L’affligeant Môssieur Myard

La sincérité de Jacques Myard, sa lucidité et son honnêteté intellectuelle s'expriment ici, dans les colonnes de Médiapart, une quarantaine de lecteurs recommandent son billet : le macronisme continue de faire des ravages, nul ne sait quand ni comment arrêter le massacre.

Jacques Myard  a trouvé un os à ronger !

Il se paye même le luxe de partager ici, dans ces colonnes, avec vous, avec nous, son émotion, sa désapprobation et sa sainte colère  dans le prolongement de la misérable affaire Benalla.

Car Môssieur Myard a des principes.

Et des valeurs.

Beaucoup.

Son parcours de plus de 30 ans en témoigne. Auprès de Sarkozy, de Fillon, de Copé...

Il est donc tout à fait logique qu’il choisisse MEDIAPART comme tribune. Si son billet avait été publié par LE FIGARO, pas sûr qu’il ait eu le même écho. Autre conséquence, mais très anecdotique, j’en conviens, je n’aurais pas eu le plaisir de lire ce Môssieur.

Ni vous, peut-être…

Il pointe du doigt un « Prince » au moins aussi retors que Machiavel, mais beaucoup plus dangereux puisqu’il est au sommet de l’État.

Je serais plus modeste, ou plus prudent en matière de références, Macron ressemble à un illusionniste, voire à un prestidigitateur politique des temps modernes, ou, mieux encore, à un habile joueur de bonneteau puisqu’il s’agit de gros sous et que ce banquier s’y connaît pour faire disparaître les acquis sociaux, ce que ne dénonce pas Môssieur Myard.

Certains dénoncent le « casse du siècle »…Manu les mains froides, un tueur.

Quoi qu’il en soit l’actuel locataire de l’Élysée est un dictateur des temps modernes à la tête d’un « État régalien ».

Jacques Myard a raison, l’État régalien est né le 14 mai 2017.

Le Maire de Maisons-Laffitte déplore que les députés LAREM soient « en totale soumission », on le devine sincère.

Deux phrases retiennent mon attention, dans l’ordre :

« …le respect de la frontière entre le légal et les zones interdites. »

Encore une fois, vous avez parfaitement raison, Jacques, chat échaudé craint l’eau froide, vous savez mieux que quiconque à quel point il est important de respecter les lois, vous êtes un « légaliste » pur jus.

Ceux qui font semblant de le découvrir aujourd’hui, dans MEDIAPART, sont des…des…je ne trouve pas de mot pour qualifier ces ingrats.

J’imagine vos doutes et vos peines devant le lamentable spectacle donné par qui vous savez, « qui » avec un « s »,  un « s » comme Nicolas, un « s » comme François, un « s » comme Patrick.

Vous avez dû souffrir, j’ai peur pour vous, car il faut craindre que leur avenir soit durablement et pénalement compromis, la justice est lente, mais têtue, pas comme ces imbéciles de députés, je parle, bien sûr des députés LAREM.

Jacques, je vous admire, vous êtes cohérent, vous savez rester lucide en toute circonstance, vous n’êtes pas de ceux qui dénoncent chez les autres ce que vous taisiez et cautionniez dans vos propres rangs : « …le "nouveau monde", singulière copie des turpitudes de l'ancien... »

Du très lourd puisque vous reconnaissez donc les turpitudes de l’ancien monde. Cette franchise vous honore.

Évidemment, les esprits malins pourraient se demander ce que vous regrettez vraiment, après tout, turpitudes pour turpitudes…j’ai bien lu et je sais maintenant avec certitude que vous regrettez les turpitudes du « nouveau monde ».

Comment vous en blâmer ?

Pour moi, le principal problème que pose votre billet c’est le nombre de lecteurs de MEDIAPART qui recommandent votre prose, une quarantaine il y a quelques minutes.

C’est beaucoup trop et c’est très inquiétant.

Vraiment !

Jacques Myard !

Mais enfin !

Vous êtes devenus dingues ou quoi ?

Décidément, le macronisme fait des ravages…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.