La Stratégie de l’Escargot

Emmanuel Macron, l’homme qui murmurait à l’oreille des escargots …

Emmanuel Macron, l’homme qui murmurait à l’oreille des escargots …

Il murmure à l’oreille des escargots, et c’est bien le fond du problème : les escargots ne possèdent pas une bonne audition, c’est un euphémisme, vous aurez beau chercher vous ne trouverez aucune trace du moindre conduit auditif, pas d’oreille, pas de tympan non plus. Rien !

Totalement illusoire, dans ces conditions, d’envisager des échanges fructueux ou enrichissants avec ce mollusque dont les deux principales caractéristiques sont d’être particulièrement lent, d’une part, et de laisser des traces gluantes – bave, mucus – partout où il passe, d’autre part, deux raisons qui ont sans doute poussé Emmanuel Macron à choisir l’escargot comme observateur privilégié, comme témoin, comme confident, à n’en pas douter, il veut laisser une trace gluante dans l’histoire.

Reconnaissons qu’il a toutes les chances d’y parvenir …

Après tout, Mitterrand avait bien choisi Jean d’Ormesson !

Pas d’oreille, pas de corde vocale, pas de langue …de quoi alimenter les quiproquos, de créer des malentendus : la corne gauche qui descend, signe d’acquiescement ? La droite qui se tend à la verticale, signe de désapprobation ? Les deux cornes croisées, signe de perplexité ? L’erreur d’interprétation est possible si ce n’est probable, c’est un mode de communication, en tout cas, très sommaire, très primitif, pour tout dire extrêmement limité.

Ce n'est pas sans nous rappeler les discours commémoratifs ampoulés de Macron sur Pétain, de Gaulle, Chirac, Giscard d'Estaing et maintenant Mitterrand.

Un malheur n’arrivant jamais seul, l’escargot a une très mauvaise vue, il a beau disposer d’une première paire de cornes qui abrite ses yeux, rien n’y fait, il ne voit rien ou pas grand-chose …là encore, intuitivement, on peut comprendre le choix d’Emmanuel Macron, l’escargot le prend pour quelqu’un de tout à fait normal.

Le plus curieux, voire le plus intriguant est son orifice respiratoire – appelé pneumostome – qui se situe juste à côté de son anus : étant donné la discrétion naturelle de ce petit animal assez peu expansif et sa pudeur, un « bruit » peut en cacher un autre, la confusion est possible.

Enfin, grâce où à cause de son unique pied qui est en fait un énorme muscle, l’escargot est un adepte de la reptation. La vitesse moyenne d’un mollusque adulte en bonne santé est d’un millimètre par seconde ; il lui faut donc 16.67 minutes pour parcourir 1 mètre, c’est ce qui explique en grande partie sa lenteur, en grande partie seulement, car là aussi (allusion discrète à la crise du coronavirus de type SARS-CoV-2) la relativité s’impose, il y a des domaines où la vitesse n’a aucune raison d’être, tout dépend du référentiel qui permet de mesurer une vitesse : on ne demande pas à un escargot de distribuer des médicaments (allusion discrète à la crise du coronavirus de type SARS-CoV-2) ou le courrier pour prendre un exemple plus neutre, ni de faire un 1500 mètres qu’il parcourrait en 17.4583333 jours  quand on sait que le record du monde de la distance en plein air est actuellement détenu par le Marocain Hicham El Guerrouj en 3 min 26 s 00, record établi à Rome le 14 juillet 1998.

Nous nous égarons quelque peu, mais il n'est pas inutile d'illustrer la théorie de la relativité (allusion discrète à la crise du coronavirus de type SARS-CoV-2) si chère à notre équipe gouvernementale passée experte dans le domaine.

Revenons à nos moutons, vous et moi.

On ne demande pas à la France de faire aussi vite et aussi bien que l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne ou Israël en matière de vaccination, nos modèles sont le Luxembourg, le Portugal, la Hongrie, le Mexique et la Roumanie, comparons ce qui est comparable.

D’ailleurs, une petite remarque au passage, je connais beaucoup beaucoup beaucoup de monde qui ne demande rien aux escargots, qui n’attendent rien d'eux. Les autres, en tout cas une assez grande majorité à laquelle je m’honore d’appartenir, ne s’intéressent pas non plus aux exploits de ce monsieur Hicham El Guerrouj …

Alors ?

Que s’est-il passé pour que Emmanuel Macron se confie à ce point à un vulgaire, mais respectable escargot ?

Il n’est pas rare, en effet, de voir le président accroupi ou à plat ventre dans les jardins de l’Élysée, surtout les jours de pluie. On le voit fouiller les herbes, tard la nuit et tôt le matin, la truffe au ras du sol.

À ses lèvres qui s’agitent on le devine murmurer, à genoux, lui faire des messes basses, parfois il joint le geste à la parole en mimant des antennes sur son front avec ses deux index pointés vers les nuages, ce qui ne manque pas d'agacer Brigitte qui l'observe d'une fenêtre, elle se pose des questions, on peut la comprendre, le geste est ambiguë ; il regarde fixement le mollusque et tend l’oreille …vous avez bien lu, il tend l’oreille jusqu’à la mettre en contact avec son …son …son pneumostome, disons-le comme cela. Je sais, c’est anatomiquement très approximatif, mais je me refuse à dire que le président de la République française colle son oreille à l’anus d’un escargot, c’est au-dessus de mes forces, j’ai mes limites !

Qu’il parle au mollusque est déjà en soi un problème, un gros problème, mais qu’il tende l’oreille pour écouter les réponses et les commentaires (très improbable) du mollusque, cela relève de la psychiatrie.

Le président de la République française est sous l’influence des mollusques !

Faut-il parler de symbiose entre le président et les escargots, à force d’intimité, d'échanges, de camaraderie et de proximité entre ces deux organismes par nature hétérospécifiques on peut le craindre.

Sa gestion de la crise sanitaire en témoigne, il a mis en place ce qu’il faut bien appeler maintenant La Stratégie de l’Escargot, Jean Castex a beau jeu de déclarer sur toutes les ondes que « nous n'avons pas à en rougir » ...toi, peut-être pas, mais nous ...l'anus ! enfin !

À moins qu’il ne s’agisse d’une stratégie qui nous serait imposée par l’escargot lui-même …

Une stratégie à laquelle nous n’échapperons pas, ni vous ni moi, j'en ai bien peur.

Nous allons en baver !

Cela étant que des moutons soient dirigés par des mollusques n’a rien de vraiment surprenant ni d’infamant.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.