Je l’ai lu pour vous, un acte de "Soumission"

Six mois après sa parution, j’ai lu le sixième roman de Michel Houellebecq. Je l’ai fait parce que trois de ses précédents romans m’avaient bien fait marré. Je trouvais plutôt drôle son absence de style et sa mise en scène d’une société contemporaine à bout de souffle dans l’individualisme.

Couverture choc pour la traduction hongroise de « Soumission »

behodollas.jpg 

Le résumé je ne vais pas vous le refaire. Tout le monde a entendu parler de cette fiction-politique, ou politique-fiction, qui se déroule en 2022, dont les médias ont bien assuré une magnifique promotion. Avec un bonus, la mise en lumière d’un faux débat, le fantasme islamophobe prônait par un tel Renaud Camus. Je ne vais pas vous conseiller de l’acheter, par une simple raison : acheter ce livre c’est soutenir financièrement un écrivain islamophobe et par ce biais soutenir une extrême-droite à la recherche d’artistes et d’intellectuels pour grossir leurs rangs. Je vous rassure, je ne l’ai pas acheté, je l’ai téléchargé gratuitement sur le web (son prix est exorbitant !). « Soumission » m’a fait marré, je l’avoue, mais je me ne suis pas arrêté là. Je reviens sur mon appréciation de base. J’aime chez cet auteur sa façon d’aborder la déstructuration sociale mettant en valeur l’individualisme et l’isolement de l’individu, car on peut l’interpréter comme une critique juste de notre société occidentale.

Quand je lis je ne m’arrête pas que dans les critiques. J’aime aller plus loin dans l’imaginaire, les romans à thèse sont ceux qui nous permettent d’ouvrir des portes vers l’avenir. C’est pourquoi je conseille de laisser Houellebecq dans un bac à livres dans le grenier. Parce que cet auteur est un personnage obscure qui ferme de portes. Quand nous savons que son ancien éditeur, Raphael Sorin, est le même éditeur d’un surnommé Laurent Obertone, et que celui-ci est l’auteur fétiche d’une extrême-droite parasitaire, que peut-on attendre d’un Houellebecq qui aime incendier volontairement l’Islam ? …je m’arrête là. Je ne vais pas débattre de politique, je laisse une image toute fraîchement collée de Nicolas Dupont-Aignan qui pourrait choisir Le Pen comme premier ministre.

 NDA_Extreme_Droite.jpg

L’édition française devient-elle le foyer d’idées archaïques ?

Soumission, par Michel Houellebecq (300 p) 21,00€

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.