Christophe Philippe et Édouard Castaner adeptes de la pilule du lendemain

En politique la pilule du lendemain, ou d’urgence, est utilisée pour lutter contre toute vérité susceptible de voir le jour, de s’amplifier avec le temps, une vérité qui aurait tendance à se démultiplier et à faire des petits, plein de petits…une progéniture très menaçante qu’il faut tuer dans le jaune d’œuf.

En politique la pilule du lendemain, ou d’urgence, est utilisée pour lutter contre toute vérité susceptible de voir le jour, de s’amplifier avec le temps, une vérité qui aurait tendance à se démultiplier et à faire des petits, plein de petits…une progéniture très menaçante qu’il faut tuer dans le jaune d’œuf.

Passé un délai de 72 heures, il n’y a plus rien à faire, la vérité sortira du ventre toujours fécond d’un peuple sevré de justice, si c’est un garçon il s’appellera Steve, si c’est une fille elle s’appellera Zineb.

La pilule du lendemain est synonyme de dragée et de couleuvres, et même si elles ont du mal à passer, le principe est de les avaler sans se poser trop de questions embarrassantes.

Castaner préfère se rendre à Perpignan pour ramasser les débris de verre cassé de la permanence d’un député LaRem, un certain Romain Grau, plutôt qu’à Nantes pour se recueillir à l’endroit où on a repêché, par hasard, le corps de Steve, c’est son choix, il a le mérite d’être clair ; il se fait photographier et filmer devant la vitrine brisée, la mine triste des grands jours, pour marquer son courroux devant des journalistes secoués par de profonds sanglots liés à leur statut d’esclaves, les chaines sont lourdes, c’est très humiliant, on peut les comprendre.

L’IGPN n’a pas cru utile d’entendre 89 témoins qui décrivent avec force détails la charge policière qui s’est terminée par ce désastre, ils étaient tous sur le quai Wilson, ce jour-là, à 4h30 ; pas entendu Romain, non plus, un homme de 33 ans, qui a tout fait pour témoigner, mais qui a été « recadré » par le commissariat… « On verra cela plus tard, on vous contactera, le Procureur a une copie de votre plainte ». Le Proc, mais pas l’IGPN. « Mascarade, dissimulation », Romain est en fureur.

Ils ont déposé plainte. Il a déposé plainte.

L’IGPN fabrique la pilule, ils connaissent la recette sur le bout de la matraque, Édouard Castaner et Christophe Philippe sont chargés de nous la faire avaler : joli travail de coordination, le timing est parfait, on gagne en synchronisation ce que l’on perd en crédibilité.

Marine et Emmanuel ont la joie de vous annoncer la naissance de leurs petites dernières, Émeutes, des adorables jumelles, elles pèsent des milliards de tonnes d’espoirs.

Effectivement, parfois la pilule ne passe pas…et là…ça risque de se passer mal, mais alors très très mal…vous pouvez compter sur nous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.