L’extrême droite envahit les médias qui copulent ouvertement avec la bête immonde

Pour que les journalistes du Figaro, de LCI et de RTL en viennent officiellement à prendre leur distance avec leur direction, c’est que quelque chose de pas banal est en train de se passer. Une crise de foi ? Une crise de nerfs ? Pas une crise de conscience, quand même ? L'heure est grave.

Pour que les journalistes du Figaro, de LCI et de RTL en viennent officiellement à prendre leur distance avec leur direction, c’est que quelque chose de pas banal est en train de se passer.

Une crise de foi ? Une crise de nerfs ? Pas une crise de conscience, quand même ?

Et si Alexis Brézet, rédacteur en chef du Figaro, était obligé de démissionner suite à la fronde menée par quelques journalistes – dont Yves Thréard fait partie, aussi curieux que cela puisse paraître –  qui dénoncent « une dérive raciste, xénophobe » ?

On aura tout vu, rien ne nous sera épargné...certains mauvais esprits envisagent d'adapter la célèbre réplique de Beaumarchais « Sans la liberté de bramer, il n'est point d'éloge flatteur ».

Ça tangue de partout !

Pour mieux mesurer l'ampleur du malaise qui fragilise le Figaro, c'est un peu comme si Edwy Plenel virait Fabrice Arfi pour le remplacer par Hervé Gattegno, rédacteur en chef du JDD, pour piloter les investigations sur Sarkozy, c'est possible, mais assez improbable.

L'heure est très grave.

Le facteur déclenchant – qui sonne plusieurs fois à la porte du populisme le plus immonde qui soit – s’appelle Éric Zemmour, chroniqueur au Figaro et à RTL, définitivement condamné pour « provocation à la haine raciale » : ses propos répétés de haine islamophobe d’une rare violence, retransmis en direct live par LCI pendant près d’une heure lors du meeting de Marion Maréchal, ne permettent plus à ses employeurs de faire semblant de ne pas savoir, de faire semblant de ne pas comprendre, impossible maintenant de faire l’autruche, ils ont le nez dedans !

Les journalistes qui composent les rédactions ont honte. D’eux ? D'avoir été si complaisants, voire complices, depuis si longtemps ?

Difficile à dire...

Personnellement je n’ai pas attendu ce meeting pour avoir honte de lui, de vous et, plus généralement, de tous ceux qui regardent, écoutent où lisent ce clown qui triche avec l’histoire comme d’autres salopards trichent avec des enfants, en abusant de leur naïveté et de leur vulnérabilité ; de vieux adultes con-sentants en l’occurrence, la pire espèce qui soit, en vérité.

Zemmour, comme tous les malades atteints de névrose obsessionnelle – pardon pour eux – est un multirécidiviste, une nouvelle enquête est ouverte. Il y en aura d’autres, l’élasticité néolibérale pro raciste n’a pas de limite.

Une névrose obsessionnelle, vraiment ?

Qu’on en juge : « Cette névrose est caractérisée par l'existence de sentiments, d'idées, de conduites qui s'imposent de façon contraignante et qui entraînent le patient dans une lutte incessante et anxieuse ; l'obsession peut faire irruption à tout moment. Le malade ne peut ni l'empêcher d'apparaître ni la faire disparaître », tout est dit.

Trop typé, trop voyant, trop violent, trop radical : à force de voir des hordes de musulmans et de blacks enragés partout – la fumeuse théorie du grand remplacement – Zemmour a perdu le peu de crédibilité qui lui restait au sein de rédactions cyniques et affairistes, jamais rassasiées par le buzz généré par des propos ouvertement racistes.

La haine fait vendre ; sale nègre fait vendre ; sale bougnoule aussi ; putain de Greta Thunberg est en passe de devenir un « must » de la « parole libérée ». De droite ?  Non d’extrême droite, il n’y a plus de différence maintenant.

S’il n’y avait que lui…

Geoffroy Lejeune, Valeurs actuelles, qui a table ouverte sur LCI face à Gérard Miller dont on se demande ce qu’il vient faire là, le pauvre Gérard, si ce n’est comme faire-valoir…la psychanalyse mène à tout, mais quand même, merde !

Gilles-William Goldnadel avocat, militant UMP puis CNIP, chroniqueur à LCI encore, à Valeurs actuelles encore et toujours…

Charles Consigny, avocat, chroniqueur au Point et dans « les grandes gueules » sur RMC...

Nicolas Beytout, Philippe Bilger, Éric Brunet, Philippe Dessertine, Elysabeth Levy, Carl Meeus, Sophie de Menton, Thibault de Montbrial, Catherine Nay, François, d’Orcival, Guillaume Roquette, Christian Saint-Étienne, Raymond Soubie, Yves Thréard, Judith Waintraub…

Cette liste, on s’en doute, est loin d’être exhaustive, mais le seul fait d’aller piocher, ici ou là, ces noms, m’a donné la nausée, ceux que je n’ai pas cité ajouteraient le vertige…je suis maso, mais j’ai mes limites !

Deux missions leur sont assignées : défendre et promouvoir le capitalisme financier, ce que d’autres appellent le néolibéralisme ; distiller à doses plus ou moins fortes le poison du racisme et de la division, ce que l'on appelle simplement la peur de l’autre : hier les juifs et les francs-maçons, aujourd’hui les blacks et les musulmans sans oublier, bien sûr, les homos, leurs mariages, leurs enfants...

Tous ces journalistes ont donné une pitoyable image de leur profession à la suite de la mort de Jacques Chirac en se livrant à une hagiographie hystérique incroyablement caricaturale et simpliste, un parcours politique volontairement édulcoré ; l’hystérie, l’autre forme de névrose obsessionnelle…décidément !

Pour se donner bonne conscience, la direction du Figaro envisage de nommer Dieudonné M'Bala M'Bala rédacteur en chef (ne rions pas, Nikos Aliagas a bien été à la tête des matinales sur Europe 1 pendant un ou deux ans...)

Il parait que RTL, LCI, Valeurs actuelles, Les Échos, CNEWS, BFMTV sont sur les rangs…

Pas Médiapart, que Fabrice Arfi se rassure !

Vive la liberté de penser ! vive la liberté d'informer !

Une liberté qui, de plus en plus, ressemble à un combat permanent, intense, difficile, parfois même sanglant...la connerie envahissante est l'alliée privilégiée de la bête immonde, on ne le dira jamais assez.

 

P.-S. : La Cour de cassation vient de rejeter l'ultime recours de Sarkozy dans l'affaire Bygmalion, il aura bien droit à un procès en correctionnelle, un de plus ! une petite « douceur »  à déguster ce soir, calmement, autour d'un apéro, dans ce monde de brutes immondes. Sans trop se faire d'illusions pour autant...la justice reste...comment dire...aléatoire.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.