Au secours ! Ségolène Royal revient...

Emmanuel Macron s'enlise, il passe maintenant son temps à inaugurer les chrysanthèmes, hier Johnny et Charles Aznavour, aujourd'hui les poilus de 14-18. À force d'accumuler les incompétences, il donne envie aux loosers d'hier de revenir sur le devant de la scène, la première à profiter de l'aubaine est Ségolène, la première, mais pas la dernière...

À un tel niveau, ce n’est plus de la résilience c’est de l’acharnement.

Pas encore une résurrection. Mais un miracle est toujours possible...un miracle ?

Elle est sur toutes les ondes, radios, télévisions, blogs, elle twitte sur tout ce qui bouge, on ne voit qu’elle, on n’entend qu’elle…

Europe1, RTL, ONPC…elle profite de la sortie de son bouquin pour mettre en scène son comme braque. Le titre du bouquin est aguichant « Ce que je peux enfin vous dire » : elle n’aime pas être prise pour une planche, elle déteste l’adultère, elle a été victime du machisme de gauche, de droite et du centre, elle a même été la cible d’un machisme de femmes jalouses, j’en oublie.

Tailleur sombre, pimpante, fraîchement coiffée à la kératine, manucurée, propre sur elle, Ségolène revient sur le devant de la scène en étant convaincue que le destin va lui donner une seconde chance, 15 ans après son face à face contre le délinquant en chef, elle vise en effet les présidentielles de 2022.

« Ségolène Royal n’est plus socialiste » s’attriste Yves Thréard sur RTL, Thréard est éditorialiste au Figaro, on est bien obligé de reconnaître, et saluer, la perspicacité du bonhomme, il a du nez le bougre ! 11 ans de réflexions, d’analyses et d’éditos pour arriver à la même conclusion que ma voisine, Yvonne…il paraît qu’il y a des gens qui payent pour lire le Figaro.

À la droite de Ségolène R, Emmanuel Macron qui commence à se faire un nom dans l’inauguration des chrysanthèmes : après avoir enterré Johnny puis Charles Aznavour, le voilà en train d’escagasser les morts de la Grande Guerre. Tous les commentateurs n’ont qu’un mot à la bouche, « itinérance », ils doivent confondre avec « déshérence », ou peut-être avec « désespérance », je ne sais pas. Force est de reconnaître qu’entre le service de presse de l’Élysée et les salles de rédaction, la communication est bien huilée.

Entre deux tranchées et trois commisérations commémorations, le sale gamin n’hésite pas à aborder des sujets ayant un lien direct avec le centenaire de la Première Guerre mondiale, taxes, pollution, diesel, manifestations, colères, écologie, pouvoir d’achat…

J’ai hâte de voir ce qu’il fera le jour où Mireille Mathieu décédera, c’est que la France, elle l’aime sa Mireille !

Et pour Michel Drucker ? Le Panthéon ? À Côté de Maurice Genevoix, le même jour ? Franchement ça aurait de la gueule !

À la « gauche » de Ségolène Royal, Olivier Faure…un premier secrétaire du PS dont la fonction  et la compétence se limitent tragiquement à « secrétaire »…et encore, j’en ai connu d’excellentes… Olivier Faure est au PS ce que Laurent Wauquiez est au LR, un ectoplasme, un cautère sur un cercueil vide. D’ailleurs ils font peu de bruit, on entend seulement le son mat des cacahuètes qui tombent lorsqu’ils traversent la rue devant plus de deux personnes. Et les rires sur leur passage.

Je rêve d’un débat télévisé entre les deux, débat que pourrait arbitrer sans trop de difficultés Cyril Hanouna.

Inutile de parler de la FI à Ségo, la dernière fois qu’elle a lu « FI » elle a compris « F1 » et expliqué qu’elle n’y connaissait rien en sport automobile.

Ségolène Royal va préempter le PS, première marche vers le pouvoir suprême, enfin, c’est ce qu’elle croit.

Face à elle, il y a fort à parier qu’elle retrouvera François Hollande qui avance, lui, à petits pas, on a d’ailleurs du mal à l’imaginer faire de grands pas, question de morphologie et de psychologie.

On ne remerciera jamais assez Emmanuel Macron, grâce à lui, les perdants d’hier ont toute leur chance.

Je peux me tromper, mais si jamais Sarkozy n’est pas embastillé à Fleury-Mérogis, il pourrait, lui aussi, décider de se venger.

Le Nouveau Monde est en train de réinventer l’Ancien Monde avec une efficacité assez émouvante, reconnaissons-le.

C’est passionnant la vie politique en France.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.