Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

730 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 nov. 2019

Les femmes et les enfants d’abord ?

Huit mineurs dont plusieurs nouveaux-nés sont morts dans la rue depuis le début de cette année, regardons bien les choses en face : une société qui n’est plus capable de protéger ses enfants, qui n’a rien à leur proposer pour les héberger, n’a plus aucune espèce de crédibilité, elle peut disparaitre.

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’expression est bien connue des marins, en cas de naufrage et de risques mortels, le protocole est toujours le même : les femmes et les enfants sont les premiers à être secourus ou sauvés, surtout si on sait que le nombre de canots de sauvetage est insuffisant.

Venu d’un autre âge, cet héritage moral un rien désuet, un rien sexiste, reconnaissons-le, est quelque peu mis à mal par les mouvements féministes qui y voient la résurgence, ou la persistance, d’une grâce, ou d’une faveur phallocratique d’un autre temps.

Il faudrait gober le machisme au prétexte d’une galante coutume, et rendre un vibrant hommage à ces hommes qui ont le sens du sacrifice.

En cas de naufrage uniquement, mais pour le reste…nos chevaliers des temps modernes prennent l'avion, autre temps autres mœurs.

Le féminisme a de bons arguments, je me les suis appropriés depuis plusieurs décennies, la lutte est nécessaire, le chemin à parcourir pour rétablir l’égalité entre les sexes et rendre à la réciprocité ses lettres de noblesse est encore très long, beaucoup trop long, un chemin souvent ensanglanté, parfois un coupe-gorge, le soir, à l’heure de l’apéro. L’alcool qui rend fou, l’alcool qui tue. On boira encore et toujours en janvier, merci, Macron, on trinquera, on trinque déjà…

Restent les enfants.

Il y a et il y aura toujours un consensus autour du sort que la société réserve à ses enfants, petits ou grands.

Le naufrage est là devant nous, le paquebot « France » recrache à la mer, c'est-à-dire dans les rues sombres, tous les soirs, 700 à 800 enfants !

Pas de canots pour eux, pas de place non plus pour leurs mamans : j’avoue bien honteusement que je serais prêt à faire une petite entorse à mon féminisme militant. Vous avez dit maman, je crois ? C’est sa maman !

La faim, la soif, le froid, l’humidité, le bruit, le vent, les coups, les menaces, les insultes, la peur qui écarquille encore un peu plus leurs yeux et qui tord les boyaux.

Ils tremblent de la tête aux pieds.

Cette jeune maman enceinte qui a été violée avant-hier soir.

En île de France, 20 000 mineurs sont hébergés dans des hôtels, « dans une situation de précarité extrême ».

Beaucoup de femmes qui viennent accoucher dans les hôpitaux sont remises à la rue avec leur nouveau-né.

Ils achèveront sans doute leur inexorable descente aux enfers dans la rue, sous un pont ou dans les bois. Il s’en passe des choses, la nuit, dans les bois…

Depuis le début de l’année, huit mineurs sont morts dans nos rues.

Nous avons hébergé un « enfant » tout juste majeur entre la fin juillet et la mi-novembre, il est parti de chez nous lundi, il y a trois jours, un gamin sans ressource, sans toit, parents divorcés, chômeurs tous les deux, alcooliques tous les deux. Un père violent, faut-il le préciser ?

Nous l’avons accompagné (et motivé…si vous saviez…) dans ses démarches administratives, nous lui avons trouvé un médecin (très difficile de trouver un médecin dans le 42) pour soigner une toux grasse persistante, persistante depuis juillet au moins…

Comment faire autrement ?

Mais cette solidarité a ses limites.

Les nôtres d’abord, malheureusement.

Celle de la société ensuite.

Les initiatives personnelles, pour peu qu’elles s’institutionnalisent, risquent de masquer les carences d’une société qui est prise en flagrant délit de déni, sa lâcheté n’a d’égal que sa sauvagerie, sa bestialité. Et son indifférence.

En masquant la réalité, nous deviendrions complices de cette sauvagerie d’État.

Rien n’est pire que l’indifférence, rien !

Regardons les choses en face : une société qui n’est plus capable de protéger ses enfants, qui n’a rien à leur proposer, ni projet ni hébergement, n’a plus aucune espèce de crédibilité, elle peut disparaitre.

Elle doit disparaitre.

Commençons par ceux qui l’incarnent, les premiers de cordée.

Ils ont une corde, c’est déjà pas mal.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis