LE DISCOURS DE VIEUX LION OFFENSIF DE MELENCHON !

Retour sur le discours de Mélenchon prononcé hier à l'Assemblée représentative de la FI.

En prononçant son discours hier, JLM nous l'a joué vieux lion pugnace, offensif, continuant résolument à se battre dos au mur, en dépit de toutes les polémiques de basse police politique lancées par une Autain ou une Girard. Même BFM par la voix de Barbier concède qu'il a opéré "un retour offensif"(sic), c'est dire !

Certes aussi, JLM est apparu comme un animal blessé par les critiques basses de la patronne d'Ensemble : la même qui fait partie du petit groupe (une dizaine de députés LFI) confisquant le mouvement à leur profit de petits notables sans envergure. Et qui se réunit une fois par semaine, pour définir les destinées de la FI, avec des réunions durant plus d'une heure et demie. Aussi, lorsqu'elle se demande publiquement (hier sur BFMTV) "comment Quatennens a pu être nommé numéro deux"(sic), c'est un moment de profonde hypocrisie, tartufferie XXL, ne trompant pas les militants aguerris : ces derniers ne connaissent que trop bien toutes ses intriques secrètes : ainsi, c'est elle qui a obtenu le départ de Djordje, le trouvant trop "populiste, un mot qui la hérisse"(sic), par des méthodes on ne peut plus anti démocratiques : en clair, c'est l'hôpital qui se moque de la charité !

Elle est donc particulièrement mal venue de donner des leçons de morale à JLM, qu'elle ferait bien de commencer à s'appliquer à elle-même. Comme si son initiative de réunir toute une gauche mondaine au cirque Romanes samedi prochain n'était pas aussi un coup de force profondément antidémocratique, voire une banale OPA de sa part, pour obtenir enfin les rênes de la FI ?!

Reprenons ses punchlines, avant d'analyser les forces et les faiblesses du topo de JLM.

1°)- Notre programme AEC sort de la naphtaline !

JLM a commencé son discours en se référant explicitement à notre programme "L'avenir en commun". Référence appuyée qui ne va pas de soi, l'AEC ayant été mis au rancart avec son rédacteur Jacques Généreux depuis juin 2017. Occulté pendant deux ans. Plus aucun responsable LFI ne le mentionnait, comme d'une chose pestiférée. Notre programme AEC proposant notamment une nouvelle répartion des richesses redevient donc la boussole officielle de la FI : Première bonne nouvelle.

2°)-"Je suis consterné par le nombrilisme de certaines critiques" :

Puis, sans transition, il s'en est pris aux critiques de Autain : "je suis consterné par le nombrilisme de certaines critiques. Je n'aurai pas été assez poli"(sic) a-t-il ajouté : une allusion directe à la dénonciation de la "culture du clash", qu'il serait sensé pratiquer, dénoncée par Dame Autain, en quête "d'arguments" faciles anti Mélenchon. Et de biller : "beaucoup de personnes, qui se plaignent aujourd'hui de mon caractère impératif, étaient bien contents de ma façon de décider à l'époque" : une allusion notamment à Girard, qui s'est vue confier les meilleurs places. Girard a d'abord été nommée seule coordinatrice du programme AEC, Généreux ayant été mis sur le bas côté de la route. Puis tête de liste de la FI. On la voyait tous les mardi chez Pujadas. Lorsque Pu-pu a annoncé qu'elle mènerait la liste LFI aux Européennes, il fallait voire sa liesse, son sourire carnassier de Loup déguisé en mère grand, comme dans le "Petit Chaperon rouge".

3°)-"Notre mission : nous opposer : la FI doit être au service de l'auto-organisation":

JLM a également définit l'insoumission : "c'est le sel de l'existance. Notre mission : nous opposer : la FI doit être au service de l'auto organisation citoyenne, faire progresser la consicence citoyenne".

La FI doit redevenir la première force d'opposition à Macron. Elle doit mener la guerre idéologique de position chère à Gramsci, consistant à faire de la contre analyse à l'idéologie libérale dominante. Et de tonner contre "la culture libérale, la FI devant promouvoir au contraire une culture du partage et de l'entraide"(sic). En effet, ce combat culturel est prioritaire, la conquête de l'hégémonie idologique étant la mère de toute victoire politique. Il est question de la création d'un "pôle" auto organisation et désobéissance cicile". Pour avoir beaucoup écrit contre la culture libérale, abattoir des plus faibles, à laquelle nous sommes soumis depuis Giscard, on est très intéressée de travailler dans ce "pôle", sous réserve bien sûr des conditions de son organisation.

4°)-JLM a critiqué la politique anti sociale et la financiarisation de l'économie voulue par Macron :

Mélenchon a dénoncé le fait que 90% des embauches se font aujourd'hui en CDD, soit le primat du précarait au sein de notre société 2019. Il a également dénoncé la destruction de notre code du travail, affaiblissant d'autant la population salariée. "Jamais la possibilité de licencier donnée au Patronat n'a été aussi facile" a-t-il ajouté. Et de dénoncer aussi la financiarisation de l'économie, rappelant que Macron était un acteur de la finance ! Il a parlé longuement de la situation d'Alsthom, ce qui rappelait, pour ceux qui s'en souviennent, son discours sur les salariés licenciés de Rhône-Poulenc au printemps 2009 !

5°)- JLM a critiqué la dérive autoritaire du régime macronien :

Il a notamment sorti : "Aujourd'hui, les perquisitions, c'est pour tout le monde, y compris Médiaprt, et Collomb (sous-entendu, pas seulement pour moi le 17 octobre 2018) ! Ils 'agit avant tout de faire peur. "Un conglomérat Justice, Police, et médias peut mettre au pilori qui elle veut, quand elle veut' (sic). Malheureusement, cette analyse, déjà excellement formulée par Régis de Castelnau, ex batonnier, est très juste. Et montre l'instrumentalisation de la Justice au service du pouvoir politique.

6°)-Le nouveau fonctionnement de la FI :

S'agissant du fonctionnement de la FI, il a hélas confirmé le rôle "du groupe parlementaire (des 17 "apôtres"), chargé de décider des destinées du mouvement sur le temps court. La coordination s'occupant du temps long"(sic). Il a dit son intention d'unir l'action institutionnelle de la FI (AN, Sénat, Parlement européen), et "l'auto-organisation du Peuple" (sic). Soit un oxymore assez illisible. Le groupe parlementaire LFI continue ses réunions hebdomadaires, visant à piloter la FI. Mais son pouvoir serait "bordé" par celui de la coordination, ou agora de la FI, qui aurait donc plus qu'un rôle consultatif mais stratégique.

Concrètement, on peut s'attendre à une foire d'empoigne entre le groupe parlementaires LFI (Coquerel, Corbière) et la coordination, dont la moitié des membres sera nommée au sort. En effet, concrètement, on voit mal comment cette division du travail va  s'opérer, sans une lutte féroce des compétences et des périmètres de compétences. De plus, JLM a jouté que le pouvoir reviendrait aux "jeunes", mais qu'ils seraient accompagnés par des "éclaireurs" plus âgés. Ajoutant : "je ne vais pas tous les nommer". Donc, on devrait assister au retour de figures historiques du PG/FI, comme Jacques Généreux, ou je n'ai rien compris.

En résumé, le nouveau fonctionnement "démocratique" de la FI parait être un foutoir de première ! Mais on pense que la bonne méthode est de participer à ces deux nouvelles instances ("Agora de la FI", "Pôle auto-organisation et désobéissance civile"), où on pourra faire du tapage à l'intérieur de la FI, quitte à relayer nos combats sur Facebook.. !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.