L’irrésistible attirance de Nicolas Sarkozy pour les « Very Bad Boys ».

Nicolas Sarkozy a toujours été très mal entouré, très mal conseillé, mais ce n'est pas un crime en soi, non, bien sûr ! même si les apparences sont très trompeuses, le hasard, parfois, se retourne odieusement et s'acharne contre vous...enfin, contre lui...

La liste de ces mauvais garçons poursuivis ou déjà condamnés à des peines d’emprisonnement - avec ou sans sursis - continue de s’allonger.

C’est à croire qu’il les a recrutés à la sortie d’une maison de correction, d’un centre de détention ou d’une maison d’arrêt…ou dans la rue après une suite de braquages réussis de plusieurs banques du 16e arrondissement de Paris et de Neuilly-sur-Seine, la plupart viennent de là.

Pour revendiquer des postes de très grandes responsabilités, il faut être capable de prendre un avion en pleine la nuit, d’aller chercher des mallettes bourrées de billets de 500 € stockés dans un pays dirigé par un dictateur, Libyen en l’espèce, de revenir en France le lendemain matin, d’ouvrir un coffre-fort dans une banque (un criminel n’est-il pas censé toujours revenir sur les lieux de son crime ?) pour y déposer des dizaines de millions d’euros.

Cerise sur le gâteau, en cas d’enquête, déclarer aux policiers, sans rire, que le coffre-fort contenait les discours et les pensées philosophiques de celui pour qui tu as fais le sale boulot…en un mot, avoir l’immense culot de ceux qui pensent qu’ils ne se feront pas prendre, car à leur niveau on ne se fait jamais prendre, on ne peut pas se faire prendre.

Eric Woerth, Brice Hortefeux, Bernard Tapie, Claude Guéant, Arnaud Claude, Michel Gaudin, Thierry Herzog et maintenant Patrick Balkany, son ami, il est le parrain d’un de ses enfants, vous avez dit « parrain » ? Timides prestations des femmes, on notera tout de même les noms de Michelle Alliot-Marie et de Christine Lagarde, l’épineux problème de la parité homme-femme n’a décidément pas de limite.

Les plus anciens de ses meilleurs amis, Hortefeux et Balkany, ses avocats et associés, Herzog et Claude, tous ses collaborateurs les plus proches, Guéant et Woerth, ceux-là même qui ont exercé les plus hautes fonctions au sein de l’appareil d’État, tombent les uns après les autres ; ou sont sur le point de tomber, l’avenir le dira, restons prudents, l’aléa judiciaire politique est une longue coutume française qui n’a pas dit son dernier mot ; elle est moins hésitante pour Christophe Dettinger, pour Éric Drouet ou pour Cédric Herrou.

Certains vont passer du Barreau de Paris aux barreaux de Fleury-Mérogis.

Le Palais de l’Élysée, le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Économie et des Finances, ont été pilotés par cette bande de déglingos en costard cravate baptisée à Sciences-Po, sacralisée à l’ENA puis béatifiée par l'UMP alors au pouvoir.

Nicolas Sarkozy est-il à l’épicentre de ces séismes politico-juridico-financiers ou n’est-il qu’une simple réplique touchée accidentellement et mécaniquement par ces tremblements de terre à répétition ?

La chambre magmatique recrache encore des billets de 500 €, comme l’expliquent aujourd’hui Le Point et d’autres bonnes (?) feuilles de chou, Sarkozy fait un usage immodéré de ces grosses coupures, mais ce n’est pas un crime en soi.

Non, bien sûr.

Aucun lien avec l’affaire libyenne. Il faut des preuves, monsieur, pour accuser, c’est trop grave.

L’Ex est odieusement poursuivi par la malchance et le hasard, tout cela n’est qu’une suite ininterrompue de malheureuses circonstances totalement indépendantes de sa volonté.

Le mauvais sort a commencé à s’acharner sur lui à la fin des années 90 à propos de l’acquisition de son appartement, un duplex de 256 m² situé sur l’ile de la Jatte, à Neuilly, personne ne sait comment il a pu « sortir » 5 millions de francs pour se l’acheter, encore aujourd’hui on se pose la question, il explique avoir sollicité un prêt de l’Assemblée nationale pour 3 millions de francs alors que ces prêts étaient limités à un peu moins de 1,2 million de francs. Allez savoir ?

Mais ce n’est pas un crime en soi.

Non, bien sûr.

D’autant que Kadhafi était encore très loin de planter sa tente de Bédouin dans les jardins de l'hôtel de Marigny, c’est bien la preuve qu’il est rétroactivement non coupable !

Il est mal entouré, mal conseillé, voilà tout !

Si son entourage aime passionnément l’argent, ce n’est quand même pas de sa faute.

Ce n’est pas un crime en soi.

Évidemment non.

Le caractère répétitif de ces affaires est trompeur, Sarkozy a le mauvais œil, franchement pas de quoi en faire un délinquant.

J’espère que la justice saura faire preuve de discernement et de mesure, car quand je vois comment elle traite les journalistes, comment elle enquête, par exemple, sur celles et ceux qui ont soutenu financièrement Christophe Dettinger, je crains le pire pour lui.

Peut-être que j’ai tort et que tout va bien se passer, mais je suis inquiet.

N’oublions tout de même pas tous les immenses services qu’il a rendus à la Nation et au peuple français.

Pour ne citer qu’un exemple, il a redonné espoir et goût de vivre à une vieille dame qui commençait à perdre un peu la tête, à Neuilly, seule et isolée dans son hôtel particulier plein de courants d’air.

Si ce n’est pas une preuve de sa compassion et de son désintéressement, alors je ne comprends plus rien.

Remercions-le une bonne fois pour toute !

C’est à ces grands hommes qu’on reconnait la France éternelle.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.