Des scientifiques canadiens ont mis au point une merveilleuse machine à dessaouler !

On connaissait les masques de la Commedia dell'arte, les masques de carnaval, les masques à oxygène, les masques anti-coronavirus, les anti-masques, mais voilà que des scientifiques canadiens viennent de mettre au point un système révolutionnaire : le masque anti-ivresse alcoolique !

On connaissait les masques de la Commedia dell'arte, les masques de carnaval, les masques à oxygène, les masques anti-coronavirus, les anti-masques, mais voilà que des scientifiques canadiens viennent de mettre au point un système révolutionnaire : le masque anti-ivresse alcoolique !

Ils ont mis tout le monde d’accord !

Franchement, le Covid-19, on finit par s’en lasser un peu, non ?

Revenons aux choses sérieuses, la France est sur le podium des pays producteurs de vins : l'Italie garde sa place de 1er (54,8 millions d'hectolitres), suivie de la France (49,1 millions) et de l'Espagne (44,4 millions).

Non, mais ! On a une place à défendre, quand même !

Souvenons-nous : boire ou conduire, il fallait faire un choix, douloureux, regrettable, pénible, parfois cruellement injuste quand il s’agissait de désigner celui ou celle de nous deux qui devait rester sobre toute la soirée…combien de fois ma femme, Nathalie, n’a-t-elle pas été pénalisée par un tirage au sort pourtant très incertain ?

Cruel dilemme qui appartient désormais au passé, on n’arrête pas le progrès ! ni le coronavirus, ni la connerie, mais c’est un autre débat, réjouissons-nous de cette découverte majeure.

Comme l’expliquait très bien le très regretté Charles Bukowski, les occasions de boire ne manquent pas : « C’est ça le problème avec la gnôle, songeai-je en me servant un verre. S’il se passe un truc moche, on boit pour essayer d’oublier ; s’il se passe un truc chouette, on boit pour le fêter, et s’il ne se passe rien, on boit pour qu’il se passe quelque chose ».

Il avait tout compris, Charles le Magnifique, c’est ce qui donne sa grandeur à cette fantastique découverte.

Les formidables scien­ti­fiques de l’uni­ver­sité Health Network de Toronto sont donc parvenus à mettre au point une incroyable machine : lorsqu’une personne ivre expire dans leur drôle d’appareil via un masque, le système aspire litté­ra­le­ment l’al­cool hors de son corps !

Cette prouesse technique est baptisée ClearMate.

C’est le principe de l’hyperventilation – action de respi­rer rapi­de­ment et profondément – qui permet d’accélérer, trois fois plus vite, l’élimination de l’alcool, c’est fondamental. Mais sans étourdissements, sans malaise, en totale sécurité, car si vous essayez d’hyperventiler sans vous retenir, vous risquez de tomber dans les vapes…et tomber dans les vapes sans avoir bu un seul verre d’alcool, franchement…pas besoin de Bukowski pour comprendre que c’est…c’est vraiment…ben oui, c’est vraiment très con !

Pour résumer, le sujet est équipé d’un masque connecté à une bouteille d’oxy­gène et de dioxyde de carbone. Le mélange de ces gaz provoque une hyper­ven­ti­la­tion, tandis que le dispo­si­tif lui renvoie suffi­sam­ment de dioxyde de carbone pour qu’il ne tombe pas dans les pommes. Il expire ainsi tout l’al­cool ingurgité, sans problème. CQFD !

Sachant que l’alcoolémie baisse en moyenne de 0,10 g à 0,15 g d'alcool par litre de sang et par heure, cela veut dire que si votre taux est de 0,08, là où il vous fallait environ deux heures pour retomber à un niveau très « raisonnable », grâce à cette machine, en moins de trois quarts d’heure, vous serez à l’abri de la maréchaussée, vous passerez sans encombre sous leur radar !

On ne vas tout de même pas rentrer à pieds !

Un nouveau slogan qui fera, cette fois, l’unanimité, j’en suis sûr : « Un verre, ça va, une bouteille, ça va encore mieux ».

Je me souviens de soirées passées en Espagne dans des petits chiringuitos, au bord de la plage, à Castelldefels, pas loin de Barcelone, vers une, deux ou trois heures du matin, il y a longtemps, très longtemps, trop longtemps : après deux bonnes bouteilles de rioja ajoutées à quatre whiskys-coca accompagnés d’une demi-douzaine de carajillos – mélange de café et de cognac – j’arrivais à parler couramment le russe et le brésilien ! Je ne veux pas trop m’avancer, mais je crois même avoir parlé le sanskrit avec une allemande…ou peut-être l’araméen, je ne sais plus, mais depuis le durcissement des lois en matière de sécurité routière…j’ai tout oublié…je vais pouvoir enfin me remettre aux langues étrangères !

Comme le faisait remarquer très justement Courteline « l’alcool tue lentement. On s’en fout. On n’est pas pressés » : grâce à cette fabuleuse découverte, le temps devient un allier facilement supportable, un ami ! le temps passé à hyperventiler, c’est une garde à vue en moins et de l’argent économisé, c’est la théorie de la relativité – espace/temps – appliquée à l’alcoolémie, théorie que l’on appelle aussi l’espace de Minkowski en relativité restreinte et espace courbe quelconque en relativité générale, car plus tu bois et plus l’espace devient courbe…mon lit qui flottait dans l’espace, qui dansait dans ma chambre alors que j’étais allongé dessus, les murs qui se rapprochaient, qui s’éloignaient, le plafond incliné…un de ces gîtes !

Cette étonnante, et encore une fois, merveilleuse découverte, sera testée en priorité dans tous les commissariats de France à partir du 1er juin 2021 : pour fixer les esprits et se donner un repère chronologique, c’est à cette date que le déconfinement commencera vraiment, c’est à cette date aussi qu’on ne pourra plus filmer ni photographier les policiers en action lors de manifestations. Coïncidences des calendriers ? Hasard ? Une chose est certaine, ça tombe bien !

Les casques des policiers – BRI, BAC et BRAV-M –, des casques intégrés, seront tous équipés du ClearMate avec l’option (obligatoire) Intelligence Artificielle Anti-Bavures : à terme, la France disposera donc d’une police (artificiellement) intelligente et sobre, c’est quand même une très très bonne nouvelle, ne boudons pas notre plaisir.

Mais attention : un policier normalement constitué ne peut pas hyperventiler et penser en même temps, c’est une contre-indication majeure pouvant entrainer une décompensation pulmonaire et un AVC : le policier doit d’abord mettre en route son option intelligence artificielle – bouton « on » vert – et ensuite, je dis bien ensuite, il pourra actionner son système d’hyperventilation, soyons très précis avec nos amis les policiers. Déjà qu’ils n’ont pas le moral…

L’autre soir, mon voisin, Jo, m’expliquait qu’il avait été malade comme un chien à la suite d’un repas entre « anciens collègues », ils étaient deux : « Bruno, hier soir j’ai bu cinq Ricard – ou petit jaune, pour les non-initiés – trois carafons de vodka glacée et pimentée, plus trois irish coffees et un bœuf Stroganov : je pense que je ne supporte pas le bœuf Stroganov ».

Il n’avait pas le moral, mon Jo.

Résultat, j’ai été obligé d’aller le chercher vers minuit et demi pour le raccompagner chez lui, un aller-retour qui m’a pris une heure : quand Jo sera équipé du casque ClearMate, il hyperventilera tranquillement et digèrera plus facilement le bœuf Stroganov. Plus de problèmes, mon Jo !

Jo est un jeune retraité de la police, fallait-il le préciser ?

L’adage populaire qui dit que « l’alcool est notre pire ennemi, fuir serait lâche » n’a jamais été aussi vrai : grâce aux Canadiens et à leur drôle d’aspirateur, boutons la lâcheté hors de chez nous !

Face aux verres de trop, je ne me suis jamais senti aussi courageux.

Cela étant, comme le disait je ne sais plus qui « pour savoir qu’un verre était de trop, encore faut-il l’avoir bu… », ben oui, c'est certain.

D’ailleurs, c’est tout le problème.

 

P.-S. – Billet librement inspiré d’un fait divers consultable ici :

https://www.demotivateur.fr/article/des-scientifiques-canadiens-inventent-un-appareil-capable-d-evacuer-l-alcool-du-corps-humain-23064

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.