Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

734 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 janv. 2021

Brigitte Macron favorable au durcissement …du rififi au sein du couple élyséen !

Brigitte Macron favorable au durcissement…des mesures sanitaires ? La première dame n’hésite jamais à dire ce qu’elle pense à son mari, parfois vertement, c’est une femme qui a son franc-parler.

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brigitte Macron favorable au durcissement…des mesures sanitaires ?

La première dame n’hésite jamais à dire ce qu’elle pense à son mari, parfois vertement, c’est une femme qui a son franc-parler.

En règle générale elle choisit un lieu sûr, une heure tardive afin de se mettre à l’abri des oreilles indiscrètes et des curieux. La chambre à coucher, la salle de bains qu’ils partagent, par exemple.

« Tu m’emmerdes », « Tu es trop con », des mots qui résonnent quotidiennement à l’étage où ils vivent et se croient protégés.

Changement de ton depuis un an (c.-à-d. depuis le début de la crise sanitaire), les reproches sont de plus en plus fréquents et de plus en plus personnalisés, le ton monte, l’exacerbation est à son comble avec, semble-t-il, une bonne dose de frustration chez Brigitte.

Qu’on en juge :

« Tu es mou de chez mou ».

« Avec le temps tu te ramollis »

« Il faut que tu durcisses, ça urge, je n’en peux plus »

« Durcis sinon je me barre ».

« Sois un vrai bonhomme, merde ! »

« C’est la débandade ».

« Waterloo ! Waterloo ! Waterloo ! Morne plaine ! - Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine – Dans ton cirque de bois, de coteaux, de vallons, - La pâle mort mêlait les sombres bataillons »

La première dame, lettrée, n’hésite pas à appeler à son secours, ou à son chevet (tête du lit conjugal, NDLR) Victor Hugo, poète, dramaturge et romancier hyper actif, connu pour son amour des femmes, on lui a prêté une vie sexuelle quelque peu débridée.

Une anecdote qu’il faut connaître pour mieux comprendre Brigitte et ce qui se cache derrière (?) cette citation : en 1822 Victor Hugo se marie avec Adèle Foucher, une amie d’enfance – un point commun entre le jeune Emmanuel et sa prof de lettres ? – durant leur nuit de noces, il aurait honoré sa jeune épouse 10 fois !

Pas de hasard, donc.

Waterloo, morne plainela pâle mort mêlait les sombres bataillons …tout est dit et bien dit, reconnaissons-le.

Une onde qui bout dans une urne trop pleine est, à n’en pas douter, une antiphrase qui donne toute la mesure et l'intensité des frustrations ressenties par l’épouse du président.

C’est beau et tragique à la fois.

Contacté par nos soins, le psychanalyste Gérard Miller, sympathique sympathisant de la sympathique France Insoumise, avance une hypothèse : « Emmanuel Macron est prisonnier et victime d’un conflit antagoniste entre le neuf et l’ancien, entre le jeune et le vieux, entre la salé et le sucré, entre le froid et le chaud, entre l’humide et le sec et donc, en toute logique, entre la gauche molle et l’extrême droite dure »

Brigitte Macron serait « en même temps » tout cela, elle le constate « amèrement, à son corps défendant » explique encore Gérard Miller.

En écoutant sa femme réciter L’Expiation, le poème de Victor Hugo tiré de son recueil Les Châtiments – Expiation et Châtiments, Brigitte ne peut pas être plus claire – Emmanuel Macron se serait écrié, depuis sa salle de bains, en se rasant : « Elle est raide, celle-là ! »

Depuis ils ne se parlent plus, Brigitte fait chambre à part.

On peut la comprendre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie