Des WC inclinés empêchent de rester assis plus de cinq minutes, le MEDEF applaudit !

Les gains de productivité se cachent dans les coins, dans les petits coins...la macronie se dit « intéressée ».

Des WC inclinés avec des rebords raccourcis – donc très incommodes – sont une invention que l’on doit à une entreprise britannique spécialisée, on l’aura compris, dans les gains de productivité qui permet de raccourcir drastiquement les temps de pause liés à la satisfaction de besoins naturels.

Impossible de rester assis plus de cinq minutes sans avoir mal aux jambes.

« Say goodbye to comfort breaks ! » est devenu le slogan de la société StandardToilet qui a mis au point ce très ingénieux outil de management.

Le fondateur de la société et créateur de cette merveille technologique, un certain Mahabir Gill, assure que ce n’est pas dangereux pour l’organisme et que les douleurs sont comparables aux exercices musculaires comme les squats.

« Treize degrés, ce n’est pas trop gênant, mais ça suffit pour vous donner envie de vous relever rapidement » s’enthousiasme l’entrepreneur.

On veut bien le croire.

L’Association des toilettes britanniques (BTA) a délivré une certification à StandardToilet il y a deux mois, les tarifs vont de 175 à 590 € pour les plus beaux modèles.

StandardToilet a réalisé une étude marketing approfondie : les employés des entreprises britanniques restent dix fois plus longtemps aux toilettes lorsqu’ils bossent que chez eux.

Quatre à cinq minutes au maximum sur les treize minutes habituellement perdues, cela représente tout de même un gain de productivité de 4.675.000 heures pour les entreprises et/ou administrations qui emploient les 33 millions de sujets actifs de sa très gracieuse majesté.

4.675.000 heures gagnées pour chaque besoin naturel satisfait…en admettant une fréquentation hebdomadaire moyenne de l’ordre de trois visites, cela représente plus de 700 millions d’heures gagnées sur une année !

Les gains sur toute une vie de dur labeur sont incommensurables, mais néanmoins très prometteurs, n’oublions pas que la retraite n’est pas possible avant 65 ans, voire 66 ans en Grande-Bretagne…

Le MEDEF applaudit.

Emmanuel Macron, naturellement alerté par les mots « stratup » et « productivité », a immédiatement commandité une étude d’opportunité qu’il ambitionnait de confier, dans un premier temps, à Nicolas Sarkozy, habitué aux grosses commissions, libyennes et qatariennes notamment ; après concertations il a finalement décidé de nommer Éric Woerth qui a accepté la mission.

« Quelles sont les débouchées ? » aurait-il malicieusement demandé à l’actuel président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, une petite commission quand on connait le mode de fonctionnement et le rôle de cette assemblée dans un régime de plus en plus présidentiel, reconnaissons-le.

Gérard Larcher, décidément allergique au président de la République, se déclare résolument opposé à un tel projet « pour des raisons d’ordre personnelles, philosophiques, morales et morphologiques ». Emmanuel Macron n’est pas dans les petits papiers du président du Sénat, c’est certain.

La cacaphonie macronienne a encore de beaux jours devant elle.

Pour autant, une fois n'est pas coutume, soyons optimistes, essayons de voir le verre à moitié plein : apparemment Emmanuel Macron n’a pas très envie de nous faire chier trop longtemps.

C’est quand même une bonne nouvelle.

 

P.-S. Pour celles et ceux qui veulent plonger, tête baissée, ou cul par-dessus tête, dans cet intéressant projet typiquement macronien :

https://www.20minutes.fr/insolite/2679791-20191221-wc-inclines-raccourcir-pauses-pipi-salaries-invention-douteuse-start-up-britannique

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.