LE JEU DE DUPES DE MANON AUBRY !

Débat des Européennes hier sur BFMTV : le jeu de dupes de Manon Aubry.

C'est du solide, du cousu main, dans le registre de l'éternellement médiocre, jeu de dupe grossier, que l'intervention, hier sur BFMTV, de Manon Aubry, Elle nous a joués une saynète inoffensive, montrant combien elle était favorable au système libéral, abattoir des plus faibles, et au statu quo.

Notamment, elle s'est prononcée pour "une urgence sociale et écologiste"(sic) : des mots hors sol, hors histoire, tellement généralistes et flous, où chacun peut voir midi à sa porte. L'urgence sociale, ça peut être une vague prime, comme celle concédée par Macron aux Gilets Jaunes. Ça peut être aussi le "plein emploi" : mais alors, pourquoi ne pas avoir utilisé ce mot beaucoup plus simple et qui, surtout, parle à l'âme de chacun. ?

Bref, c'était tout sauf de la Politique avec un grand P. Je veux dire par là que ce n'était que de la société du spectacle autonomisée du réel, celle dont parle Guy Debord. Un "amusement" au sens pascalien du terme, faisant un triste bras d'honneur aux femmes et aux hommes, qui souffrent dans la France 2019, par manque d'emploi et/ou de revenu décent.

1)-Pas un mot sur la Bourgeoisie compradore, les maîtres de l'argent, le moloch financier qui nous gouverne derrière la marionnette Macron : Rothschild, Dassaut fils, Drahi, Lagardère, Niel, Arnault, Pinaut, vendant notre beau pays à la criée, chaque lot : 2 euros 50 : aéroport de Toulouse, vignoble bordelais...Une Bourgeoisie à gages, comme il existe des tueurs à gages, oeuvrant de façon forcenée, avec le solide appui de Bruxelles, contre la souveraineté française, produit pourtant de plus de 1000 ans d'histoire depuis Hugues Capet, que les stars du CAC 40 piétinent et saccagent aujourd'hui cyniquement, histoire d'avoir toujours plus de grandiose, de cash flow, de part de marché internationale.

Pas un mot pour dire : il n'y a pas besoin d'être marxiste, pour comprendre que la Bourgeoisie s'est emparée du pouvoir politique avec Macron, et qu'elle gère le pays en coupes réglées, comme il n'a pas été possible de le faire depuis les années sombres de Petain. En particulier, les grands employeurs pillent le budget de l'Etat, l'ex-Etat social (allocations sociales pour les plus démunis) ayant été rongé jusqu'à l'os : les crédits sociaux devenus des "exonérations de charges sociales à l'embauche", c'est à dire des milliards versés dans les caisses du patronat, uniquement pour les enrichir.

2)- Pas un mot sur la férocité de la Bourgeoisie à vouloir tout nettoyer, écraser socialement le Peuple français. Ce qu'elle fait méthodiquement depuis la fin des années 70, où elle a entrepris les grandes manoeuvres pour restaurer un taux de profit en chute libre. Résultat : mondialisation des échanges, casse du statut du salarié fordiste, courbe du chômage qu'elle a laissé filer sciemment, en toute connaissance de cause : 1 million de chômeurs sous Giscard ; 6 millions aujourd'hui selon la DARES, minorant encore la réalité des chiffres.

3)-Pas un mot sur la détestation de l'Europe par les français, comme avait pu le constater Jean Lassalle au cours de son périple à pied dans toute la France, s'exclamant à la fin de son voyage : "qu'est ce que les français détestent l'Europe ! " Ceci expliquant cela : la profonde haine de l'Europe par un Peuple français asservi à l'oligarchie européenne. Devenu une masse juste bonne à obéir et à se taire.

4)-Pas un mot en faveur des courageux Gilets Jaunes, qui ont créé un nouvel espoir populaire dans le pays : avec la mobilisation à perte de vue le 1er mai dernier de près de 500 000 manifestants dans tout le pays. Les gilets jaunes ont réussi à faire ce que tout le monde croyait impossible : faire reculer un gouvernement libéral. Les 17 milliards concédés par Macron aux GJ sont beaucoup plus que des "miettes". Le mouvement social actuel a réussi à créer une nouvelle vérité politique, avec de nouvelles valeurs : mais cela bien sûr, la petite-bourgeoise Aubry n'en a pas parlé, "Macron compatibilité" oblige !

Au total, trois heures à parler de tout, sauf de la triste humanité à problèmes : fins de mois difficiles, manque d'emploi surtout pour les jeunes. Aubry est contente d'elle et surtout d'avoir dévoyé son rôle de tête de liste de la FI anti-système de 2016, au profit d'une compote écolo bobo à vélo, que Macron lui-même aurait pu dire !

Après tout, je préfère être influencée par Badiou, plutôt que d'être la triste marionnette de l'air du temps libéral et écolo, comme Aubry, uniquement préoccupée de berner les électeurs. Je ne me le fais pas dire !

ABSTENTION LE 26 MAI, TELLE EST LA SEULE POSITION INTELLIGENTE !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.