À propos de Castaner, et comme le disait Jeanne d’Arc, l’essentiel est d’être cru

Souhaitons à Christophe Castaner de ne pas connaître le même destin que la pucelle d’Orléans, il est politiquement cuit, c’est vrai, mais ce n’est pas une raison... Qu’est-ce qui cloche ? Quel est le problème ? Où est la faille ? Comment se fait-il qu’il ait autant de mal à se faire entendre, comprendre, obéir, respecter ?

Souhaitons tout de même à Christophe Castaner de ne pas connaître le même destin que la pucelle d’Orléans, il est politiquement cuit, c’est vrai, mais ce n’est pas une raison, autre temps autre mœurs, nous pouvons, nous devons nous en réjouir !  

Qu’est-ce qui cloche ? Quel est le problème ? Où est la faille, le grain de sable ? Comment se fait-il qu’il ait autant de mal à se faire entendre, comprendre, obéir, respecter ?

Le mystère reste entier, personne n’arrive à identifier l’origine du malaise qui perturbe gravement toute la chaîne de commandement du ministère de l’Intérieur, un ministère très actif, très impliqué dans la lutte contre le terrorisme si on en croit les chaînes d’information en continu ; même Jean-Michel Apathie peine à nous expliquer les causes de ces dysfonctionnements à répétition, mais il ne va pas jusqu’à demander la démission du ministre, lui, il faut « raison garder ».

Ouf !

Perdre un tel homme nuirait durablement au rayonnement de la France à l’étranger, on parle de nous, et c’est bien ! Rien n'est pire que l'indifférence.

Christophe Castaner a pris ses fonctions le 16 octobre 2018, il y a tout juste un an, en remplacement de Gérard Collombo rappelé urgemment à Lyon, la ville dont il était Roi.

Le curriculum vitae de Castaner ressemble un peu à celui du regretté François Vidocq à quelques nuances près : Castaner n’a pas connu l’enfer du bagne comme son prédécesseur, mais il a connu l’enfer des jeux, du poker en particulier ; il reconnait avoir été cornaqué par un grand ponte du crime organisé, Christian Oraison dit « Le Grand Blond », formé par ­Gaëtan Zampa, un caïd marseillais des années 70, mort sous les balles : il lui doit tout, dit-il, les larmes aux yeux, car Castaner est un affectif, l’émotion toujours à fleur de peau comme on pu le constater lors de la disparition du petit Steve, comme on a pu le constater également lors de la mort de Zineb Redouane.

À cette époque Castaner avait opté pour une coupe de cheveux, la fameuse coupe « mulet » : voilà ce qui arrive quand on se rapproche trop de son modèle, la promiscuité, les confidences, la confiance, l'amitié...les barrières génétiques s’effondrent...et après on s'étonne...quel drôle de monde !

Aux dernières nouvelles, le mulet en question se porte bien, il est douanier ; à la frontière espagnole.

Il connait la pègre, il connait bien le « milieu » et ses codes, le Castaner, il a joué dans tous les cercles clandestins de France, il fréquente les tripots, les bars, les bordels, les boites de nuit, les call-girls, les proxénètes …un tel pédigrée ne pouvait pas laisser Emmanuel Macron indifférent.

Alors ?

Christophe Castaner est sincère, c’est un excellent communicant, ce qui ne gâche rien ; travailleur acharné, il n’hésite jamais à emmener avec lui les dossiers les plus sensibles de la République, y compris lorsqu’il se rend, tard dans la nuit, incognito, dans d’obscurs night-clubs pour recueillir les confidences de ses indics, en général des jeunes femmes dotées d’une poitrine opulente, un hasard anatomique qui fait bien les choses : ce sont des femmes redoutables qui n’ont pas leur pareil pour faire parler les terroristes islamistes, car on peut être terroristes islamistes et aimer les dancings floor, Jean-Jacques Goldman, l’alcool, la cocaïne et les femmes à fortes poitrines ; c’est une doctrine du maintien de l’ordre - appelée « infiltration tous azimuts » - qui en vaut bien d’autres après tout ; une doctrine à vrai dire révolutionnaire, hyper moderne, qui n’a pas encore fait ses preuves, bon, d’accord, mais cela ne saurait tarder d’après Pascal Praud qui se veut rassurant.

Laissons du temps au temps comme le disait si bien Georges Pompidou.

Alors ?

La situation n’est pas aussi grave qu’on veut bien nous le faire croire, exception faite, bien sûr, des quatre morts qui endeuillent tragiquement la nation, pas que les policiers, pas que la DRPP. Sincèrement.

Voyons les choses en face.

Des clefs USB ont été retrouvées au domicile de Mickaël Harpon, l’islamiste radicalisé, auteur des meurtres. Il n’est pas inutile de préciser « islamiste radicalisé », en effet il y a des islamistes non radicalisés, mais la DRPP a beaucoup de mal à faire la différence. Castaner aussi.  Il est techniquement très difficile, en effet, de faire la différence entre des radicalisés non barbus et des musulmans non radicalisés barbus. Nous y reviendrons.

Ces clefs contenaient le nom et l’adresse d’agents de renseignements chargés de lutter contre les terroristes : ils n’ont qu’à changer de noms et déménager, la belle affaire ! leurs enfants, leurs femmes aussi, un peu de bonne volonté, un peu d’imagination, s’il vous plait. Des noms, des adresses avec des photos ?! C’est embêtant…quelle idée, aussi, de photographier des agents secret...

Ces clefs contiendraient également les noms de certains fichés « S » : cela ne veut rien dire, car le fichier est un fourre-tout inexploitable de 12 000 noms qui mélangent des musulmans barbus et rasés, des islamistes bon teint, il y en a, des suspects et des terroristes déjà condamnés…il est toujours possible de plaider l’incompétence ! si ce fichier était efficace cela se saurait, tout de même, un peu de bon sens !

Des codes secrets auraient été révélés : il suffit d’en changer, ce n’est pas plus compliqué que cela ! On nous objectera que le mal est déjà fait, qu’il est trop tard, que DAESH dispose de ces informations depuis des mois, des années peut-être…oui, mais là on chipote, plus grave, on se contredit puisqu’il est notoire que ces codes interdisaient l’accès à des informations inutiles et obsolètes, source de con-fusion…

Non ! gardons notre sang-froid, que diable !

Le seul problème de Christophe Castaner c’est un très léger déficit de crédibilité, voilà tout !

Quand on est cuit, il est difficile d’être cru, c’est vrai aussi.

Mais pas impossible, nous sommes en macronerie, ne l’oublions pas !

P.-S. - À tous les adorateurs fétichistes associés de Jeanne La Pucelle, de Le Pen à Sarkozy en passant par Macron, sachez que ce billet a été rédigé en pensant un peu à vous, un tout petit peu, parce que si nous en sommes arrivés à ce niveau de connerie et de barbarie c'est un peu beaucoup à cause de vous, bande de...de...pyromanes !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.