Drame de la vaccination : Nicolas Sarkozy se serait fait inoculer un mauvais vaccin …

Se faire inoculer n’est jamais complètement innocent ni dénué de risques, l’ancien président de la République vient d’en faire la douloureuse expérience. Nicolas Sarkozy se serait fait inoculer un vaccin ADN à la place d’un vaccin ARNm …

Se faire inoculer n’est jamais complètement innocent ni dénué de risques, l’ancien président de la République vient d’en faire la douloureuse expérience.

Nicolas Sarkozy se serait fait inoculer un vaccin ADN à la place d’un vaccin ARNm

Né le 28 janvier 1955, l’ancien président de la République vient de fêter ses 66 ans, il n’était donc pas prioritaire malgré de nombreux facteurs de comorbidités collatérales collectives – les 3 C – dont on peut mesurer les effets toxiques sur la population, encore aujourd’hui, après un quinquennat marqué par de multiples « affaires ».

Neuf ans après la fin de son mandat, le peuple français souffre d’agueusie aiguë – absence du sens du goût – et d’anosmie – perte d'odoratce qui explique l’élection de son successeur François Hollande (par agueusie) puis celle de Emmanuel Macron (par anosmie), la France s’enfonce inexorablement dans une privation sensorielle totale qu’aucun sixième sens ne pourra jamais con-penser. Pas même Emmanuel Macron, grand con-penseur en chef.

Le Larousse qu’on ne peut pourtant pas suspecter d’esprit partisan, donne deux versions du mot « inoculation » :

  • Communiquer par inoculation un virus, une maladie à quelqu’un, à un animal : inoculer la peste à un cobaye.
  • Littéraire. Communiquer quelque chose à quelqu’un, lui transmettre par une sorte de contagion morale des idées, des opinions, des sentiments jugés dangereux : inoculer la passion du jeu.

On le voit bien, dans un cas comme dans un autre les éditions Larousse semblent avoir fait de Nicolas Sarkozy l’alpha et l’oméga de l’inoculation, la peste inoculée aux Français, une contagion morale, des opinions dangereuses …tout y est.

Voulant se faire vacciner en priorité, sans attendre son tour, Nicolas Sarkozy a fait appel à un ami, le chef de service des urgences de l’hôpital européen Georges Pompidou, également maire de la Garenne-Colombes, un médecin dont nous tairons le nom, le professeur Philippe J. futur candidat à la prochaine présidentielle pour les LR.

Le diable se cache dans les détails, l’infirmière en cheffe, madame Fatima Al Massoud, en charge de la vaccination de Nicolas Sarkozy, sur ordre du professeur Philippe J – que l'on surnomme  familièrement PJ – s’est trompé de flacon : à la place du vaccin Pfizer de type ARNcette brave femme aurait inoculé par inadvertance une souche ADN recomposée – mutante – testée et mise au point en Libye sur des prisonniers islamistes de DAESH afin de les reconditionner en républicains exemplaires. Du type Éric Zemmour.

Le taux de succès – appelé aussi taux de reconversion – est assez faible pour ne pas dire confidentiel, on parle de 0.1 à 0.2 % de réussite, c’est un projet purement expérimental, mais néanmoins très prometteur d’après Gérald Darmalin ; Marine Le Pen est contre pour des raisons ethniques éthiques, dit-on ; quand on pense qu'elle craint par dessus tout de voir les Français emporté par un Coran trop fort ...

Dans tous les cas, et même si on bénéficie d'une nature exagérément optimiste, le taux d'échec est supérieur à 99.7 % ...

Aucun effet secondaire pour Nicolas Sarkozy après l’injection, juste une petite rougeur au point d’infiltration.

Mais …quinze jours après, c’est le drame !

Tous les matins, au petit déjeuner, vêtu de sa djellaba blanche et or achetée chez Hermès et chaussé de ses babouches jaunes incrustées de rubis Swarovski de J.M. Weston, Nicolas Sarkozy gratifie Carla Bruni d’un « Allah Akbar » retentissant, dans un accent parfait !

Plus que jamais il dodeline de la tête et des épaules au point de faire tomber son keffieh dans son bol de café au lait, un keffieh réalisé spécialement pour lui par la maison Borsalino.

Au début, Carlita prit cela pour de l’humour potache connaissant les liens historiques qui unissent son ancien président de mari au Katar, au Koweït et à l’Arabie Saoudite.  Mais pas avec la Libye pour des raisons qui restent mystérieuses pour David Pujadas, Pascal Praud et Hervé Gattegno.

C’est en voyant que Nicolas s’était acheté un tapis de prière interactif connecté, fruit d’une étroite collaboration entre Louis Vuitton, Nintendo et Disney Production, qu’elle a commencé à s’inquiéter, un tapis pilotable à distance avec prières en dolby stéréo son surround intégrées grâce aux enceintes Devialet Gold Phantom achetées à prix d’or.

Cinq fois par jour, Nicolas fait ses prières, Fair à l’aube, Dhohr lorsque le soleil est à son zénith, Asr au milieu de l’après-midi, Maghreb au crépuscule et enfin Tchâ’ tard le soir …

Il passe son temps libre à endoctriner la petite Giulia en l’obligeant à porter une Burka bleu ciel pour aller à Saint-Honoré-d’Eylau, une école privée catholique du 16e arrondissement de Paris dont la devise est « Évangéliser en éduquant. Éduquer en évangélisant ».

Le choc est brutal, le scandale menace, mais la petite Giulia n’est pas reconnaissable sous sa Burka achetée et faite sur mesure chez Dior enfant. Dieu merci !

Un soir, après le diner, juste avant de se coucher, Nicolas Sarkozy s’adresse à Carla en ces termes :

من الآن فصاعدًا أريدك أن ترتدي هذه الملابس soit min alan fsaedana 'uriduk 'an tartadi hadhih almalabis.

Ce qui se traduit par « À partir de maintenant je veux que tu t’habilles avec ces vêtements » en lui désignant du doigt, posés sur le lit conjugal, une burka, un niqab et un tchador, lui laissant le choix, alors que ses récentes préférences idéologiques et néanmoins vestimentaires le font nettement pencher pour la burka.

Le choix de la tenue laissé à Carlita : une réminiscence républicaine ? Une rechute républicaine ? Un compromis républicain ?  Un piège, un odieux stratagème ?

À l’heure où nous imprimons, nous apprenons que Nicolas Sarkozy est en train de suivre une formation accélérée en vue de devenir imam, il aurait postulé dans l’une des 3 mosquées de la Seine-Saint-Denis fermées par son fils spirituel, son clown, Gérald Dard-Malin.

Nicolas Sarkozy, imam comme il respire.

Pour en terminer avec cette tragédie républicaine, Nicolas Sarkozy s’est donné un autre nom, il se fait maintenant appeler الشيف الصغير المتلألئ alshayf soit alsaghir almutala'ali qui veut dire « Ali, le petit chef frétillant ».

Dans l’intimité il se fait appeler Ali, sobrement.

N'oublions pas que c'est ce même homme qui, pendant sa présidence, avait tenté de mettre en place une structure de contrôle des musulmans de France, une sorte de Coran alternatif.

En apprenant que son « ami d’enfance, Nico » se faisait appeler maintenant Ali, Brice Hortefeux aurait tenté de mettre fin à ses jours en plongeant, tout habillé, tête baissée, dans la piscine d’un de ses autres amis, un certain Ziad. T, un homme d'affaires franco-libanais dont nous tairons le nom. Faut-il préciser que la piscine était aux trois quart vide.

Un malheur n’arrivant jamais seul, il ne manque plus qu’à Ali Sarkozy d’attraper le SARS-COQ-2 …

C’est vrai qu’avec le recul, et en y regardant de plus près, il n’avait pas l’air vraiment catholique le Sarkozy.

Il avait déjà une tête d’inoculé en 2007.

C’est même l’inoculé conception fait homme, une notion toutefois un peu abstraite qu’il ne faut surtout pas confondre avec la présomption d’innocence, beaucoup plus concrète en France et très en vogue parmi nos élites politique.

Décidément, on a beau dire, les voies de la radicalisation restent impénétrables.

 

P.-S.  Billet sponsorisé par Hermès, Louis Vuitton, J.M. Weston, Devialet, Borsalino & Co, Swarovski, Dior enfant, Nintendo, Disney Production et enfin l’hôpital européen Georges Pompidou.

Réalisé avec l'aimable concours du professeur Philippe Juvin, de monsieur Ziad Takiéddine et du très regretté Mouammar Kadhafi sans qui rien n'aurait été possible.

« Le seul homme qui tire profit du capitalisme est l'escroc, et il devient millionnaire en un rien de temps », John Dos Passos, 42e parallèle.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.