Campagne présidentielle contre corruption…

Est-ce possible ?

Corruptions, malversations, détournements de fonds divers, lois honteuses (ex : la loi sur le secret des affaires votée au parlement européen), voilà la réalité des « pouvoirs » qui sévissent dans nos civilisations aujourd’hui.

Ils gangrènent, parasitent, rongent nos sociétés, tuent des millions de vies chaque année.

Qui de nos chers candidats se fait écho ou juge de cela dans sa campagne et met au premier chef une lutte contre ce banditisme, cette mafia, cette barbarie actuelle?

Est-ce que leur slogan : « travaillez plus pour gagner plus » ordonne que nous bossions nous pour un SMIC et qu’eux pour avoir griffonné trois lignes, sur un torchon, touchent des centaines de milliers d’euros ? Pire, en détournent de toutes les façons possibles et imaginables. Honte ! Révolte !

Qui de leurs lieutenants (complices, coupables, car collabos et avocats de ces génocides) se battent pour donner vie à une institution capable de stopper ce fléau ? Ils savent le faire concernant les intérêts de la corruption pourtant… Mais ils sont bien moins vaillants quand il s’agit de justice réelle et du pacte social.

Des décennies que ce mal grandit, ronge, gangrène notre civilisation, tue notre démocratie, donne vie aux pires démons et/ou les porte au pouvoir. Les peuples qui n’en peuvent plus d’être asservis et dans un désespoir de cause se ralliant alors à des thèmes xénophobes qui pour autant ne suppriment pas cette plaie qu’est la corruption ; seul mal, seule cause de tous nos maux, seul responsable, seul thème, objectif qui méritent d’être mis en sujet principal de cette campagne présidentielle, seule priorité digne de ce nom et respectueuse des citoyens, de la démocratie, de l’attention réelle de tous.

Relayer cet objectif est une priorité, c’est le seul enjeu réel pour la survie de nos démocraties.

La lutte contre la corruption et ses milliards détournés doit prendre différentes formes :

instance indépendante avec des outils modernes ; pour juger et condamner ceux reconnus coupables (pour une tolérance zéro) :

 * avec des mécanismes et des instruments juridiques de lutte contre les corrupteurs et les corrompus

 * en encourageant et en soutenant des initiatives émanant de la société civile (protection des lanceurs d’alertes)

 * en d’autres termes, puisque la corruption se développe essentiellement grâce à des solidarités d’intérêts, le but ultime est de mettre en place, dans le secteur public et dans le secteur privé, des coalitions et des réseaux solidaires d’intégrité capables, grâce à la mise en place de « collectif d’intégrité », de conjuguer leurs efforts, de soutenir des actions coordonnées, de détecter, de dénoncer et de sanctionner toutes pratiques corruptives, et enfin d’imposer systématiquement le principe d’intégrité et de transparence

 * perte des droits civiques à vie pour les coupables

 * interdiction définitive d'exercer toute fonction publique

 * interdiction d'exercer une activité professionnelle ou sociale (une personne condamnée à une telle interdiction ne pourra ni être entrepreneur individuel ni dirigeant d'une entreprise commerciale)

 * de la Prison ferme pour les coupables, non compressible

 * confiscation des biens, dans tous les pays

 * mise en place de condamnation des lieutenants, des collabos qui savent, et/ou soutiennent ou se taisent concernant cette pieuvre qui les alimente eux aussi, qu’est la corruption

 

A vos marques citoyens :

Chaque lieu, chaque site, chaque entité où vous aurez fait pression, chaque élu à qui vous aurez demandé de prouver sa bonne foi et d’agir pour ce thème, chaque action, répertorions-les sur ce site (envoyons à MEDIAPART chaque preuve d’une telle action et qu’ils ouvrent une page pour témoigner de toutes nos actions à faire pression sur le pouvoir, qui n’est en réalité que notre émanation), voyons alors comment nos chers candidats vont « mériter » (s’ils arrivent à la mériter) notre confiance et tous nos politiques divers et variés vont réagir, s’investir et/ou mentir à ce sujet, voir l’ignorer, le minimiser ou tenter d’empêcher coûte que coûte son apparition dans le débat de cette campagne. La corruption est la peste, la fille unique du néolibéralisme (c’est pourquoi ils se battent presque tous pour avoir accès à leur bout d’os et pour nous l’imposer par tous les moyens possibles).

Mettons-les en demeure de respecter la constitution, le contrat social, réapproprions-nous notre réalité de citoyen ; c’est-à-dire un contrat entre la cité et son peuple, contrat qui nous oblige à respecter les lois (à renoncer à nous faire justice nous-mêmes) à condition que celles-ci nous protègent et nous condamnent de la même façon, tous. S’ils rompent ce contrat, que croyez-vous que les citoyens feront ? Ils voudraient peut-être que nous demandions d’être mis à l’échafaud volontairement juste pour leur profit et que nous leur disions merci en retour ? Ils sont pires que le roi qui lui disait détenir un droit de vie Et de mort sur ses sujets, aujourd’hui cette corruption rampante est uniquement un droit de mort silencieux, un aller simple pour l’enfer pour des milliards de citoyens, un mal qui est responsable des pires génocides que ce monde a enfantés !

Alors vive l’action, faisons là, réalisons là. Battons-nous contre ce fléau démocratique, contre ce génocide humain. Actions, réactions…

Ces « champions » qui dénigrent et ne reconnaissent pas la valeur de chaque citoyen nous ont prouvés depuis des décennies qu’ils étaient doués uniquement pour corrompre et voler, rétablissons le contrat social et l’équité en tous domaines qui nous imbrique directement au contrat social ou alors la dislocation de celui-ci découlera uniquement de leur responsabilité, du poison qu’ils distillent depuis trop de temps de par le monde.

 

Animons enfin cette campagne sur la source de tous nos maux : la corruption

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.