Emmanuel Macron et Elton John : une amitié très spéciale !

Une relation étroite, intime et compliquée relie Emmanuel Macron à Elton John. Pour en comprendre la complexité, il faut faire un retour en arrière et se plonger dans les paroles de « Goodbye Yellow Brick Road ». Où il était déjà question de la couleur jaune...

La photo de la star du rock anglais avec le président de la République française, main dans la main, sur le perron de l'Élysée, fait le tour du monde.

Une relation étroite, intime et compliquée relie Emmanuel Macron à Elton John.

Une amitié très spéciale où se mélangent conseils amicaux, tendres reproches et mises en garde sévères.

Pour s'en convaincre, il faut se plonger dans les paroles de « Goodbye Yellow Brick Road », il était déjà question de la couleur jaune...

Les voici :

Goodbye Yellow Brick Road
(Au Revoir Chemin De Briques Jaunes)

When are you gonna come down
Quand vas-tu descendre ?
When are you going to land
Quand vas-tu atterrir ?
I should have stayed on the farm
J'aurais dû rester à la ferme
I should have listened to my old man.
J'aurais dû écouter mon père.

You know you can't hold me forever
Tu sais tu ne peux pas me garder pour toujours
I didn't sign up with you
Je ne me suis pas engagé avec toi
I'm not a present for your friends to open
Je ne suis pas un cadeau que tes amis doivent ouvrir
This boy's too young to be singing the blues.
Ce garçon est trop jeune pour chanter le blues.

So goodbye yellow brick road
Alors au revoir chemin de briques jaunes
Where the dogs of society howl
Où les chiens de la société hurlent
You can't plant me in your penthouse
Tu ne peux me planter dans ton appartement sur le toit
I'm going back to my plough.
Je vais retourner à ma charrue.

Back to the howling old owl in the woods
Vers la vieille chouette qui hulule dans les bois
Hunting the horny back toad
Chassant le crapaud noir à cornes
Oh I've finally decided my future lies
Oh ! j'ai finalement décidé que mon avenir se trouve
Beyond the yellow brick road.
Au-delà du chemin de briques jaunes.

What do you think you'll do then
Alors qu'est-ce que tu crois que tu feras
I bet that'll shoot down your plane
Je parie que cela va te décourager
It'll take you a couple of vodka and tonics
Il te faudra bien quelques vodka-tonic
To set you on your feet again.
Pour te remettre sur pied.

Maybe you'll get a replacement
Peut-être trouveras-tu un remplaçant
There's plenty like me to be found
Il y a plein de personnes comme moi à découvrir
Mongrels who ain't got a penny
Des bâtards qui n'ont pas un sou
Sniffing for tidbits like you on the ground.

Une analyse sémantique s'impose, ne nous laissons pas abuser par ces jeux de mains enfantins et médiatisés, prenons du recul.

Pour commencer, la couleur des briques dont il est question ici, jaune en l’occurrence, n’est pas étrangère aux sentiments qu’éprouve notre jeune président pour Reginald Kenneth Dwight, alias Sir Elton Hercules John, dit Elton John.

Curieuse coïncidence, stupéfiant tête à queue de l’histoire, un de plus, quand on connait le destin de cette couleur devenue « à la mode » en France depuis une dizaine de mois…

La France sera jaune ou ne sera pas !

Mais peut-on réellement parler de pure coïncidence ? That is the question !

Hormis les paires de lunettes aux hublots démesurés et les tenues vestimentaires excentriques, Hercules John avait tout pour séduire le jeune Emmanuel, à commencer par son prénom, Hercules, allusion à un des héros préférés de la Grèce antique que Jupiter-Macron énerve vénère (verlan) depuis sa puberté, d'ailleurs, chez Macron, tous ses amours remontent à la puberté, c'est une pulsion incontrôlée ; on notera une ressemblance criante, d’aucun dirait frappante, entre la morphologie d’Elton John et celle d’Alexandre Benalla. D’une certaine façon Elton défigure préfigure Alexandre. Ou le contraire... Elton dans Alexandre pour le dire autrement.

Le chanteur britannique avait largement anticipé le profil psychologique du petit Manu, il le conseillait et l’exhortait à sortir de sa bulle.

Quand vas-tu descendre ? (sous-entendu de ton arbre) Quand vas-tu atterrir ? (enfin !) l’interroge-t-il  d’emblée. Macron était, et est resté hors sol.

S’ensuivent quelques regrets à peine voilés, Elton a l’air de dire qu’il aurait mieux fait de sa casser un bras plutôt que de croiser la route du jeune Manu, qu’il aurait dû écouter son vieux père qui le suppliait de ne pas s’approcher de lui. On n’écoute jamais assez son papa.

Un peu plus loin, Hercules explique qu’il a pris ses distances avec LaRem, des propos qu’il tient un demi-siècle avant la création du parti présidentiel aujourd’hui au pouvoir ! Tu sais tu ne peux pas me garder pour toujours/Je ne me suis pas engagé avec toi. L’ambiguïté du propos est relative, la différence d'âge et l'expérience du chanteur expliquent ce rappel de bon sens qu'un jeune a toujours un peu de mâle mal à accepter.

Difficile d’être plus clairvoyant. Le ton est rude, certes, mais quelle honnêteté !

Pour Elton le constat est évident Ce garçon est trop jeune pour chanter le blues, beaucoup trop jeune, en effet, pour exercer un tel niveau de responsabilités, blues en lieu et place de « pouvoir », évidemment.

Où les chiens de la société hurlent : Hercules le prévient qu’à force d’accumuler connerie sur connerie avec des réformes sociales et fiscales à la con, il finira par se faire engloutir par des hordes de manifestants en colère qui lui jetteront des « briques jaunes », c’est remarquable de perspicacité. Et beau ! Le titre de la chanson vient de là.

Il le menace de retourner à la ferme de ses parents qu’il n’aurait jamais dû quitter, un clin d’œil à Claude François, sans doute, avec « La ferme du bonheur », l'anglais prend le jeune français par les sentiments, pas que par la main.

Vers la vieille chouette qui hulule dans les bois : c’est la partie la plus délicate de la chanson puisqu’Hercules John fait directement allusion à Brigitte Macron qu'il compare à une vieille chouette, perso je trouve que ses propos sont limites limites, mais le chanteur parle sans ambages. Le plus étonnant dans cette phrase c’est d’apprendre que Brigitte hulule…après, que ce soit dans les bois, sous sa douche ou dans sa voiture importe peu.

La première dame hulule...

Le paragraphe qui suit est un mélange de naïveté et d’optimisme.


Alors qu'est-ce que tu crois que tu feras

Je parie que cela va te décourager

Il te faudra bien quelques vodka-tonic

Pour te remettre sur pied.

Rien ni personne ne découragera Macron, mais oui il faudra des litres et des litres de vodka pour le remettre sur pied, la déchéance physique et morale est au bout du chemin. La nôtre aussi, mais Elton n’en parle pas, enfin pas directement, son message est plus subtil, c'est subliminal.

C’est vrai qu’on se demande ce qu’il fera, on doit s’attendre au pire…il en a déjà fait beaucoup.

Bien vu Elton !

Peut-être trouveras-tu un remplaçant : la question de savoir si Macron va trouver un remplaçant est malheureusement prématurée, pour l’instant ce n’est pas à l’ordre du jour, mais n’oublions pas que Sir Elton Hercules John a l'art de l'anticipation, il voit bien au-delà de 2022, bien au-delà de 2027. La fin approche, c’est certain, faisons confiance à mister John.

Des bâtards qui n’ont pas un sou/ A renifler des morceaux comme toi par terre.

On est bien obligé de constater que Sir Elton n’a pas beaucoup d’estime pour Nicolas Sarkozy, mais de là à le traiter de bâtard, il y a un pas que nous ne franchirons pas. D’autant moins que l’Ex n’est pas à proprement parler « sans un sou », toute sa carrière politique en témoigne. Effectivement Macron a la truffe au ras du sol, il ne sait pas où il va, il suit instinctivement les odeurs du libéralisme, c'est ce qu'il faut entendre par ces morceaux comme toi par terre.

Quand la truffe libérale rencontre l'étron capitaliste et ne font plus qu'un...

Plus l'odeur est forte, plus ça pue et plus sa queue s'agite.

C'est un retour aux sources, en quelque sorte.

Franchement, c'est magnifique !

Quand nous disions que les passions amoureuses d'Emmanuel Macron remontent à l'enfance, il suffit de comparer la gestuelle du président avec sa femme par rapport à la gestuelle qu'il  a eu avec Sir Elton sur le perron de L’Élysée, toujours main dans la main.

Ces mains qui fermeront nos yeux et ouvriront nos armoires.

Quand on pense qu'il a le culot de vider nos armoires de notre vivant !

 

PS : la phrase Je ne suis pas un cadeau que tes amis doivent ouvrir est embarrassante à plus d'un titre, nous n'avons pas voulu extrapoler sur le plan politique des propos très personnels, mais Elton a l'air de sous-entendre que les alliances ne seront pas faciles, on pense immédiatement aux adversaires du mariage pour tous qui peuplent le LR.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.