Brigitte Macron remplacerait Sylvie Goulard !

Remplacer Sylvie Goulard s'avère très compliqué. L'équipe de la Commission européenne, très incomplète à ce jour, doit être officiellement désignée le 23 octobre ! Emmanuel Macron n'a plus le choix, le temps presse...

La nouvelle a vite fait le tour de toutes les salles de rédaction, en France comme en Europe : sur proposition d’Ursula von der Leyen, Emmanuel Macron envisagerait de demander aux députés européens de nommer son épouse à la place de Sylvie Goulard, recalée hier dans des conditions qui restent très mystérieuses pour le président de la République.

Attardons-nous un instant sur le bref échange qui a eu lieu entre la nouvelle Présidente de la Commission européenne et Emmanuel Macron, la conversation s’est tenue en visioconférence, avant hier soir, tard dans la nuit :

- Au point où nous en sommes, Emmanuel, puisqu’au nom de la parité il nous faut absolument une femme à ce poste, tu n’as plus qu’à proposer la candidature de Brigitte…

- C’est une excellente idée, j’en fais la demande officielle immédiatement, tu auras les documents signés de la présidence de la République avant sept heures, demain matin. Une super idée ! Un rejet de sa candidature constituerait un casus belli entre la France et l’Union européenne, Ursula, voire une attaque ad hominem contre ma personne, je te préviens, Ursula, ça sent le Frexit à plein nez !

La prudence s’impose, voire la perplexité : s’agissait-il d’une réelle proposition de la part d’Ursula von der Leyen ?

N’était-ce pas plutôt, dans sa bouche, étant donné les circonstances qui entourent l’éviction de Sylvie Goulard, une subtile, une délicate manœuvre destinée à faire comprendre au président français qu’il était grandement temps de se mettre sérieusement au travail ; sans confondre le mode de fonctionnement français assez « souple » en vérité, pour ne pas dire élastique, voire d’une laxité extrême, avec des procédures européennes plus rigoureuses, en termes de nomination, notamment, mais pas que ?

Le président français s’est-il laissé emporter par la fougue due à son jeune âge, ce qui serait bien compréhensible par ailleurs ?

Sa vitesse de réaction, où sa spontanéité le laisse supposer.

L’amour pourrait aussi expliquer sa précipitation, oui bien sûr, c’est toujours possible, le romantisme n’a pas de limite, c’est vrai. On dit même que l’amour rend aveugle ou con…si on est très amoureux, ce qui est son cas, on risque la double peine, apparemment…

Franchement, c’est beau à voir tellement ils s’aiment ces deux-là, main dans la main en permanence, on dirait des ados, c’est mignon. Ne nous attendrissons pas trop, ne nous égarons pas, surtout.

Il semble définitivement naïf, il n’a pas compris le sous-entendu, la mise en garde, pas plus qu’il n’a compris le rejet de madame Goulard…

On s’interroge à ce propos, son incrédulité pose problème : le cerveau d’Emmanuel Macron serait-il en panne ? Débranché ? Sur courant alternatif ? Carbonisé ?!

À sa décharge, il s’est habitué depuis deux ans et demi à nommer ou à confirmer des personnalités dont le cursus était un rien discutable compte tenu de leur passé et des postes proposés ou exercés ; en très léger décalage entre le niveau de responsabilités officielles et les soupçons transformés en charges dans la plupart des cas, charges qui pesaient, et pèsent encore sur eux ; certains sont mis en examen, mais continuent d’exercer leur mandat de président de l’Assemblée nationale…d'autres envisagent de se présenter à des municipales en mars prochain...

La résilience des mis en examen du premier cercle macronien est tout à fait remarquable, exemplaire, osons le dire.

En France, la frontière entre ce qui est légal et ce qui ne l’est pas est à la fois flottante et subjective, artificielle et capricieuse ; très aléatoire, beaucoup trop aléatoire pour qui n’est pas Français. Si nous n’avions pas cette souplesse, nous serions obligés de recruter des ministres étrangers, danois, norvégiens, islandais ou suédois.

Ou inuits.

Nous ne sommes pas encore prêts pour franchir le pas, c’est culturel.

Quoiqu'il en soit, Ursula von der Leyen est plongée dans un abîme de réflexions, elle semble préoccupée, anxieuse, à chaque fois qu'elle est interrogée sur la composition de son équipe et sur les propositions du « French président » elle ne peut s’empêcher de s'exclamer « er wurde völlig verrückt, dieser Betrüger » ce qui pourrait se traduire par « il est devenu complètement fou, ce con ».

On le voit, l'ambiance est tendue au sein de l'UE.

Depuis qu’Emmanuel Macron a été informé du rejet définitif de sa candidate par une large majorité d’eurodéputés, son entourage immédiat, sa garde rapprochée note un changement d’attitude, sa mâchoire est crispée, les poings serrés, les mains moites, la bouche sèche, les yeux écarquillés, il se retournerait en permanence pour voir si, par malheur, un député européen du PPE ne serait pas en train de le filmer en train de pisser…il est nerveux, irritable, très susceptible.

Sa détresse est palpable, sa vessie en souffre, son transit intestinal est devenu chaotique. 

Face à l’humiliation publique qu’il vient de subir à la suite de la magistrale fessée que viennent de lui infliger des eurodéputés facétieux, il a le réflexe de vouloir se réfugier dans les bras de sa femme : quoi de plus naturel ? C’est humain, après tout.

Et tellement français !

François Fillon vient de le traiter de « petit joueur » lors d’une entrevue avec des journalistes de la Radio télévision suisse, la RTS, un signe qui ne trompe pas ! Le choix de la Suisse pour s’exprimer publiquement, non plus, d’ailleurs, il parait que le siège de la RTS se trouve dans le quartier des banques, à Genève. Il a sans doute cru que ses propos passeraient inaperçus…sont timides ces retraités politiques en attente de jugement !

D’authentiques paroles d’encouragements de la part d’un homme politique qui sait de quoi il parle, lui et sa femme passeront devant le tribunal correctionnel de Paris, du 24 février au 11 mars 2020.

Dernière info : Emmanuel Macron aurait conseillé à Sylvie Goulard de prendre comme avocat Nicolas Sarkozy : c’est très logique puisque l’Ex émarge, lui aussi, comme madame Goulard, comme Tony Blair à l’Institut Berggruen.

Le monde est tout petit, décidément, que du beau linge.

Bonne chance Brigitte !

On croise les doigts !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.