Mesures compensatoires du GCO : les espaces détruits sont détruits à jamais !

Dans le cadre des travaux du Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), Vinci tente de mettre en avant sa vertu en faveur de l’environnement et la biodiversité, notamment au travers des mesures compensatoire. Or, les espaces détruits sont détruits à jamais !

Une communication de Vinci qui ne trompe pas les opposants au GCO Une communication de Vinci qui ne trompe pas les opposants au GCO

 

 

 

 

 

 

 


Avec le GCO, Vinci veut nous faire croire qu'avec 1315 hectares de travaux de compensation, l'entreprise compense quatre fois la superficie de l'emprise de sa future autoroute. Or, les espaces détruits sont détruits à jamais !

Pour les opposants :

« Comment une entreprise qui détruit un espace naturel comme celui qui impacte le tracé du GCO, peut également être celle qui dirige la mise en oeuvre des mesures compensatoires imposées par arrêté préfectorale ? »

Pour soutenir ses propos, le collectif GCO NON MERCI met en avant le travail colossale qui a été entrepris par la Commission d’enquête sur la réalité des mesures de compensation des atteintes à la biodiversité engagées sur des grands projets d’infrastructures, intégrant les mesures d’anticipation, les études préalables, les conditions de réalisation et leur suivi,, initié par le sénateur écologiste Ronan Dantec, rapporteur.

[Conférence de presse] Biodiversité : publication du rapport © Sénat

Il est important de rappeler que le projet du GCO a été validé en 2018 par l’État contre toute logique environnementaleSept avis défavorables — deux enquêtes publiques «loi sur l’eau» et cinq organismes d’État — soulignent les insuffisances du dossier sur les compensations qui ne permettent pas de réparer les destructions que l’autoroute occasionne — La construction du GCO, n’en déplaise à Vinci, est un désastre écologique. Un dossier bâclé dans lequel les avis soulignent, par exemple : la faiblesse des mesures pour réduire les effets des nuisances sonores ou encore, de prévenir des risques d’inondations dues au ruissellement des eaux de pluie.

Les espaces détruits sont détruits à jamais !

Dans le cas du GCO, ce qui est grave, c’est que l’Etat au travers du préfet, à l’époque Jean-Luc Marx, en signant l’Autorisation environnementale unique (septembre 2018), a sciemment ignoré les avis défavorables qui pointaient les insuffisances du dossier en matière de compensations.

En attendant, alors que les travaux avancent à une cadence soutenue, les opposants attendent toujours le jugement sur le fond du tribunal administratif concernant l'Autorisation environnementale unique, sésame qui avait permis à Vinci de démarrer ses travaux en septembre 2018.

A LIRE SUR GCO NON MERCI ICI

Le GCO s'est plus de 30 hectares de forêts massacrées à Kolbsheim et Vendenheim © GCO NON MERCI Le GCO s'est plus de 30 hectares de forêts massacrées à Kolbsheim et Vendenheim © GCO NON MERCI

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.