À Dubaï, Frank Ribéry se paye une entrecôte recouverte d’or pour 1200 €

Premièrement il faut aimer la barbaque ; deuxièmement il faut aimer l'or ; troisièmement il faut être très riche ; quatrièmement il faut faire fonctionner son cerveau sur le mode alternatif, quand il y en a un...mais alors, de qui, de quoi parle-t-on ?

Après Paul Bogba et Lionel Messi, c’est au tour de Franck Ribéry de déguster une bonne grosse entrecôte emmaillotée dans une grande et large feuille d’or fin.

Le restaurant est connu du monde entier, tout ce que la planète compte de milliardaires se précipite chez Nusret Gökçe, un Turc très fort, pour le voir soupoudrer de sel ses entrecôtes avant de les envelopper d’une feuille d’or. Son geste serait…serait…je ne trouve pas d’adjectif à la hauteur, pardon.

Il parait que c’est jouissif de le voir faire. Au point que les footeux imitent son geste, le « salt bae », après avoir marqué un but. Les « zinternautes » en raffolent ! la vidéo qui montre Ribéry en train de saler sa viande sanguinolente en imitant le cuistot a été vue plus d’1 million de fois !

Le morceau de barbaque est facturé 1200 € pièce, soit 51 € de plus que le SMIC net mensuel.

On ne connait pas le montant de la note globale. Ni du pourboire.

Les plus critiques feront observer qu’une chose n’a rien à voir avec l’autre et que Ribéry a parfaitement le droit de faire ce qu’il veut avec son fric, c’est vrai.

Il y a 5 ans, il avait été mis en accusation pour « sollicitation de prostituée mineure », l’affaire dite « Zahia » du nom de cette escort-girl qui monnayait ses charmes auprès de footeux en goguette les soirs d’après match. Elle avait 15 ans, mais en faisait un peu plus…

Les plus critiques feront observer qu’une chose n’a rien à voir avec l’autre et que Ribéry a parfaitement le droit de faire ce qu’il veut avec son fric et sa libido, c’est vrai.

Son garage n’est pas assez grand pour mettre à l’abri du vent, de la neige et du froid bavarois ses Ferrari, ses Porsche, ses Bugatti, ses Maclaren, ses Mercédès, ses Audi et ses Bentley, à chaque jour de la semaine correspond une bagnole, mercredi c’est Ferrari.

Les plus critiques feront observer qu’une chose n’a rien à voir avec l’autre et que Ribéry a parfaitement le droit de faire ce qu’il veut avec son fric et ses bagnoles, c’est vrai.

Il parait que Ribéry a des fans partout dans le monde, Messi aussi (!), comme Pogba, comme Neymar, comme Cavani…

Il parait que les gens se ruent sur les guichets ou sur leur écran de télévision pour les voir jouer en « direct live ».

Il parait qu’ils se battent pour s’acheter des maillots floqués du nom et du numéro de leur idole, à 120 € pièce. Pour les maillots de l’équipe de France, il y a une file d’attente longue comme les Champs Elysées, là même où les gilets jaunes n’ont plus le droit de manifester. Ce n’est pas un hasard, il faut faire de la place aux fans pour qu’ils puissent assouvir leurs fantasmes en toute sécurité.

Les plus critiques feront observer qu’une chose n’a rien à voir avec l’autre et que les fans, comme les footeux, comme les  « zinternautes », ont parfaitement le droit de faire ce qu’ils veulent avec leur cerveau, c’est vrai.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.