Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

2583 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2018

MELENCHON N'A PAS PERDU 7 POINTS SUR LA BASE DE SA COLERE !

Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

MELENCHON N'A PAS PERDU 7 POINTS SUR LA BASE DE SA COLERE !

Contre tous les plaintifs de série B, à la désillusion facile, si "tendance", tant dans les médias officiels que sur Facebook, il nous faut revoir les faits. JLM aurait perdu 7 points dans les sondages, résultat direct explique-t-on de sa colère démesurée, rage, furie, déchaînement face aux policiers venus perquisitionner son domicile. Et dans 16 appartements de ses amis. Total : 100 hommes déployés pour une somme litigieuse, quand bien même les faits seraient établis, n'excédant pas 100 000 euros. Plus précisément, il aurait perdu 15 points auprès de son électorat FI, sur la seule base de son seul coup de colère.

Cette "story" défile en boucles dans les médias et sur les réseaux sociaux. Chacun y va de son commentaire. Chacun faisant une sorte de traumatisme, arrêt sur image sur les seules photos de Mélenchon hurlant dans la cage d'escalier : comme si 10 ans d'histoire du PG/FI avaient été purement aninhilés sur un emportement maladroit, il est vrai monté en épingles, diffusé en boucles et commenté ad nauseam par la petite-bourgeoisie médiatique oeuvrant de façon forcenée aux ordres de l'Elysée.

Sauf que cette réécriture de l'Histoire est fausse. JLM AVAIT DEJA PERDU 8 POINTS DANS LES SONDAGES AVANT LA PERQUISITION DU 16 OCTOBRE. Un sondage Ifop/Paris Match du 10 octobre 2018 le créditait déjà de 8 points en moins. Je n'avais pas voulu commenter cette enquête sur mon mur, ayant déjà parlé d'un autre sondage Kantar-Sofres-One Point du 4 octobre 2018, où il perdait 4 points. Autrement dit, MELENCHON ETAIT DEJA EN NETTE PERTE DE VITESSE AVANT LES PERQUISITIONS, et son coup d'éclat verbal. Ce qui bien sûr modifie du tout au tout les raisons de sa chute sondagière. Notamment les 15 points perdus auprès de l'électorat de la FI.

Cette perte sèche est due, selon moi, au tournant réaliste opéré par la direction de la FI depuis juin 2017, et qui s'est soudain accélèré au mois de septembre 2018. En juin 2017, les responsables de la FI avaient opéré un aggiornamento de la stratégie de la FI jusque là anti-système, imposant unilatéralement et sans vote de la base militante UNE LIGNE PS-BIS, MACRON COMPATIBLE, "tsiprasisation" des têtes et des coeurs. La Direction de la FI avait trahit le projet initial du PG et de la FI, visant à défendre les sans non les sans grade que nous sommes ; notre programme "L'avenir en commun", mis grossièrement au rencart avec son rédacteur : Jacques Généreux.

Mais au mois de septembre 2018, cette trahison s'accèlère, notamment à travers deux événements importants :

1)-La rencontre fortuite Macron/Mélenchon, véritable traîtrise pour tous les militants de base, électeurs de la FI. Cette rencontre incroyable Mélenchon/Macron, nouveau chemin de Canossa, nouveau Munich de notre Résistance populaire, n'avait d'autre sens que de dire aux français : "voyez comment le Premier opposant de France s'abaisse publiquement face au Pouvoir libéral, n'hésitant pas a faire basculer des pans entiers de la société française 2018 dans le chômage et la pauvreté : 15 millions de pauvres selon nos calculs. JLM n'hésitant pas à adopter une attitude humiliante, collaboratrice, avec un souci de plaire au petit maquille : celui-la même qui fait de la prospérité de la seule Classe dominante l'alpha et l'oméga de sa politique. "Rencontre" courtoise, qui a sincèrement choqué le Peuple de gauche, sincèrement anti libéral, anti Macron. Elle est là la vraie raison de la chute de 15 points dans l'électorat de la FI, dans cette défaite de la Résistance à Macron : où JLM a préféré Macron à son électorat anti système : jeunes, classes populaires.

La rencontre JLM/Macron, c'est un peu comme si le Général de Gaulle de 1942 était venu rendre une "visite de courtoisie" à Pétain à Vichy. Une telle trahison aurait bien sûr totalement désorienté les résistants de l'intérieur et de l'extérieur.

2)-Seconde raison : Mélenchon paie cash son rapprochement avec Maurel +Lienemann, "ses amis de toujours qui lui ont tant manqués"(sic), comme il a osé dire à la tribune d'un séminaire organisé par la gauche socialiste.

Même l'électeur de la FI le moins politisé comprend que JLM a viré sa cuti. Vendu son âme avec cette alliance contre nature avec les socio-traitres PS.

Maurel et Lieneman sont de vieux chevaux socialistes sur le retour, rompus depuis toujours à toutes les crapuleries, ayant voté toutes les régressions sociales de Hollande et de Macron, renié le Peuple en cadence, trahi les classes populaires et les jeunes au chômage. Et sont aujourd'hui démonétisés à juste titre par tout leur passé renégat et menteur de "deuxième droite", pour reprendre la formule de JP Garnier. Voilà comment cette "gôche" reposant enfin dans le néant qu'elle avait justement mérité, est soudain réactivée par JLM, promue fallacieusement "perdreaux de l'année", espoir numéro un, visant à changer le monde et la société française 2018 de fond en combles ! Qui peut croire à une sornette-trahison pareille ?

Voilà pourquoi, face à Macron responsable de la tragédie sociale actuelle faisant basculer des millions de salariés dans la pauvreté, 80% des français ont du mal à joindre les 2 bouts selon une enquête de Sud Ouest, il faut se battre de toutes ses forces, pour arracher les femmes et les hommes au malheur, dans lequel ils s'enfoncent inexorablement.

Construire une nouvelle France insoumise, prenant véritablement la défense du Peuple qui souffre. Il faut que Mélenchon cesse d'être un notable doré sur tranche, pour redevenir un hommes d'idées critiques, sur la base de notre programme "L'avenir en commun", enfin sorti de la naphtaline.

Seul notre programme AEC est capable de rassembler de façon positive tous les électeurs de la FI, y compris les électeurs déçus, à juste titre, par le virage droitier, opportuniste de la direction actuelle de la FI. Seul notre programme AEC est capable d'offrir UNE VISION AFFIRMATIVE, un corps d'idées nouvelles, permettant aux classes populaires et à une partie de la classe moyenne de se rassembler affirmativement autour d'une nouvelle proposition politique à vocation majoritaire, pour inventer une société juste et solidaire, offrant à chacun une existence décente et le goût du partage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss