pavés la plage", pour qui "la Révolution, c'etait d'abord un changement esthétique de nos vies"(sic), passant avant le changement politique, comme l'analyse Alain Badiou dans son livre : "On a raison de se révolter. L'Actualité de mai 68", édition Fayard 2018.

"Y' a pas photo"(sic) écrit un facebookien : oui, car, en 2019-2020, on ne fait pas semblant de jouer à la Révolution comme en Mai 68,  avec le déjà clown Cohn-Bendit, ne parlant que du monde étudiant : on la fait avec nos tripes et notre imagination !

Par exemple, les petits rats de l'Opéra dansant gratuitement "Le lac des Cygnes" de Tchaïkovsky. L'Orchestre national de France jouant de façon très émouvante "Le Chant des partisans"à Bastille. Basculant l'électricité en faveur des familles les plus modestes. Les avocats jetant leur robes devant la sans neurone Belloubet. Le succès des manifestations aux flambeaux. Les manifs du 05 et du 17 décembre regroupant plus de deux millions de personnes : "du jamais vu depuis les années 70"(sic) analyse un journaliste chilien. 61% des français favorables à cette mobilisation inédite et record ! 

Grâce au Président encostardisé, grâce au capitalisme mondialisé, où certains groupes économiques sont plus puissants que les États nationaux, le Peuple français est au fond du trou. Alors, que des femmes et des hommes sortent nombreux dans la rue, rien que pour demander à survivre : comment s'en étonner ? Comme on disait dans les "années rouges" : ON A RAISON DE SE REVOLTER ! Frédéric Lordon développe la même idée : "il faut quand même une innocence qui frise la maladie mentale, pour imaginer que les gens vont se laisser détruire sans contracter l'envie de détruire ce qui les détruit"(sic) (cf Billet de blog du 21 janvier 2020, Blog :"La pompe à phynances").

Que le Peuple français ne reste pas les deux pieds dans le même sabot, alors qu'il subit plein pot le blietzkrieg de la politique ultra libérale du grand Capital et du (grand) Mensonge, structurant toute notre société 2020, "grâce" aux médias courant chercher leurs éléments d'information à l'Elysée. "QU'IL CRIE LA OU SON FER LE RONGE, ET SA PLAIE ENGENDRE UN SOLEIL", pour reprendre un vers du poème d'Aragon : "Les Poètes" : on ne peut que s'en réjouir, les aider à réussir dans leur entreprise de survie et de résistance face au spectre de la la misère de masse, que nous subissons tous depuis les années 80. Et qu'impose un Ogre capitaliste, à qui il en faut toujours plus : toujours plus de taux de profit, toujours plus de grandiose, toujours plus de part de marché internationale !

Que de plus, le Peuple réussisse à mettre dans la rue deux millions de manifestants, qui n'en peuvent plus du malheur d'être de la France 2020, de cet abattoir des plus faibles, qu'est in fine la société libérale macronnienne, où même l'espoir  intellectuel d'un autre monde meilleur est interdit  : voir les critiques formulées cette semaine par C. Barbier à "ceux qui veulent sortir du capitalisme"(sic) assimilés à des terroristes, comme le préconise le projet de programme de notre rassemblement "Le Peuple d'abord" : LE PEULE EST EN MOUVEMENT, SA MOBILISATION EST FORMIDABLE : ON LE SOUTIENT JUSQU'A LA VICTOIRE....!

 

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

Stéphanie Mesnier-Angeli

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.