Pour un Nouveau Partenariat entre la France et l’Afrique / Discours originel du 14 avril 2012 à Paris (Ben MOUBAMBA)

Congrès du MAF: Discours de Bruno Ben Moubamba (14 Avril 2012) © Nzwamba
Congrès du MAF: Discours de Bruno Ben Moubamba (14 Avril 2012) © Nzwamba

Pour un Nouveau Partenariat entre la France et l’Afrique
________

Discours originel du 14 avril 2012 à Paris 

 


Chers amis !
Pourquoi sommes-nous venus ici si nombreux ? Pourquoi avons-nous tant pris à coeur ce Mouvement des Africains-Français, le MAF ? Mes amis, nous sommes ici parce que nous aimons l’Afrique, nous sommes ici parce que nous aimons la France, nous sommes ici parce que nous avons compris que le MAF n’est pas une association comme il en existe des milliers, non, le MAF est une des dernières chances pour la France et l’Afrique de se réconcilier avant qu’il ne soit trop tard ! Oui, nous avons compris que cette chance était unique et que nous devions la saisir parce que cette réconciliation ne se produira jamais, malheureusement, si nous, Africains-Français, ne l’obtenons par le poids de notre suffrage, par le poids de notre nombre, par le poids de la vérité ! Jamais, sans notre volonté de l’obtenir, elle ne nous sera donnée ! Alors nous la gagnerons !
I. Quel est ce Nouveau Partenariat Politique entre la France et l’Afrique que nous allons gagner ? Ce partenariat que nous verrons de nos yeux, et pas seulement nos enfants, sera d’abord basé sur le respect de la volonté populaire africaine lorsqu’elle s’exprime dans les urnes des pays africains ! Ceux qui ont réellement été élus par leurs peuples doivent savoir qu’ils obtiendront désormais réellement le pouvoir ! Que les résultats annoncés seront les vrais ! Et que lorsqu’enfin ils seront au pouvoir par la volonté de leur peuple, ils auront la liberté de diriger leur propre pays ! Et ceci sera désormais possible, aussi incroyable que cela puisse paraître, même dans les pays d’Afrique francophone ! Oui, la France doit garantir le respect du vote des Africains en Afrique car sa voix a un impact sur la communauté internationale, notamment à travers l’Agence France Presse. Il est temps qu’elle cesse de se ridiculiser en annonçant des résultats dont tout le monde sait qu’ils sont faux ! Ce sera là le premier pas de notre République Française éprise de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, pour retrouver un peu l’estime du continent africain et reprendre un certain leadership moral égaré ou perdu.
Car enfin, qu’y a-t-il d’anti-français à vouloir des Etats africains dynamiques, une gestion qui sorte les gens de la pauvreté et de la misère ? Tout le monde aspire à vivre mieux en France ou dans tout l’Occident ! Mais en Afrique francophone, cette aspiration des peuples au bonheur serait une atteinte au fameux pré-carré de la douce France, chère pays de notre enfance ?
Les Africains-Français exigent, parce que c’est leur droit de citoyens, que leurs enfants aient le droit de vivre et de mourir sur leur terre française s’ils le souhaitent et que leur si belle couleur de peau, leurs si nobles origines ancestrales ne les condamne pas un jour à détester le cher pays qui s’entête à les rejeter.
Oui, ce n’est pas en tuant les espoirs démocratiques en Afrique francophone, ce n’est pas en vénérant les principes de la République, partout sauf sur les terres africaines, que les enfants français issus de parents africains, développeront l’amour de la République Française et s’intégreront.
Il faut faire nôtre, que nous soyons Africains, Français ou les deux, l’Histoire commune ! Il faut assumer, regarder l’Histoire et sa réalité en face ! Quel silence assourdissant !! Mais enfin, que dit la France d’aujourd’hui du travail des anciens Indigènes ? Que dit-elle de la sueur des anciens colonisés ? De l’apport de nos Pères pendant la 2e guerre mondiale pour la renaissance de la France Libre à Brazzaville ? Que dit-elle du sang des combattants Africains en
France ? Que dit la France de la richesse inouïe des multinationales et des entreprises françaises implantées en Afrique ? Que dit-elle des Chefs d’Etats placés, imposés par elle contre l’avis des peuples ?
Jusqu’à quand les décideurs du pays des « Droits de l’Homme » resteront-ils insensibles aux souffrances des enfants d’une terre qui a tant donné à la France et à l’Europe ? Quel est donc le crime des Africains, qui leur vaut 5 siècles de martyr et de mépris universel ? Leur couleur de peau ? Leur pacifisme, eux qui ne sont pas encore passés comme tant d’autres au terrorisme ?
II. Aujourd’hui, par la voix du MAF, les Africains-Français appellent la France et l’Europe à user du rang qui est le leur dans le monde pour laisser évoluer positivement l’Afrique et spécialement l’Afrique francophone. Oui car l’Afrique francophone est malade ! Comment expliquer que contrairement à l’Afrique anglophone, elle soit incapable de susciter des figures morales susceptibles d’émerveiller le monde ? N’est-ce pas un symptôme inquiétant du rôle négatif de la politique africaine de la France ?
Où sont les Nelson Mandela de l’Afrique francophone ? Où sont les Prix Nobel comme l’écologiste Wangari Maathai de l’Afrique francophone ? Où sont les femmes politiques comme Ellen Johnson Sirleaf de l’Afrique francophone ?
Sont-ils inexistants, sont-ils pétrifiés ? Sont-ils tout simplement muselés ou éliminés avant de devenir trop gênants ?
Oui, le MAF exige de nouveaux dirigeants français, européens et africains pour sceller un nouveau partenariat entre nos deux mondes ! Cette relation sera basée sur l’estime et le respect réciproque car nous ne voulons plus de cette relation curieuse et destructrice qui met en scène d’un côté les maîtres français et de l’autre les « primates africains à peine évolués » toujours traités comme des esclaves et acceptant tristement leur sort, incapables de se révolter faute d’éducation, faute de forces, faute d’unité.
Car enfin, qui, quand il aime profondément son pays et y est heureux risquerait sa vie dans un radeau de fortune pour finir dans les rues d’un pays inconnu, froid, dans la misère et le mépris ? Quel paradoxe ! Les Africains-Français aiment la France, c’est leur pays d’adoption, il y ont grandit, y sont souvent nés, mais n’oublions jamais que beaucoup d’entre nous rêvent, tout en gardant des racines françaises, de rentrer en Afrique, de la développer, mais ne le peuvent pas ! Car aujourd’hui repartir signifie risquer sa vie, perdre sa liberté, être obligé de se corrompre pour ne pas être brisé, telle est la réalité ! Beaucoup d’Africains et d’Africains-Français sont condamnés à rester en France, pays qu’ils aiment et ont adopté mais pays qui les maltraite tout en les empêchant de repartir en maintenant en Afrique un management politique inacceptable, qui détruit les richesses et réduit les peuples à la misère !
Mes amis, l’enjeu du nouveau siècle n’est pas la guerre des civilisations ou des religions, ce n’est pas l’apocalypse nucléaire dans un Grand Moyen Orient utopique. Le véritable enjeu, c’est l’accouchement d’une vraie civilisation, qui vient aujourd’hui dans les douleurs, et dans laquelle tous les êtres humains auront accès à la nourriture, le logement, les soins, la sécurité, la liberté, la justice ! L’époque actuelle nécessite donc un changement de modèle, un renouvellement de la matrice. C’est pourquoi exclure les Africains de la Civilisation n’est plus acceptable ! C’est pourquoi le MAF ne l’accepte pas, c’est pourquoi il se dresse pour nous réunir et obtenir ce qui est juste, c’est pourquoi nous sommes ici si nombreux, c’est pourquoi le changement nous le voulons MAINTENANT !
III. On nous nous dira : les Africains-Français sont-ils pour ou contre la France ? Mais enfin ! Les Africains-Français sont Français !! Nous rappellerons que cette question est tout autant valable pour les allemands-Français comme Daniel Cohn Bendit, les norvégiens-Français comme Eva Joly ou les Arméniens-Français comme Charles Aznanour. Pourtant… on ne demande à aucune de ces personnes si elles sont pour ou contre la France ? La France n’a jamais été jamais une « race » mais une alliance, une succession de mélanges, de conquêtes. Je suis bien placé pour le savoir, moi qui, lorsque j’étais enfant au fin fond du Gabon, savait déjà tout sur « Nos ancêtres les Gaulois ! ».
Non les Africains-Français ne sont pas contre la France, au contraire, ils l’espèrent cette vraie France ! Ils sont contre cette fameuse « Françafrique » : réseaux, officines, lobbies ésotériques qui se servent de l’ignorance et de la cupidité pour imposer leur vision raciste des liens entre l’Afrique et la France.
IV. Au plan économique, l’Afrique, terre de nos ancêtres, si loin des Gaulois, n’est pas qu’une terre propice à la prédation universelle, le terrain de jeu pour les nouveaux Vikings, Terminator ou Conan le Barbare usant pour un rien de sa force brutale.
Nous sommes une génération consciente et nous savons que le Golfe de Guinée est la prochaine zone émergente qui assurera l’approvisionnement de l’Europe et des Etats-Unis en matières premières. Cela n’est pas mauvais ! Au contraire ! Pourvu que ce ne soit pas un approvisionnement par pillage, par viol, par meurtre, par confiscation du pouvoir, par écrasement de peuples ! Pourquoi n’attendre de l’Afrique que ses matières premières ? Pourquoi pas sa matière grise ? Ses services ? Ses cultures ? Ses civilisations ?
Chacun sait que le problème entre la France et chacun des pays d’Afrique francophone réside dans ce qu’il est coutume d’appeler « la France-Afrique » : réseaux, officines, lobbies ésotériques qui se servent de l’ignorance et de la cupidité pour imposer leur vision raciste des liens entre l’Afrique et la France.
Le MAF se veut le porte voix de l’Afrique, il demande une Alliance ! L’Afrique ne veut plus être violée, et à travers le MAF, ce sont ses enfants qui se lèvent pour la défendre ! Car enfin, que veut-on faire payer ainsi à l’Afrique ? Le Terrorisme ? Pas encore… mais pour combien de temps ?
Oui, l’ensemble du continent africain a un potentiel extraordinaire, tout le monde le sait, non seulement au plan minier mais aussi au niveau agricole et on ne le souligne jamais assez : il s’agit d’un des premiers marchés de consommateurs performants. Encore faudrait-il accepter le principe de l’enrichissement et du bien-être social des Africains, qui devrait déjà être gravé dans les constitutions des Etats.
C’est l’Afrique qui peut relancer l’industrie en France, si on cesse de la piller et si on la laisse consommer ! Si on la laisse développer une politique d’équipements et d’infrastructures. L’Afrique n’a pas besoin d’un Plan Marshall ! Elle a juste besoin qu’on cesse de la pressurer, elle a juste besoin que la stabilité politique, le choix des peuples soient respectés pour que les capitaux reviennent en Afrique !
Les décideurs économiques français doivent cesser de considérer l’Afrique comme une source de gains qui ne laisse aucune place au bien être des gens. Les Chinois ont compris que l’homme africain était entré dans l’histoire de la consommation mondiale, qu’est-ce qui empêche la France et ses décideurs économiques de le comprendre ? Les Occidentaux font la guerre à l’Afrique et les Chinois, eux, font du commerce. Si la France ne se ressaisit pas
rapidement, l’Afrique se développera sans elle, sans l’Europe. De gré ou de force. Car rien n’empêchera les nouvelles générations africaines et africaines-françaises, de reprendre en main un destin qu’on leur a confisqué pendant 500 ans !
Le Nouveau Partenariat qu’appelle le MAF, c’est ce fameux « gagnant-gagnant » : commerce, richesses, développement, nous en avons assez de la prédation sans retour sur les populations, assez de la répression, assez de toutes ces guerres !
V. L’Armée Française n’est pas une armée de mercenaires qui peut être engagée dans des combats qui font plus de morts civils que militaires. Pourtant, elle est présente en Afrique en vertu d’accords soit disant « secrets » mais dont le fond n’échappe à personne… chacun sait que leur rôle n’est autre que de maintenir le statut quo et d’écraser tout soulèvement de la population enfoncée dans la misère pendant que ceux qui les pillent engrangent des milliards… ceci avec les impôts du Peuple Français, les vôtres Africains-Français ! Alors que la France est surendettée !
Un partenariat militaire renforcé sans bases militaires françaises est possible ! Des accords de formation, d’assistance et d’alliances tactiques serait plus justifiables qu’une présence militaire que les populations africaines vivent comme une occupation facile pour des intérêts français privés ou non.
La Guerre Froide est terminée et le rôle de l’armée française sous la forme d’un gendarme de l’Afrique n’a plus aucun sens.
Qui sera l’Homme d’Etat français qui osera envisager des économies budgétaires stratégiques en se donnant un calendrier de fermeture de la plupart des bases militaires en Afrique ?
On dit que tout leader politique qui a ce genre de projet s’exclut de la politique africaine de l’Elysée mais je considère pour ma part, que cette époque doit être révolue et oubliée.
Si l’Armée malienne avait été formée, assistée et positionnée stratégiquement dans le cadre d’une politique gagnant-gagnant, il n’y aurait pas eu cette partition de fait qui menace le Mali. Est-ce cela que l’on veut un peu partout ? Car si rien ne change, c’est toute l’Afrique qui va partir dans cette voie ! Alors, oui à la coopération militaire, oui aux échanges mais non à l’occupation déguisé pour défendre des intérêts privés.
Pourquoi une génération consciente comme la nôtre, se tairait-elle davantage alors qu’elle a le sentiment que les choix stratégiques de la République Française que nous aimons, gâchent par autisme politique les existences de populations africaines abandonnées à elles-mêmes ?
VI. Nous sommes ici enfin, pour dire à la face du monde que la richesse des Africains doit profiter aussi aux Africains ! Comme la richesse de l’Europe profite aussi aux Européens.
Et ce n’est pas contraire à l’économie française ou européenne, ce n’est pas contraire aux intérêts des grandes entreprises, notamment européennes. Il faut cesser d’enfermer les africains dans des camps de concentration à ciel ouvert ! Oui, j’ose cette comparaison ! Des millions d’Africains sont enfermés dans des frontières qui leur ont été imposées, avec un
management politique qui leur est imposé par des capos adoubés par d’autres pays, qui jouissent de milliards en échange de matières premières et de l’écrasement de peuples entiers. Ces Africains ne peuvent pas, pour la plupart, quitter leurs pays autrement qu’en s’évadant. Ils vivent dans la peur, la faim, la maladie, la misère, les enfants ne sont pas éduqués, ils vivent dans les détritus et la pourriture. Dans des conditions dont personne ne voudrait en France pour un animal domestique. Et les capos si assidus à garder les pauvres dans les geôles sont soutenus par des armées étrangères toutes puissantes sur leurs terres, et si des malheureux tentent de se rebeller, ils sont abattus ou enfermés. Oui, le monde entier assiste depuis des décennies, en feignant l’ignorance, à la mort lente de millions d’hommes, de femmes et d’enfants, alors qu’il suffit d’une volonté politique pour que ces horreurs cessent ! L’Afrique est le continent le plus riche du monde ! Mais ces gens-là sont basanés… alors…ça n’empêche pas grand monde de dormir… sauf nous, les Africains-Français. Nous sommes Occidentaux et nous sommes Africains. Nous ne pouvons pas dormir, nous sommes malades de l’Afrique, nous ne pouvons plus supporter que ce pays d’adoption maltraite nos parents, notre culture.
Oui, cet enfer africain peut s’arrêter ! Les Français et les européens peuvent conforter leurs positions historiques en Afrique, tout en n’ayant pas peur de l’éthique, en n’ayant pas peur du droit, et si les Africains arrivent à dépasser une vision erronée de l’Etat, du citoyen et de la richesse nationale, alors le Nouveau Partenariat Europe-Afrique sera un partenariat gagnant-gagnant et non une nouvelle escroquerie intellectuelle.
L’Afrique profitera comme les pays d’Asie du savoir faire des entreprises françaises et européennes à condition que le rôle de l’Etat africain ne soit pas amoindri. Les Français et les Européens continueront d’avoir accès à nos immenses ressources, mais bien plus encore, les populations d’Afrique (2 milliards d’ici la fin du XXIe siècle) deviendront un gigantesque marché de consommateurs performants. C’est l’intérêt de tous que des millions d’Africains deviennent riches plutôt que de laisser une toute petite caste de pseudo-riches, une oligarchie françafricaine, s’accaparer les immenses ressources des terres africaine sans aucune justice sociale, sans aucun retour ni pour la France, ni pour l’Afrique. La diplomatie et la discussion doivent à nouveau prendre le pas sur la guerre. Une génération consciente s’est levée avec le MAF, avec les Africains-Français, pour défendre la paix entre la France et l’Afrique, la possibilité d’un avenir commun entre les peuples car nous croyons que la paix sera le dernier mot de l’histoire. Si tel n’était pas le cas, le pire est à craindre. Nul ne sait dans quelles ténèbres sombrera notre monde dans les décennies à venir…
Mes amis, nous sommes ici parce que nous aimons l’Afrique, nous sommes ici parce que nous aimons la France, nous sommes ici parce que nous avons compris que le MAF est une des dernières chances pour la France et l’Afrique de se réconcilier avant qu’il ne soit trop tard et que jamais, sans notre volonté de l’obtenir, elle ne nous sera donnée ! Alors nous la gagnerons !
Bruno Ben MOUBAMBA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.