Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

734 Billets

2 Éditions

Billet de blog 1 nov. 2019

Ouf, le chômage va enfin baisser !

Il y a un consensus qui fait plaisir à voir : que l’on soit de gauche ou de droite, peu importe, l’essentiel est de faire baisser significativement le chômage. Les centristes sont d’accord aussi, des gens difficiles à convaincre, pourtant, c’est un signe. Jusqu’à maintenant, tous les gouvernements s’y sont employés, mais aucun n’y est arrivé...

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a un consensus qui fait plaisir à voir : que l’on soit de gauche ou de droite, peu importe, l’essentiel est de faire baisser significativement le chômage. Les centristes sont d’accord aussi, des gens difficiles à convaincre, pourtant, c’est un signe.

Yvonne, ma voisine, est inquiète, mais c’est dû à son âge.

Jusqu’à maintenant, tous les gouvernements s’y sont employés, mais aucun n’y est arrivé.

En termes de consensus, le chômage arrive juste derrière le port du voile et l’immigration clandestine, non clandestine, voulue, involontaire, forcée, visible et non visible, honnêtement, ça en fait des musulmans…c’est un autre débat.

Le chômage est sur le podium, loin derrière le port du voile, c’est vrai, mais toujours assez bien placé depuis une cinquantaine d’années.

Respect !

Soyons honnêtes (j’aime bien cette expression, mélange de naïveté et d’optimisme teinté d’une bonne dose de connerie) personne n’a envie de devenir chômeur, or un constat s’impose, il y en a beaucoup, beaucoup trop !

Alors ?

Personnellement je n’aime pas les chômeurs.

Ils me font peur.

Fort heureusement ils ne se révoltent jamais, ou que très rarement, et très discrètement, ils sont d’un naturel timide, un peu sournois, mais si un jour, par malheur, il leur prenait l’idée de descendre dans la rue…mon Dieu ! pour manifester…pour…pour je ne sais quelle raison…tous les prétextes sont bons… la France risquerait une paralysie, c’est couru d’avance.

C’est quand même tout à fait extraordinaire de constater que des gens qui ne servent à rien pourraient, tout d’un coup, sur un simple claquement de doigts, bloquer le pays ! c’est un comble !

Le chômage est une maladie contagieuse que se transmettent les chômeurs entre eux, de famille en famille, de père en fils, de mère en fille, il parait même qu’il y aurait un gène du chômage que l’on peut identifier sur trois ou quatre générations… grand-papa, papy, mamy, la fille, le petit fils…si c’est sur eux que l’on doit compter pour payer ma retraite…franchement !?

Si c’est vrai biologiquement, c’est vrai aussi en termes statistiques, rien ne ressemble plus à un chômeur qu’un autre chômeur vu sous l’angle des chiffres, d’où ma question : à quoi cela peut-il bien servir d’avoir une armée de chômeurs ?

Il y a comme une contradiction dans tout cela.

Et beaucoup trop de laisser-aller.

C’est pour cette raison que, personnellement, je suis très favorable à la contraception ; que je préconise l’utilisation généralisée de la pilule du lendemain (du jour du rendez-vous au PE et/ou après avoir signé son licenciement, au choix) et que, j’ose le dire ici, je suis un fervent défenseur de l’avortement pour tous ces parents indignes qui pointent à Pôle Emploi.

Je suis pour un traitement « à la chinoise » du chômage, avec un contrôle strict des naissances.

Il aura fallu attendre le 1er novembre 2019 pour qu’enfin on traite le problème à la racine…quand je dis « on », je parle, bien sûr, de Monsieur le Président de la République Française, Monsieur Emmanuel Macron.

Que de temps perdu !

Que de discours inutiles !

Que de réformes nulles, mais nulles !

Il est parti d’un constat simple : puisque la croissance ne permet pas de résorber le chômage, résorbons les chômeurs ! le verbe « résorber » ici étant synonyme de « éliminer », « décourager », « mâter » et de « tuer ».

Radier est bien aussi.

Dès le mois de décembre, mais ce sera encore plus visible en avril 2020 et sur toute l’année 2021, le taux de chômage va brutalement chuter !

Enfin !

C’est…comment dire…mécanique, voire automatique.

En un mot, c’est absolument génial !

Alors que je ne suis pas macroniste, je tiens à le préciser. Pas encore, mais ça pourrait bien venir…j’aime les chiffres, c’est plus fort que moi.

Entre nous, quelle leçon pour François Hollande ! Franchement il a l’air d’un con.

Applaudissons la prouesse, ne mégotons pas : il va réussir à faire baisser le taux de chômage d’environ 10 % en un mois !!! Là où d’autres ont misérablement échoué pendant un demi-siècle avant lui !!!!

Les coûts du chômage vont baisser de…tenez-vous bien…vous êtes prêt ? de 3 000 000 000 d’euros net, oui, net !

On ne peut pas résumer, encore moins réduire cette réforme à une simple économie qui va rapporter à l’État ce que lui a croûté coûté la réforme de l’ISF, non, l’essentiel c’est de faire baisser le chômage ; bien sûr que cela aura des conséquences sur le plan pécuniaire, oui, bien sûr, mais comment faire autrement ?

Vous allez me trouver un peu…un peu…trop réaliste, trop pragmatique et un peu taquin en même temps, mais j’ai hâte de voir la gueule de tous ces chômeurs quand ils vont découvrir que leurs prestations passent de 820 euros à 270…on parle en euros, là, pas en francs…et celles de ceux qui vont découvrir qu’ils n’ont plus droit à rien !

Leurs loyers, les vêtements de leurs bambins, les soins…zavez qu’à pas faire des enfants, je le disais…zavez qu’à pas être malades, merde !

Sans compter qu’il y a des aspects très positifs, prenons, par exemple, un parmi d’autre, l’argument présenté par Monsieur le Président de la République Française qui explique que la réforme va pousser les chômeurs à choisir un contrat en CDI à la place des contrats en CDD !

Ben oui, ils faisaient rien qu’exprès de se précipiter comme des morts de faim sur les CDD que leur proposaient les entreprises. Ces chômeurs avaient tendance à confondre vitesse et prestations sociales, c’est ça la vérité, un CDD c’est confortable, c’est trop facile !

Il y avait un « avant » Emmanuel Macron, il y aura un « après » Emmanuel Macron.

Puisque je ne suis pas un ingrat complètement insensible, j’ai une petite pensée tout de même pour tous les employés de Pôle Emploi qui vont devoir expliquer aux uns et aux autres que leurs prestations baissent de 50 % ou qu’elles sont égales à 0 à partir d’aujourd’hui. On leur souhaite un bon lundi, un bon mardi, un bon mercredi un bon jeudi, un bon…

0 + 0 = la tête à Macron !

Bon, je vous laisse, il faut que j’aille vomir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua