Non, Claude Lanzmann n’est pas mort !

Des musiciens, de grands auteurs, des peintres, des cinéastes ou des artistes continuent de vivre après leur mort, Claude Lanzmann fait partie de ce club."Shoah" une œuvre colossale, indispensable, mais pas suffisante, malheureusement.

Il y a des cinéastes, des écrivains et des artistes qui ne meurent jamais, Claude Lanzmann fait partie de ce club.

Douze longues années d’enquêtes, d’analyses, de recherches et de témoignages pour réaliser un documentaire unique, « Shoah », la catastrophe en Hébreux.

Une œuvre absolument colossale. Un film de 10 heures !

Absolument indispensable, aujourd’hui comme hier, peut-être encore plus aujourd’hui qu’hier, car on ne peut pas se dire, on ne peut plus se dire « je ne savais pas ».

C’est là qu’a frappé Lanzmann, en pleine gueule, en plein cœur, la mémoire marquée au fer rouge.

Qui nous brûle encore.

On ne ressort pas indemne d’une telle expérience : lui pour l’avoir réalisé, nous pour l’avoir vu, plusieurs fois en ce qui me concerne.

Toute ma vie je me souviendrais du témoignage d’Abraham Bomba, ce petit coiffeur dont on peut revoir le témoignage, ici, dans ces colonnes, grâce à Philips Michel qui a eu raison de le publier. Pas un hasard d’associer « Shoah » à ce témoignage.

Sa douleur, ses silences, ses larmes…

En France, en 2018, il y a des juifs tués parce qu’ils sont juifs !

Mireille Knoll et Ilan Halimi, par exemple.

Pour cette raison « Shoah » est utile, nécessaire, mais malheureusement pas suffisant.

Non, Claude Lanzmann n’est pas mort !

Il vivra tant que la barbarie lui résistera.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.