Make Macron not great again !

Ave moi ! Tel Alain Delon dans « Astérix et Obélix aux Jeux olympiques», César-Emmanuel Macron se remet en scène : la pièce de théâtre, ou les jeux (du cirque) reprend là où elle s’était arrêtée il y a quelques mois à la suite des mouvements des gilets jaunes commencés il y a bientôt un an.

Ave moi !

Tel Alain Delon dans Astérix et Obélix aux Jeux olympiques, César-Emmanuel Macron se remet en scène : la pièce de théâtre, ou les jeux (du cirque) reprend là où elle s’était arrêtée il y a quelques mois à la suite des mouvements des gilets jaunes commencés il y a bientôt un an.

L’autodérision en moins.

Un grand débat chasse l'autre...les retraites aujourd'hui, demain l'écologie, l'immigration, la laïcité...

Malgré le flou ambiant savamment entretenu par une troupe d’acteurs scotchée sur le court terme par les prochaines municipales et paralysée par le plus long terme par des présidentielles dont on devine le scénario écrit, ou réécrit par qui vous savez, on sait que l’âge de la retraite est d’ores et déjà fixé à 64 et + ; on sait aussi que le « point » va permettre de baisser indéfiniment le niveau des retraites, on parlera d'ajustement, l'air grave, la bouche en cul de poule ; il sera indexé sur le CAC 40 européen et deviendra très vite un instrument financier aux mains de spéculateurs jeunes et moins jeunes, mais toujours bien habillés par monsieur Louis Vuitton. Vroum ! vroum ! fait sa Porsche, splash ! plouf ! fait ma pension, aie aie ouille ! font les Français, chômeurs, non chômeurs, étudiants et smicards.

Rendez-vous en 2025, dans trois ans, c'est à dire après sa probable réélection face à l'improbable Le Pen pour y voir plus clair, mais l’essentiel est là. Il suffit de ne pas le dire trop haut, moderato cantabile, pardon à Peter Brook et à Marguerite Duras de les mêler à cette misérable comédie, ils méritent tellement mieux !

Ave moi !

César-Emmanuel Macron, imperator du capitalisme financier, compte sur son immense charisme, son talent de bretteur, sa connaissance des dossiers, sa verve, sa mémoire, son sourire, ses cheveux, sa bonté d’âme, sa femme, ses dents, son sens de l'équilibre et sa plastique irréprochable (la sienne et ceux de Brigitte) pour mithridatiser ses « chers électeurs » aux doux poisons du libéralisme.

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est la presse, la presse a toujours raison !

D'après Pascal Praud, Macron aurait, comme Chirac, le « swag », c'est confirmé.

Plus le saucisson est gros, plus il est long et plus il faut y aller doucement…la dilatation (des esprits) est un art subtil qui exige du doigté.

Surtout pas de déchirure !

Évitons la fistule !

Vous avez aimé le Grand Débat National de l’acte I du quinquennat, vous allez adorer le Grand Débat National de l’acte II !

Fluctuat nec mergitur, il est battu par les flots, mais le bateau ivre de réformes libérales ne sombre pas. Pas encore…nous, c'est déjà fait.

Ave moi !

La presse quasi unanime ne lui voit pas d’opposant, ni à droite ni à gauche, et pour cause ! c’est la même chose ! d’ailleurs il parait que Chirac était de gauche…si, si ! Giscard aussi…et de Gaulle, n’en parlons pas ! un déglingos monté sur chenilles ; ne jamais se fier à des chenilles ni à des canons ! ni à des prêtres, mais c'est un autre débat.

Pour faire passer le saucisson de l’Acte II, le plus gros, et éviter des blessures qui risquent de nuire gravement à notre moral, à notre portefeuille et à notre légendaire démarche chaloupée, il va falloir se muscler le périnée, mesdames, messieurs, le périnée superficiel, moyen et profond…

Oui, Jean-Michel, toi aussi tu as un périnée, ne fais pas le malin, mon petit gars, ne joue pas au macho atardé ; en plus tu as voté pour Macron il y a deux ans afin de « faire barrage au Front National », tu devras donc opter pour une rééducation périnéale très intense, exactement comme Jacqueline après la naissance de Duncan, ton petit dernier...vive l'égalité homme-femme, il y a une justice tout de même !

Pourquoi commencer par le périnée ? Tu poses une question « déplacée » et naïve, Jean-Mi, limite bête : ton cerveau ne répond plus, tu as dû t’en rendre compte quelques jours après le 6 mai 2017…oui, je sais, tu avais voté pour Jospin en 2002…tu vois bien que le sort s’acharne contre toi, Jean-Mi, il n’y a pas de hasard…il est grandement temps de te poser des questions sur tes choix politiques.

Un saucisson peut en cacher un autre : la convention citoyenne pour le climat va permettre à 150 péquins « tirés au sort » (les pauvres, ils n’ont vraiment pas de chance…sans parler de leur amour-propre...on doit les plaindre) mais néanmoins « représentatifs » (???) d’occuper l’espace médiatique afin de faciliter le passage du prochain, on parle toujours de saucissons, je précise pour ceux qui ont du mal à suivre, ceux-là mêmes qui ont voté pour Macron en 2017, il y en a quelques-uns à Médiapart, paraît-il.

Make Macron not great again va demander aux uns et aux autres de faire preuve d’un peu de bon sens et d’un minimum de lucidité.

Finalement, quand on réfléchit un peu, il y a quand même beaucoup de cons qui ont voté pour lui, beaucoup trop.

Ils avaient voté pour Chirac, pour Sarkozy, pour Giscard aussi, c’est un peu l’histoire de la Ve République alors, non ?

Ah bon ! Ce sont les mêmes !!

Je me disais bien aussi que les électeurs y sont pour quelque chose dans tout ce merdier, j'étais même à deux doigts d'oublier que, moi aussi, j'ai voté pour Mitterrand...

Ave nous !

P.-S. - Sans me prendre pour Bernard Pivot, et encore moins pour François Busnel, je recommande à tous ceux et à toutes les frangines qui restent encore perméables ou influençables de lire ou de relire les « Discours de la servitude volontaire » d’Étienne de La Boétie écrit quand il n'avait que seize ou dix-sept ans...au beau milieu du XVIe siècle ! à mon sens le premier Insoumis, « Soyez résolus de ne servir plus, et vous serez libres ». Franchement, ça fait du bien !

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.