"IL Y A SUFFISAMMENT DE MASQUES POUR TOUS" ! (Sibeth Ndaye)

Amoral. La meuf is dead (Ndaye) a eu une perle encore plus énorme que celle relative au non port du masque par Macron. C'est quand elle a eu le toupet absolu de déclarer devant les caméras : "il y a suffisamment de masques chirurgicaux, pour chaque français contre le coronavirus"(sic) : on a entendu hier la rediffusion de cette énormité dans l'émission de André Berkoff sur Sud Radio, entre midi et une heure.

Et elle n'a pas eu un seul cheveu de déplacé….

Dans les années 60, si un ministre de De Gaulle ou de Pompidou s'était amusé à sortir pareille sottise, il prenait la porte tout de suite !

On se souvient d'une anecdote entendue dans l'émission d'histoire de Jean-Luc Hees tous les dimanches à 17 heures sur la Cinq : une fois, il était  question d'un ministre du Général de Gaulle accusé de malversation. De Gaulle était tellement furieux après lui, qu'il lui dit : "PARTEZ, PARTEZ…!"(sic). Et il a été obligé de rentrer chez lui, sans même avoir pu revenir dans son ministère récupérer ses affaires. On savait faire de la Politique en ces temps là !

Aujourd'hui, n'importe quel ministre, journaliste vedette, peut sortir une info bidonnée et reconnue comme telle, tout en conservant son statut de "vedette" dans la Politique ou le journalisme : cela n'a plus aucune importance : la Vérité : on s' en fout !

Comme écrit Alain Accardo :"à force d'érosion morale, la petite-bourgeoisie (intelectuelle) tend à devenir moralement anesthésiée. On reste confondu devant la bassesse, l'ignorance, la vulgarité, et le cynisme qui règnent dans ces milieux, où il semble qu'on ait entrepris d'œuvrer méthodiquement, avec l'aide d'ailleurs d'intellectuels "à gages", à la liquidation de l'intelligence critique et de la raison"(sic), cf son ouvrage : "Le petit-bourgeois gentilhomme. Sur les prétentions hégémoniques des classes moyennes", édition contre-feux, Agone, 2009.

Voilà la dégringolade intellectuelle dans le champ politique pointée par Slavoj Zizek, ami d'Alain Badiou. En 2020, on fait de la politique avec des nuls, dont l'amoralité n'est plus à établir, et personne ne moufte !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.