Novembre 2009 : Ben MOUBAMBA annonce l'arrivée d'al-Qaïda en Afrique noire devant l'Elysée

Visite d'Ali Bongo à l'Elysée - Déclaration de Ben Moubamba © Bruno BEN-MOUBAMBA

La France a le devoir de mieux intégrer les enfants des anciens Indigènesqui ont combattu pour sa république et les Africain-Français sont peut-être la dernière chance de la France et de l’Afrique avant une forme d’apocalypse à venir, dans les quartiers défavorisés français mais aussi dans les états africain-francophones. Ce qui se passe au Mali, au Sahel, au Sahara et en Afrique de l’ouest (en attendant l’Afrique centrale ?) est un avertissement de l’Histoire immédiate dont un Président en exercice en France a voulu exclure l’homme africain en 2007 dans un Discours de Dakar.

Si la France continue à n’avoir aucune oreille pour les légers coups frappés par la génération consciente que nous représentons, elle pourrait malheureusement ployer sous les coups de boutoirs  des Islamistesvenus du désert africain dans les temps à venir.

De fait, ce ne seront pas 5 000 Français qui pourraient quitter un pays comme le Mali mais la plupart des Français qui pourraient abandonner  l’Afrique de gré ou de force, comme cela s’est passé en Algérie voici quelques années. Personne ne le souhaite mais c’est ce qui risque d’arriver car tout est fait pour susciter une violence sans précédent dans le monde.

Il est évident qu’al-Qaïda au Maghreb islamique, les Salafistes, les Frères Musulmans, les Moudjahidines …etc., trouveront bientôt dans les centaines de millions de jeunes Africains désœuvrés et sans espoir d’immigrer en Europe et aux USA, ou dans les 2 milliards d’Africains affamés, avant la fin XXIe du siècle des ressources humaines inépuisablespour la nouvelle guerre sainte, qui devrait se déplacer en terre africaine.  L’argent des hydrocarbures afro-arabes pourrait nourrir aisément un tel processus et la supériorité militaire occidentale ne suffira pas.

La diplomatie et la discussion doivent à nouveau prendre le pas sur la guerre. Une génération consciente doit donc se lever pour défendre la paix et la possibilité d’un avenir commun entre les peuples car nous croyons que la paix sera le dernier mot de l’histoire.

bruno@moubamba.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.